En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment se passe l’hospitalisation ?

Mis à jour : Lundi 19 Mars 2012

Un séjour à l’hôpital dans des lieux et parmi des personnes qu’il ne connaît pas est souvent perturbant pour un enfant. La présence de l’un des parents, de manière permanente ou à certains moments de la journée, est recommandée. L’enfant sera rassuré et son séjour en sera plus agréable.

Les formalités d’admission

enfant hôpital

Souvent, la première chose à faire consiste à s’occuper des formalités administratives ; elles seront faites ultérieurement s’il s’agit d’une urgence. Vous devez vous rendre au bureau des admissions pour enregistrer votre enfant en vous munissant d’une pièce d’identité ou d’un titre de séjour avec photographie, de votre carte Vitale d’assuré social avec l’attestation et, éventuellement, de votre carte de mutuelle.

L’entrée dans le service

À votre arrivée dans le service de pédiatrie, présentez-vous à l’accueil. Une personne du service vous fera visiter les lieux et la chambre de votre enfant, et vous présentera le personnel. Cette visite permettra à l’enfant de se familiariser avec ce nouvel environnement et d’être plus rassuré. On vous expliquera le fonctionnement du service et l’organisation de la journée de l’enfant, heures des visites des médecins, des repas, des soins, du coucher, des jeux, des cours, etc.

On vous demandera de remplir une fiche de renseignements qui seront utiles au personnel durant le séjour de l’enfant : antécédents médicaux, habitudes de vies, goûts et aversions alimentaires, vocabulaire particulier (pour aller aux toilettes, pour désigner ses objets familiers, par exemple). Ces renseignements seront notés sur le dossier de soins afin que tous les membres de l’équipe puissent en prendre connaissance.

Les journées de l’enfant à l’hôpital

Au réveil de l’enfant, l’infirmière passe prendre la température et, au besoin, faire un bilan sanguin ; ces examens peuvent être renouvelés au cours de la journée. Le petit-déjeuner est ensuite servi, suivi de la toilette avec l’aide du personnel soignant. Puis l’infirmière vient distribuer les médicaments et faire les soins. Si aucun avis médical ne l’empêche, l’enfant pourra ensuite aller en salle de jeux ou à l’école de l’hôpital. Dans la mesure du possible, il est préférable pour son confort et son épanouissement qu’il ne demeure pas constamment dans sa chambre.

Dans la matinée, le médecin qui suit l’enfant viendra lui rendre visite pour l’examiner et prescrire les soins. C’est également le moment où le médecin répond à toutes les questions des parents. Une deuxième visite est également effectuée l’après-midi. À midi, le déjeuner est servi dans la chambre de l’enfant ou en salle à manger. Il est suivi d’un temps de repos ou d’une sieste. Le reste de l’après-midi peut être consacré aux jeux ou à l’école. Un goûter est servi en milieu d’après-midi.

Les dîners sont servis en début de soirée et les infirmières distribuent les médicaments du soir. L’équipe de nuit arrive et prend le relais des soins.

L’accueil des parents

Pendant une hospitalisation, la présence constante jour et nuit de l’un des parents est acceptée, et même conseillée. L’enfant se sent rassuré si un de ses parents est là pour s’occuper de lui, le réveiller, l’aider à faire sa toilette, participer aux soins, partager ses repas, jouer avec lui ou lui lire une histoire. La présence des parents facilite le séjour et la guérison des enfants.

De nombreux hôpitaux mettent gratuitement à la disposition des parents un lit d’appoint dans la chambre de l’enfant, voire une chambre pour les longues hospitalisations. Les repas sont à votre charge et peuvent être pris sur place à la cafétéria ou dans une salle réservée à cet effet.

Si vous ne pouvez pas rester en permanence, faites en sorte d’être présent à certains moments clés de la journée, notamment le réveil, la visite du médecin et l’heure du coucher. Avertissez le personnel de service de vos absences. Dans la mesure du possible, faites-vous remplacer par d’autres membres de la famille à tour de rôle.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité