En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Carie

Mis à jour : Vendredi 17 Mars 2017

Cavités creusées dans les dents par des bactéries, les caries provoquent des douleurs dentaires et peuvent entraîner la chute des dents. Seul le dentiste peut les traiter. Une bonne hygiène bucco-dentaire, associée à une alimentation équilibrée, peut en prévenir l’apparition. L’apport de fluor contribue également à leur prévention.

Quels sont les symptômes des caries ?

carie

Une carie se manifeste souvent par l’hypersensibilité d’une dent : le contact avec des aliments acides, froids ou chauds déclenche une douleur aiguë. Une décoloration jaunâtre ou brunâtre de la dent peut également signaler une carie. Au début, les dents cariées ne réagissent qu’au chaud et au froid, et la douleur est passagère – bien que très variable d’un individu à l’autre. En effet, certaines personnes ne ressentent la carie que tardivement, lorsqu’une cavité a déjà été creusée. Quand le processus atteint la pulpe (au cœur de la dent), la dent peut s’infecter et être à l’origine de douleurs intenses et pulsatiles qui réveillent la nuit. A ce stade-là, elle devient également très sensible à la pression.

Quelles sont les complications éventuelles des caries ?

Une dent cariée ne guérit pas d’elle-même. Si elle n’est pas soignée par un dentiste, elle est vouée à la destruction à plus ou moins long terme, et devra sûrement être extraite. En l’absence d’intervention efficace, un abcès (une poche de pus) se forme parfois, provoquant des douleurs, de la fièvre et un gonflement d’une zone du visage ou de la bouche du côté de la dent abîmée. L’infection peut même se généraliser et être à l’origine de troubles graves.

Actualités

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire