En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Le diagnostic et les traitements de l’arthrose

Mis à jour : Mardi 03 Janvier 2017

Comment diagnostique-t-on l’arthrose ?

Outre l’examen clinique, la radiographie permet de diagnostiquer et de suivre l'évolution de l'arthrose. La radiographie montre des images caractéristiques où l’os situé sous le cartilage se densifie tandis que des excroissances osseuses apparaissent autour de l’articulation.

Comment soigne-t-on l’arthrose ?

Une activité physique adaptée est un élément essentiel de la prise en charge de l'arthrose. Pratiquée de manière régulière, elle permet d'entretenir la musculature et de maintenir la mobilité. Les traitements médicamenteux sont essentiellement destinés à combattre la douleur et l'inflammation. Il s'agit de médicaments à avaler, à injecter dans l'articulation douloureuse ou à appliquer localement. Des traitements antiarthrosiques d'action lente peuvent aussi être proposés.

Le médecin peut également faire appel à des orthèses, à la kinésithérapie ou à des cures thermales. Dans les cas graves, la pose d’une prothèse articulaire peut s’avérer nécessaire, par exemple au niveau de la hanche ou du genou.

Les médicaments antalgiques et anti-inflammatoires par voie orale et locale

Les douleurs de l'arthrose peuvent être soulagées par des traitements antalgiques pris par voie orale.

Les antalgiques dans le traitement de l'arthrose

Les médicaments contenant du paracétamol sont recommandés en premier lieu. Dans le traitement de l'arthrose, le paracétamol peut être pris à la dose de un gramme, quatre fois par jour, mais uniquement sur prescription médicale. En cas de traitement anticoagulant oral et de prise d’une dose de quatre grammes de paracétamol par jour pendant quatre jours ou plus, une surveillance accrue du traitement anticoagulant peut être nécessaire.

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Des antalgiques contenant de l'aspirine ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) à faible dose, comme l'ibuprofène ou le kétoprofène peuvent également permettre de soulager la douleur. Ils peuvent être obtenus sans ordonnance, mais ne doivent pas être utilisés de manière prolongée sans avis médical.

Le médecin peut parfois prescrire des médicaments contre la douleur plus puissants contenant des dérivés de l’opium (codéine, tramadol). La codéine peut être mal tolérée par certaines personnes (nausées, vertiges, constipation). Certains de ces médicaments associent la codéine au paracétamol et exposent à un risque de surdosage toxique pour le foie en cas de prise conjointe avec des médicaments contenant du paracétamol seul.

Les AINS prescrits dans le traitement des arthroses invalidantes

Si le soulagement est insuffisant, le médecin peut également prescrire des AINS disponibles uniquement sur ordonnance pour traiter l’arthrose, notamment lorsqu'elle est invalidante. Ces médicaments diminuent la douleur, l’inflammation des articulations, ainsi que la raideur. En raison de possibles effets indésirables digestifs (brûlures d'estomac, ulcère de l’estomac ou du duodénum), ils ne doivent pas être utilisés de façon prolongée sans avis médical. On les associe parfois à des médicaments protecteurs de l’estomac (inhibiteurs de la pompe à protons).

Les médicaments contenant du méloxicam, du piroxicam et du ténoxicam sont susceptibles de provoquer des allergies cutanées graves (syndrome de Lyell ou de Stevens Johnson par exemple). L’apparition de boutons ou de cloques sur la peau nécessite l'arrêt immédiat du traitement et un avis médical urgent. En raison d’un risque plus élevé de toxicité digestive, l’utilisation du piroxicam dans l’arthrose est réservée aux patients qui ne sont pas soulagés par les autres AINS.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 15 Décembre 2016

AINS : acéclofénac

AINS : acide niflumique

AINS : alminoprofène

AINS : étodolac

AINS : étoricoxib

AINS : flurbiprofène

AINS : indométacine

AINS : nabumétone

AINS : sulindac

AINS : ténoxicam

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les traitements antalgiques locaux

Certains anti-inflammatoires (AINS) sous forme de gel pour application locale peuvent être utilisés pour soulager les douleurs d’arthrose des petites articulations (doigts, genoux, etc). Ils n’exposent pas aux effets indésirables digestifs des AINS par voie orale. Les gels contenant du kétoprofène sont néanmoins susceptibles d’entraîner des réactions de photosensibilité. Les zones traitées avec le gel doivent être recouvertes par un vêtement pour ne pas être exposées au soleil, même voilé, pendant toute la durée du traitement et pendant les 15 qui suivent son arrêt.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Les infiltrations dans les articulations

Lors d'arthrose sévère, certains médicaments sont injectés directement dans l'articulation douloureuse.

Les injections intra-articulaires de corticoïdes

Les glucocorticoïdes, ou corticoïdes, sont des produits de synthèse dérivés de la cortisone, une hormone sécrétée par les glandes surrénales. Les glucocorticoïdes sont également appelés corticostéroïdes. Ils diminuent les signes caractéristiques de la réaction inflammatoire (chaleur, rougeur et gonflement). Les glucocorticoïdes sont des médicaments délivrés sur ordonnance.

Dans le traitement de l'arthrose, les corticoïdes sont généralement administrés sous forme d'infiltrations. L'infiltration consiste à injecter une solution de glucocorticoïde dans ou autour d'une articulation pour calmer la douleur et réduire l'inflammation. Il s'agit d'un traitement local qui permet d'obtenir une forte concentration d’anti-inflammatoire à l'endroit de l'inflammation. Avec les glucocorticoïdes injectables à effet retard (dont l'effet dure plusieurs jours), des réactions douloureuses au site d'injection peuvent survenir dans les douze heures suivant l’injection. Elles disparaissent spontanément. Les infiltrations ne doivent être pratiquées que par un médecin expérimenté et dans des règles d'asepsie strictes. Pratiquée dans de mauvaises conditions d'hygiène, une infiltration peut provoquer la survenue d'une infection au point d'injection, provoquant l'infection de l'articulation ou un abcès. Si vous constatez un gonflement très douloureux et chaud accompagné de fièvre dans les jours qui suivent une infiltration, prévenez aussitôt votre médecin.

Les effets indésirables des corticoïdes
Lorsqu'ils sont pris par voie orale, les corticoïdes ont des effets indésirables que l'on observe essentiellement lors de traitements de longue durée (plusieurs semaines à plusieurs mois) : rétention d'eau (prise de poids, gonflement du visage), troubles du sommeil et surexcitation, hypertension artérielle, diabète, peau plus fine et cicatrisant plus lentement, ecchymoses (bleus), acné, etc. Les corticoïdes de synthèse ont un effet anti-inflammatoire plus puissant que la cortisone naturelle et, à efficacité égale, ils présentent moins d'effets indésirables.
Dans le cadre du traitement de l'arthrose, les corticoïdes pris par voie orale sont essentiellement utilisés pour traiter des phases aiguës très invalidantes.
Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 15 Décembre 2016

Corticoïdes injectables à action immédiate

Les injections d’acide hyaluronique

Les injections d'acide hyaluronique dans le genou permettent de soulager la douleur et de diminuer la gêne. Les injections ne sont remboursées par l'Assurance maladie que si elles sont prescrites et réalisées par un rhumatologue, un médecin spécialisé en réadaptation ou un chirurgien orthopédiste.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 15 Décembre 2016

Antiarthrosiques : acide hyaluronique

Les antiarthrosiques d’action lente et autres médicaments

D'autres médicaments sont parfois prescrits dans le but de préserver les cartilages : chondroïtine sulfate, glucosamine, diacéréine, insaponifiables d’avocat et de soja. Suite à la réévaluation de leur service médical rendu par les autorités de santé, ils ne sont plus remboursés par l'Assurance maladie. Certaines de ces substances (glucosamine, chondroïtine...) sont également présentes dans des compléments alimentaires.

L'Agence européenne du médicament a mené une réévaluation de la balance bénéfice/risque des médicaments à base de diacéréine, suite à la survenue de troubles digestifs fréquents (avec des diarrhées parfois sévères) et de cas d’hépatite et de réactions cutanées graves. En décembre 2014, l’Agence française du médicament a émis de nouvelles recommandations pour minimiser les risques d'effets indésirables de la diacéréine : limitation de la prescription aux personnes de moins de 65 ans, initiation du traitement à dose réduite et surveillance régulière du fonctionnement du foie (dosage des transaminases).

Pour en savoir plus : Diacéréine : restriction d'utilisation et nouvelles recommandations d'utilisation.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 15 Décembre 2016

Antiarthrosiques : chondroïtine sulfate

Antiarthrosiques : extraits d'avocat et soja

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Des médicaments d'homéopathie, de phytothérapie ou des oligo-éléments sont également indiqués en cas de douleurs articulaires légères.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 15 Décembre 2016

Homéopathie

Traitements locaux divers

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

La chirurgie dans le traitement de l'arthrose

Chez les patients atteints d’arthrose qui ne sont pas soulagés par les médicaments ou la kinésithérapie, un traitement chirurgical peut être envisagé, notamment en cas d’arthrose de la hanche ou du genou. Dans la majorité des cas, la chirurgie consiste à poser une prothèse totale pour remplacer l’articulation abîmée. L’intervention permet d’améliorer la qualité de vie des patients souffrant d’arthrose.

Il existe de nombreux modèles de prothèses. Le choix tient compte de l’état de santé, de l’âge et de l’anatomie du patient. L’intervention nécessite une hospitalisation de plusieurs jours puis ensuite d’une rééducation.

Comme pour toute intervention chirurgicale, des complications sont possibles : phlébite, infection, hématome. Un traitement anticoagulant est habituellement prescrit dans les suites de l’opération pour prévenir le risque de phlébite. Des complications à plus long terme peuvent également être observées : raideur ou luxation de l’articulation, descellement de la prothèse...

bonjour docteur

Un traitement qui soulage mais ne soigne pas

Actualités

Deux patientes atteintes d'un cancer du sein équipées d'un casque réfrigérant électrique pendant leur chimiothérapie (® PAXMAN).

Chimiothérapie et chute de cheveux : deux études confirment l'intérêt du port d'un casque réfrigérant

L'incidence des infections invasives à méningocoque C la plus élevée concerne les nourrissons de moins de 1 an (illustration).

Echec de la stratégie vaccinale contre le méningocoque C : nouvelles recommandations du HCSP

Les scores FRAX et QFracture semblent efficaces pour prédire le risque fracturaire ostéoporotique (illustration).

Ostéoporose après 50 ans : confirmation de l'intérêt de deux scores prédictifs du risque de fracture