En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Quel rôle pour la médecine scolaire ?

Mis à jour : Vendredi 07 Août 2009

Le travail de la médecine scolaire consiste essentiellement à promouvoir la santé en milieu scolaire, avec notamment le suivi médical des élèves et la mise en place d'actions de prévention au sein des établissements. Elle est également chargée d'une mission de santé publique dans le suivi de la santé des enfants en général.

L'équipe médico-scolaire

cartable

Chaque établissement scolaire (écoles maternelles, écoles primaires, collèges et lycées) doit posséder dans ses locaux un service de médecine scolaire assuré par des professionnels de santé spécialisés. Cette équipe est constituée de médecins scolaires (désormais appelés « médecins de l’Éducation nationale »), d’infirmières, de secrétaires médico-scolaires et d’assistantes sociales qui font partie intégrante de l’équipe éducative d’un établissement. Ces professionnels de santé sont rattachés à un centre médico-scolaire lié à un secteur géographique. La plupart du temps, ils interviennent sur plusieurs établissements. Comme tous les professionnels de la santé, les membres de l’équipe médico-scolaire agissent sous couvert du secret médical et professionnel.

Le suivi médical des élèves

    La fonction de la médecine scolaire ne se résume pas aux soins ponctuels dispensés aux élèves. Elle assure également des missions en lien avec le suivi médical des enfants :
  • l’organisation des bilans de santé, en particulier l’examen obligatoire à l’âge de six ans, et d’examens médicaux périodiques, notamment au moment de l’orientation scolaire et professionnelle ;
  • la mise en place d’un dossier de santé pour chacun des élèves, avec contrôle des vaccinations ;
  • l’identification des élèves en difficulté et de ceux souffrant de troubles du développement, du langage ou de l’apprentissage ;
  • l’organisation du suivi médical des enfants handicapés ou souffrant de maladies chroniques, avec la mise en place de projets d’accueil individualisé et de mesures d’intégration.

Si votre enfant présente un problème particulier de nature à constituer un risque (asthme, diabète, allergies, épilepsie, troubles du comportement, par exemple), l’équipe médico-scolaire est votre partenaire dans le suivi quotidien de sa santé.

L'éducation à la santé et la prévention

En concertation avec le chef d’établissement et les enseignants, l’équipe médico-scolaire organise des actions de prévention et d’éducation à la santé au sein même de l’établissement. Les thèmes abordés sont divers, tels l’hygiène bucco-dentaire, l’équilibre alimentaire, la maltraitance, la puberté, la sexualité, le tabagisme, l’alcool, les drogues. Elle peut aussi organiser certaines formations pour les enseignants, par exemple une formation aux gestes de premiers secours.

L’équipe médico-scolaire participe également à la surveillance de l’environnement scolaire en matière d’hygiène et de sécurité. En cas d’événements graves ou traumatisants survenant dans la communauté scolaire (épidémies, alertes de santé publique, accidents, par exemple), elle organise des dispositifs d’intervention adaptés.

Un rôle d'alerte

Les parents sont tenus d’avertir l’établissement scolaire de leur enfant dès la première demi-journée d’absence pour cause de maladie, en particulier s’il s’agit d’une maladie contagieuse. Certaines de ces maladies imposent l’éviction scolaire : l’enfant ne doit pas se présenter en classe. Pour d’autres maladies contagieuses, cette éviction est laissée à l’appréciation du médecin. L’absence doit être signifiée par écrit sur le carnet de liaison ou sur papier libre. Au-delà d’une absence de trois jours, le retour en classe nécessite un certificat médical mais, sauf cas exceptionnel, l’établissement scolaire n’a pas à exiger un certificat de non contagion.

L’équipe médico-scolaire a également un devoir d’alerte en cas de problème de maltraitance (violences physiques, morales ou sexuelles) ou de négligence de la part des parents (alimentation, hygiène, éducation, sécurité, par exemple). Si elle constate de tels agissements, elle est tenue d’en avertir les autorités concernées (instances policières et judiciaires, services sociaux, etc.).

Un rôle de conseiller

Les médecins de l’Éducation nationale ont un rôle important de conseillers techniques en matière de prévention sanitaire auprès des inspecteurs de l’Éducation nationale, des chefs d’établissement et des directeurs d’écoles. Ils participent à divers conseils et commissions au sein de l’institution scolaire.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité