En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Lexique médical – Termes commençant par C

Cliquez sur une lettre pour accéder aux définitions du lexique.

caféine

Substance stimulante présente dans certaines boissons et certains médicaments.

Une tasse de café en contient environ 100 mg ; une tasse de thé, environ 50 mg ; une boisson à base de cola, 20 à 30 mg. La durée d'action de la caféine est variable selon les personnes ; elle est plus courte chez les fumeurs et plus longue chez les femmes prenant la pilule ou chez les femmes enceintes.

Consultez l'article : Caféine

calcul

Concrétion (pierre) qui se forme dans les voies excrétrices de certains organes : voies urinaires, biliaires, salivaires.

Synonyme : lithiase.

calcul biliaire

Corps solide que forme le cholestérol dans la vésicule ou les voies biliaires.

Consultez l'article : Calculs biliaires

calcul rénal

Particule solide formée dans le rein par précipitation de substances normalement dissoutes dans l'urine.

Consultez l'article : Coliques néphrétiques (calculs rénaux)

cancer

Maladie due au développement anarchique et incontrôlable de certaines cellules de l'organisme. Ces cellules anormales, capables de se multiplier indéfiniment, peuvent envahir des organes ou des vaisseaux sanguins et lymphatiques, formant à distance de nouvelles tumeurs, appelées métastases. On classe les cancers en tumeurs solides (qui se développent à partir d'un organe visible) et en tumeurs liquidiennes, qui proviennent des cellules de la moelle osseuse (leucémies notamment).

Consultez les articles : Les cancers

cancer hormonodépendant

Cancer dont le développement est susceptible d'être stimulé par certaines hormones : cancer de la prostate, cancer du sein, cancer du corps de l'utérus. En revanche, le cancer du col de l'utérus n'est pas hormonodépendant et n'interdit pas l'usage des médicaments contenant des hormones.

candidose

Multiplication anormale d'une levure microscopique, Candida albicans le plus souvent. Il s'agit d'une complication fréquente et bénigne des traitements antibiotiques. Les principaux symptômes sont des troubles digestifs, une coloration marron ou noire de la langue, des taches blanches sur le palais ou la langue (muguet), des démangeaisons ou des brûlures de la vulve ou du gland.

capacité respiratoire

La capacité respiratoire est le volume d'air inspiré et expiré lors d'une respiration profonde. Elle est mesurée au cours d'examens dits d'exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) qui consistent à souffler le plus vite et le plus fort possible à travers un embout buccal pour vider les poumons après avoir inspiré au maximum. L'embout est relié à un appareil, le spiromètre.

capillaire

Vaisseau sanguin de très faible diamètre.

cardiomyopathie

Maladie du muscle cardiaque. Dans la cardiomyopathie obstructive, l'épaississement du muscle cardiaque gêne l'écoulement du sang.

Synonyme : myocardiopathie.

carence

Déficit concernant habituellement des nutriments, des vitamines, des sels minéraux, etc. Une alimentation diversifiée est la meilleure prévention des carences.

carotides

Artères principales du cou qui irriguent le cou, le visage et le cerveau.

cataplasme

Traitement local consistant en l'application d'une pâte sur la peau, recouverte ou non d'un pansement. Lorsque le cataplasme renferme de la farine de moutarde, il est appelé sinapisme.

cataracte

Opacification progressive du cristallin. Elle peut être due au vieillissement, à une maladie ou à l'usage prolongé de certains médicaments comme les corticoïdes.

Consultez l'article : Cataracte

catarrhe tubaire

Affection responsable d'une sensation d'oreille bouchée par obstruction de la trompe d'Eustache, fin canal qui fait communiquer l'oreille moyenne avec les fosses nasales.

cathéter

Fin tuyau souple destiné à administrer un médicament. Il peut être placé dans une veine, une artère ou dans le nez.

cécité

Perte complète de la vue. Elle peut être congénitale (survenant dans les premiers mois de la vie) ou acquise (secondaire à une maladie comme le glaucome, la dégénérescence maculaire humide, l'hémorragie rétinienne, etc.).

céphalée

Mal de tête.

Consultez l'article : Maux de tête et migraine

céphalosporine

Famille d'antibiotiques apparentés à la pénicilline. Les personnes allergiques à la pénicilline peuvent l'être également aux céphalosporines.

CH

Abréviation de centésimale hahnemannienne. Cette unité correspond à la dilution au centième d'une substance homéopathique. 6 CH signifie que la substance (teinture mère) a été diluée au centième, six fois de suite.

Chagas

Maladie parasitaire, également appelée trypanosomose américaine, transmise par des punaises, en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

Consultez l'article : Maladie de Chagas

chambre implantable

Petit boîtier implanté sous la peau et relié à un cathéter lui même implanté dans une grosse veine : posé sous anesthésie locale, ce système permet d'administrer des traitements par voie intraveineuse (perfusions) sans solliciter les veines du bras, qui peuvent alors être réservées aux prises de sang. Il est notamment utilisé pour les chimiothérapies anticancéreuses.

charge virale

Appréciation du nombre de virus dans un milieu biologique donné (le plus souvent le sang). Utilisée notamment dans la surveillance des infections par le VIH, la mesure de la charge virale permet d'estimer l'efficacité du traitement antiviral, dont l'objectif est de la rendre indétectable.

chélateur

Substance qui se lie à une autre substance présente dans une solution et la rend insoluble.

chéloïde

Cicatrice volumineuse et inesthétique survenant de façon imprévisible après une incision chirurgicale ou une plaie.

Voir aussi : cicatrice hypertrophique.

chimioprophylaxie

Utilisation de médicaments dans le but de prévenir une maladie. Ce terme est souvent employé dans le cas du paludisme, associé à la lutte contre les moustiques.

chimiothérapie anticancéreuse

Traitement médicamenteux destiné à soigner les cancers. Le mécanisme d'action des différentes chimiothérapies est très proche : il consiste à détruire les cellules cancéreuses, qui se divisent rapidement, en altérant leur ADN, leur métabolisme ou les mécanismes moléculaires qui leur permettent de se diviser. Suivant leur mode d'action, les chimiothérapies anticancéreuses sont classées en plusieurs grandes familles : les alkylants, les antimétabolites, les poisons du fuseau et les inhibiteurs de la topo-isomérase. D'autres ont un mode d'action complexe, qui ne permet pas de les classer facilement.

La toxicité des chimiothérapies n'est malheureusement pas dirigée exclusivement contre les cellules cancéreuses. D'autres cellules à développement rapide, comme celles du sang, des cheveux ou du tube digestif, sont également touchées, entraînant de nombreux effets indésirables. Mais contrairement aux cellules tumorales, les cellules saines ont des capacités de réparation plus ou moins complètes, ce qui explique par exemple que les cheveux repoussent après une chimiothérapie qui a provoqué leur chute.

chlamydiose

Maladie due à une bactérie. Il existe plusieurs types de chlamydioses, dont le plus fréquent est une maladie sexuellement transmissible.

choc

Malaise brutal et grave avec chute de la pression artérielle. Les principales causes de choc sont les allergies (choc allergique ou anaphylactique), les troubles cardiovasculaires graves (choc cardiovasculaire) et les septicémies (choc septique).

choc anaphylactique

Choc d'origine allergique se manifestant par une baisse brutale de la tension artérielle, due à une dilatation extrême des vaisseaux sanguins. Il survient après un contact avec une substance allergisante (aliment, piqûre d'insecte, injection ou absorption de médicament).

cholagogue

Médicament qui facilite l'évacuation de la bile, de la vésicule biliaire vers l'intestin.

choléra

Maladie bactérienne transmise par l'eau et l'alimentation. Elle est peut être grave en raison du risque majeur de déshydratation.

Consultez l'article : Choléra

cholérétique

Médicament qui stimule la production de la bile par le foie.

cholestérol

Principale graisse circulant dans le sang. Elle est utilisée dans l'organisme comme matière première, notamment pour l'enveloppe des cellules et pour la synthèse des hormones stéroïdes. En excès, le cholestérol est éliminé dans la bile, mais il peut également s'accumuler dans les artères et former des plaques d'athérome.

Consultez l'article : Cholestérol

chondrocalcinose

Maladie des articulations ressemblant à la goutte, mais due à des dépôts de cristaux de phosphate de calcium (et non pas d'acide urique) dans le cartilage.

chorée

Maladie neurologique se manifestant par des contractions et des mouvements musculaires anormaux.

cicatrice hypertrophique

Cicatrice anormale dépassant la surface de la peau. Lors d'une incision ou d'une plaie, les cellules de la peau produisent du collagène qui vient combler la perte de substance. Lorsque la plaie est comblée ou que les bords de l'incision ou de la coupure sont « recollés », le processus de cicatrisation doit normalement s'arrêter. Dans certains cas, il continue de façon anarchique et la production excessive de collagène forme un bourrelet qui dépasse la surface de la peau, formant une cicatrice hypertrophique (chéloïde).

ciguatera

Intoxication par certains poissons des mers coralliennes.

Consultez l'article : Ciguatera (la « gratte »)

cirrhose

Destruction progressive du foie consécutive à l'alcoolisme, mais également à certaines hépatites virales ou à des maladies rares.

Consultez l'article : Cancer du foie

coagulation intravasculaire disséminée

Contrairement à ce qu'indique son nom, c'est une hémorragie qui succède à la formation de caillots multiples dans l'ensemble des vaisseaux de l'organisme, survenant notamment lors d'une opération, d'une infection ou de certaines maladies du sang.

codéine

Substance extraite du pavot (opium), utilisée pour ses propriétés sédatives sur le système nerveux central, notamment :

  • sur les centres nerveux de la toux (action antitussive),

  • sur les centres nerveux de la douleur (action antalgique).

Cette action sédative globale est malheureusement à l'origine d'une somnolence gênante, quand la codéine est prise à forte dose.

Par ailleurs, la parenté chimique avec la morphine expose à un risque de dépendance en cas de traitement prolongé à forte dose. La codéine reste néanmoins l'antitussif le plus efficace et un antalgique puissant, notamment en association avec le paracétamol.

colibacille

Bactérie normalement présente dans le tube digestif. Son nom scientifique est Escherichia coli. Elle peut être responsable d'infection urinaire ou intestinale.

colique néphrétique

Douleur aiguë du ventre ou du dos provoquée par un calcul qui obstrue les voies urinaires. Il s'agit généralement de calculs d'acide urique ou de sels de calcium.

Consultez l'article : Coliques néphrétiques (calculs rénaux)

colite

Inflammation d'une partie ou de la totalité du côlon. Elle peut être causée par une infection bactérienne ou parasitaire, une maladie inflammatoire (maladie de Crohn) ou un dérèglement de l'intestin (colite spasmodique).

collagène

Protéine fibreuse qui assure la cohésion des tissus vivants, notamment de la peau.

collapsus

Affaissement des parois d'un vaisseau sanguin lorsque la pression artérielle baisse brutalement. Par extension, chute rapide de la tension artérielle.

collapsus cardiovasculaire

Maladie grave avec chute brutale de la tension artérielle.

collodion

Solution de nitrocellulose dans un mélange d'alcool et d'éther. Appliquée sur une plaie, elle s'évapore et laisse une fine pellicule étanche et adhérente destinée à protéger la plaie.

collutoire

Médicament qui agit par contact sur l'arrière-gorge et les parois internes de la bouche. Il est administré par pulvérisation ou en badigeon.

collyre

Médicament servant au traitement local d'affections des yeux.

coloscopie

Visualisation de l'intérieur du gros intestin (côlon) à l'aide d'un câble souple (endoscope) contenant des fibres optiques et relié à une caméra, qu'on introduit par l'anus. Réalisé sous anesthésie générale, cet examen permet également de retirer, à l'aide de petites pinces reliées à l'endoscope, d'éventuelles lésions de la paroi interne du colon.

colposcopie

Examen du col de l'utérus à l'aide d'un instrument optique grossissant. Le col est badigeonné d'acide acétique et d'iode pour mettre en évidence des lésions susceptibles d'évoluer en cancer. Si nécessaire, des fragments de tissus sont ensuite prélevés pour analyse. Cet examen est désagréable, mais indolore.

coma

Trouble de la conscience, allant de la simple torpeur à la perte de connaissance complète (coma profond).

complexe

Nom donné à une association de plusieurs remèdes homéopathiques. En général, les dilutions employées sont basses : de 3 DH (décimale hahnemannienne) à 6 CH (centésimale hahnemannienne).

conduit auditif externe

Partie de l'oreille qui se situe entre le pavillon (la partie visible de l'oreille) et le tympan (la membrane qui permet de capter les sons). Il est couvert d'un épiderme fragile qui sécrète une substance protectrice, le cérumen.

condylome

Verrue de l'anus et des organes génitaux, due à un virus. La transmission du virus se fait par voie sexuelle et est favorisée par une irritation locale.

Consultez l'article : Verrues génitales (condylomes)

confusion

Une personne atteinte de confusion souffre de désorientation, d'anxiété et de troubles de la mémoire. La confusion peut être due à un trouble neurologique, à une infection ou à une intoxication (par exemple par un médicament).

congénital

Qui existe à la naissance.

conjonctive

Muqueuse transparente qui recouvre la paroi interne des paupières et la partie antérieure de l'œil.

conjonctivite

Inflammation de la conjonctive, due à un corps étranger, à une allergie, à une infection ou à un produit irritant.

Consultez l'article : Yeux rouges (conjonctivite)

connectivite

Ensemble de maladies rares appelées également collagénoses : lupus érythémateux disséminé, périartérite noueuse, sclérodermie, dermatomyosite, etc.

constipation

Ralentissement du transit intestinal se traduisant par la raréfaction des selles.

Consultez l'article : Constipation de l’adulte ou Constipation de bébé et de l'enfant

contention élastique

Traitement de l'insuffisance veineuse ou lymphatique : un bas élastique ou une bande maintient la jambe ou le bras pour empêcher le relâchement exagéré des vaisseaux et la formation d'œdèmes. En fonction de la gravité de l'œdème, le médecin prescrit une contention faible, moyenne ou forte.

contraceptif

Qui s'oppose à la conception : contraceptif oral (pilule), local (stérilet, spermicide, diaphragme et préservatif).

Consultez l'article : Contraception féminine

convulsions

Contractions involontaires limitées à quelques muscles ou généralisées à tout le corps. Elles sont dues à une souffrance ou à une stimulation excessive du cerveau : fièvre, intoxication, manque d'oxygène, lésion du cerveau. Les convulsions peuvent être dues à une crise d'épilepsie ou à une fièvre élevée chez le jeune enfant.

cornée

Partie centrale transparente de l'œil, qui recouvre la pupille et l'iris.

corticoïde

Substance proche de la cortisone. Les corticoïdes naturels, nécessaires au fonctionnement de l'organisme, sont fabriqués par les glandes surrénales. Les corticoïdes de synthèse, dérivés chimiques de la cortisone, sont utilisés comme anti-inflammatoires puissants.

corticothérapie

Traitement par la cortisone ou par un de ses dérivés.

cortisone

Hormone sécrétée par les glandes surrénales. Elle participe à la régulation des sucres, des graisses et des protéines de l'organisme, mais aussi à la réaction du corps lors d'un stress. Ses puissantes propriétés anti-inflammatoires sont utilisées en thérapeutique. La cortisone naturelle porte le nom de cortisol (dosable par des analyses de sang). L'hydrocortisone est la forme médicamenteuse la plus proche de la cortisone naturelle, elle est surtout utilisée dans le traitement substitutif des maladies dues à un déficit en cortisone. D'autres dérivés chimiques plus puissants sont employés lorsque l'on recherche un effet anti-inflammatoire : prednisone, prednisolone, bétaméthasone, dexaméthasone, etc.

créatinine

Substance dosable dans le sang, dont l'élévation anormale traduit une insuffisance rénale.

crevasse

Fissures de la peau et des muqueuses qui persistent sans guérir. Elles sont très douloureuses. Elles sont souvent provoquées par une exposition répétée au froid et à l'humidité.

Synonyme  : gerçures.

cristallin

Partie de l'œil agissant comme une loupe, située en arrière de l'iris et de la pupille, et qui fait converger la lumière vers la rétine.

Crohn

Inflammation de l'intestin, qui peut causer des ulcères et des rétrécissements. Elle devient souvent chronique et peut s'accompagner de diarrhées tenaces et de dénutrition.

Consultez l'article : Maladie de Crohn

cruralgie

Douleur de la cuisse, due à l'irritation des racines du nerf crural. Contrairement à la sciatique, la douleur crurale se situe sur le devant de la cuisse et ne descend pas en dessous du genou.

Consultez l'article : Douleur sciatique

cryothérapie

Utilisation du froid à des fins thérapeutiques. Par exemple, applications de compresses froides contre la douleur des entorses et des contusions, mais aussi utilisation de neige carbonique pour brûler des verrues.

cryptococcose

Infection grave due à un champignon (Cryptococcus neoformans), rencontrée essentiellement chez les personnes souffrant d'un déficit immunitaire.

cul-de-sac conjonctival

Espace formé lorsqu'on tire vers le bas la paupière inférieure, qui se décolle de l'œil et forme une cavité. C'est dans celle-ci que doivent être déposées les gouttes de collyre et les pommades ophtalmiques. Le médicament se répartit naturellement sur la totalité de l'œil. Il sera éliminé, comme les larmes, par le canal lacrymal, qui évacue les larmes vers le nez.

Cushing

Le syndrome de Cushing est dû à un excès de cortisol dans le sang. Il se manifeste essentiellement par une obésité du tronc et un épaississement de la face. L'excès de cortisol peut être dû à un traitement prolongé par un corticoïde ou à une maladie de la glande surrénale (maladie de Cushing).

cushingoïde

Qualifie l'aspect d'une personne qui semble atteinte de la maladie de Cushing.

cyclines

Famille d'antibiotiques utilisés notamment dans le traitement de l'acné et de certaines infections génitales.

cyphose

Accentuation anormale de la courbure de la colonne vertébrale au niveau du thorax (dos anormalement voûté). Elle peut être congénitale ou provoquée par des anomalies de la croissance, un affaissement des vertèbres, etc.

cystine

Acide aminé riche en soufre. Il occupe une place importante dans le métabolisme de la peau, des cheveux et des ongles. Dans de très rares cas, la cystine peut être à l'origine de calculs urinaires.

cystite

Infection de la vessie se traduisant par des brûlures, des urines troubles et parfois sanglantes, et une envie fréquente d'uriner.

Consultez l'article : Infection urinaire (cystite)

cytochromes

Les cytochromes sont des enzymes du foie impliquées dans la transformation et l'élimination des médicaments. Beaucoup d'interactions médicamenteuses sont dues au fait que les médicaments en cause sont métabolisés par le même cytochrome ou que l'action de ce cytochrome est modifiée par un autre médicament.