En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment suit-on la croissance des enfants ?

Mis à jour : Jeudi 28 Avril 2016

La croissance d'un enfant peut être suivie grâce à la mesure de sa taille, de son poids et son tour de tête (périmètre crânien). Dans le carnet de santé, certaines pages permettent de garder la trace de ces mesures et de les comparer avec les valeurs habituellement observées en France.

Que mesure le médecin ?

taille d'un enfant

Le médecin mesure trois paramètres : la taille et le périmètre crânien (en centimètres), ainsi que le poids (en kilogrammes). À partir de la taille et du poids, il calcule la corpulence (indice de masse corporelle). Ces quatre valeurs sont notées sur des graphiques figurant dans la partie "Courbes de croissance" du carnet de santé.

    Pour tracer les courbes de croissance, il est conseillé de mesurer et de peser son enfant :
  • tous les mois, de la naissance jusqu’à deux ans ;
  • au minimum tous les six mois jusqu’à six ans ;
  • au moins tous les ans jusqu’à la puberté.
La courbe de périmètre crânien
Cette courbe permet de surveiller la croissance en général et celle du cerveau en particulier. Les mesures du tour de tête sont généralement faites par le médecin. Elles sont particulièrement importantes la première année car elles permettent la détection précoce d’anomalies de développement du système nerveux.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité