En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment fonctionne un service hospitalier de pédiatrie ?

Mis à jour : Lundi 19 Mars 2012

Lors d’une hospitalisation, l’enfant et ses parents doivent s’adapter à un environnement peu familier. Pour apaiser leurs inquiétudes, les services hospitaliers de pédiatrie sont équipés pour accueillir, rassurer et aider l’enfant et sa famille à passer cette épreuve.

L’équipe médicale

enfant et pédiatre

Les services de pédiatrie accueillent les enfants jusqu’à la fin de l’adolescence. Ils sont dirigés par un chef de service responsable d’une équipe médicale composée de médecins hospitaliers, de médecins attachés (pédiatres de ville effectuant des consultations à l’hôpital) et d’internes. Les médecins effectuent habituellement une visite dans la matinée et une visite dans l’après-midi.

L’équipe paramédicale

L’équipe paramédicale constitue l’autre partie du service de pédiatrie. Elle est dirigée par un cadre infirmier qui travaille en collaboration avec le chef de service. L’équipe paramédicale est composée d’infirmières, de puéricultrices, d’aides-soignantes, d’auxiliaires de puériculture, d’agents de service et de personnel administratif. Les infirmières et les puéricultrices veillent sur les jeunes patients, effectuent les soins prescrits par les médecins, et les expliquent aux enfants et à leurs parents. Les aides-soignantes et les auxiliaires de puériculture contribuent aux soins et à la surveillance des enfants, aident aux repas, à la toilette et à la préparation de la chambre et du lit. Les agents de service veillent à l’entretien des locaux. Le secrétariat du service accueille les patients et leurs parents et les aide dans les formalités administratives.

Le personnel de ces deux équipes se relaie jour et nuit pour assurer une surveillance médicale vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Chaque matin, une réunion du personnel présent permet de faire le point sur chaque enfant hospitalisé et sur ses traitements.

Si nécessaire, d’autres professionnels peuvent intervenir dans le service : kinésithérapeute, diététicien, psychomotricien, psychologue, assistante sociale, éducateur de jeunes enfants (qui organisent des activités ludiques), ou enseignant de l’Éducation nationale (des horaires sont réservés à l’enseignement scolaire). Certaines associations viennent régulièrement dans le service pour offrir aux enfants des animations et des spectacles (jeux, contes, chansons, clowns, etc.).

La charte européenne des enfants hospitalisés
Cette charte a été rédigée en 1998, lors de la première conférence européenne des associations Enfants à l’Hôpital à Leiden (Pays-Bas). Elle résume et réaffirme les droits des enfants hospitalisés.
Article 1
  • L’admission à l’hôpital d’un enfant ne doit être réalisée que si les soins nécessités par sa maladie ne peuvent être prodigués à la maison, en consultation externe ou en hôpital de jour.

Article 2
  • Un enfant hospitalisé a le droit d’avoir ses parents ou leur substitut auprès de lui, jour et nuit, quel que soit son âge ou son état.

Article 3
  • On encouragera les parents à rester auprès de leur enfant et on leur offrira pour cela toutes les facilités matérielles, sans que cela entraîne un supplément financier ou une perte de salaire. On informera les parents sur les règles de vie et les façons de faire propres au service afin qu’ils participent activement aux soins prodigués à leur enfant.

Article 4
  • Les enfants et leurs parents ont le droit de recevoir une information sur la maladie et les soins, adaptée à leur âge et leur compréhension, afin de participer aux décisions les concernant.

Article 5
  • On évitera tout examen ou traitement non indispensable. On essaiera de réduire autant que possible les agressions physiques ou émotionnelles et la douleur.

Article 6
  • Les enfants ne doivent pas être admis dans des services pour adultes. Ils doivent être réunis par groupes d’âge pour bénéficier de jeux, loisirs, activités éducatives adaptés, en toute sécurité. Leurs visiteurs doivent être acceptés sans limite d’âge.

Article 7
  • L’hôpital doit fournir aux enfants un environnement correspondant à leurs besoins physiques, affectifs et éducatifs, tant sur le plan de l’équipement que du personnel et de la sécurité.

Article 8
  • L’équipe soignante doit être formée à répondre aux besoins psychologiques et émotionnels des enfants et de leur famille.

Article 9
  • L’équipe soignante doit être organisée de façon à assurer une continuité dans les soins donnés à chaque enfant.

Article 10
  • L’intimité de chaque enfant doit être respectée. Il doit être traité avec tact et compréhension en toutes circonstances.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité