En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Mauvaise haleine

Mis à jour : Lundi 12 Janvier 2015

Source d’embarras pour celui qui en est atteint comme pour son entourage, la mauvaise haleine (halitose) est un problème assez fréquent. De nombreux facteurs, y compris pathologiques, peuvent en être la cause. Une bonne hygiène bucco-dentaire et des gestes simples permettent en général de remédier à ce problème.

Quelles sont les causes de la mauvaise haleine ?

mauvaise haleine
    Les facteurs à l’origine d’une mauvaise haleine sont nombreux :
  • une mauvaise hygiène bucco-dentaire ;
  • une inflammation des gencives ou une parodontite, ou un abcès dentaire.
  • le tabagisme, qui provoque le dépôt d’un enduit blanchâtre sur la langue, ou la consommation excessive d’alcool ;
  • les aliments qui contiennent des dérivés soufrés (oignon, ail, chou, curry, etc.) ;
  • la bouche sèche ;
  • une infection de la gorge (angine), des amygdales ou des sinus ;
  • certaines maladies gastro-intestinales, par exemple un reflux gastro-œsophagien ;
  • des troubles du métabolisme.

Qu’est-ce que l’halitophobie ?

De nombreuses personnes sont persuadées à tort qu’elles ont mauvaise haleine. Cette phobie les conduit à un isolement social qui peut avoir des conséquences dramatiques. Si vous êtes persuadé que vous avez mauvaise haleine et que votre entourage ne confirme pas vos craintes sans pour autant vous rassurer, consultez votre médecin généraliste.

Actualités

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire