En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Epilepsie et grossesse : pictogramme d'alerte sur les boîtes de valproate et dérivés

1
2
3
4
5
(aucun avis, cliquez pour noter)
vu par 963 lecteurs
Depuis le 1er mars 2017, un pictogramme d'alerte est apposé sur les conditionnements extérieurs des médicaments antiépileptiques DEPAKINE, DEPAKOTE, DEPAMIDE, MICROPAKINE et de leurs génériques. 

Ce pictogramme (Cf. image ci-dessous) est une mesure supplémentaire du 
plan de sécurisation de l'utilisation du valproate (carte patiente, formulaire d'accord de soins, brochure d'information) initié en 2015.

Des courriers sont par ailleurs adressés par l'Assurance maladie aux médecins pour renforcer leur information sur la "nécessité d’une adaptation précoce de la prise en charge thérapeutique de leurs patientes" puis aux patientes concernées pour renforcer leur information conjointement.

Le pictogramme apposé sur les conditionnements extérieurs des médicaments à base de valproate et dérivé (* le nom de la spécialité concernée sera indiqué à cet endroit).


Un pictogramme d'alerte sur les boîtes d'antiépileptiques à base de valproate et dérivés
Depuis le 1er mars 2017, un pictogramme alertant sur le risque tératogène et de toxicité foetale du valproate de sodium et de ses dérivés est apposé sur les conditionnements extérieurs des médicaments antiépileptiques DEPAKINE, DEPAKOTE, DEPAMIDE et 
MICROPAKINE et de leurs génériques respectifs.

Cette mesure s'inscrit dans le cadre du plan de sécurisation de l'utilisation du valproate initié en 2015 (notre article du 27 mai 2015). Celui-ci comporte notamment :

L'Assurance maladie adresse des courriers aux prescripteurs et aux patientes
En parallèle, la Caisse nationale d'Assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) indique avoir adressé des courriers à l'attention :
  • des médecins prescripteurs (Cf. Lettre) pour renforcer leur information sur la "nécessité d'une adaptation précoce de la prise en charge thérapeutique de leurs patientes" et dans lequel sont listées les patientes de 15 à 49 ans auxquelles ils ont prescrit du valproate en 2016, ainsi que le nombre de ces patientes ayant déclaré une grossesse au cours de l'année 2016 ; en voici un extrait :
    • "[...] vous avez prescrit du valproate (Dépakine® et ses génériques, Dépakote®, Dépamide®, Micropakine®) à [xxx] femmes en âge de procréer (15-49 ans), dont [xxx] [ont/a] déclaré une grossesse au cours de l'année 2016. [...] Vous trouverez ci-joint le nom des patientes concernées par ces prescriptions [...];
  • des patientes en âge de procréer (Cf. Lettre) ayant eu au moins une prescription de valproate en 2016 pour renforcer leur information en parallèle et dont voici un extrait :
    • "[...]  si vous prenez toujours ce traitement et que vous êtes enceinte ou envisagez de l'être, vous devez consulter au plus vite votre médecin spécialiste ou, dans l'attente, votre médecin traitant afin qu'il le remplace, si possible, par un autre médicament. Dans tous les cas, il ne faut pas arrêter ni modifier votre traitement sans l'avis d'un médecin, car cela peut être dangereux pour vous et pour votre enfant à naître si vous êtes enceinte [...].

Pour aller plus loin
Valproate et dérivés : renforcement de l'information sur les risques - Point d'Information (2 mars 2017)
Courriers adressés par la CNAMTS aux professionnels de santé (2 mars 2017)

Courrier adressé par la CNAMTS aux établissements (2 mars 2017)
Courrier adressé aux patientes (2 mars 2017)

Sur VIDAL.fr
Valproate et dérivés : une carte patiente à remettre systématiquement (15 février 2017)
Valproate de sodium et grossesse : résultats d'une vaste étude observationnelle, plan d'action et d'indemnisation (25 août 2016) 
Valproate de sodium et risque tératogène : analyses et recommandations de l'IGAS, réponses de l'ANSM et de la DGS (25 février 2016)
Médicaments à base de valproate et dérivés : renforcement des conditions de prescription et de délivrance (27 mai 2015)
Valproate de sodium et risque tératogène : quelles sont les alternatives thérapeutiques ? (10 décembre 2015)
Epilepsie, traitée ou non, et grossesse : analyse des éventuels surrisques d'évènements indésirables (3 décembre 2015)
Médicaments contenant du valproate de sodium et dérivés : renforcement des restrictions d'indication (11 décembre 2014)

Commentaires (0)