En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Après le traitement du cancer du pancréas

Mis à jour : Lundi 04 Juin 2012

Le suivi après le traitement d'un cancer du pancréas

Les personnes qui ont subi un traitement contre le cancer du pancréas font l’objet d’un suivi médical rapproché afin de dépister rapidement une rechute (relativement fréquente dans ce type de cancer).

Ce suivi consiste en des examens d’imagerie médicale (scanner, IRM) tous les trois à six mois. Tous les trois mois, des examens sanguins sont également pratiqués, à la recherche de l’antigène carcino-embryonnaire (ACE) et de la protéine CA 19-9, deux substances qui diminuent progressivement lorsque le traitement est parvenu à éliminer le cancer du pancréas. La glycémie à jeun (le taux de sucre dans le sang) est mesurée tous les six mois pour dépister un éventuel diabète. Un suivi nutritionnel est assuré chez les personnes qui ont subi un traitement chirurgical avec reconstruction du tube digestif.

Les signes qui doivent amener à consulter après un cancer du pancréas

Certains symptômes doivent inciter les personnes qui ont eu un cancer du pancréas à contacter rapidement leur médecin :

  • des démangeaisons sur tout le corps ;
  • une teinte jaune des yeux, du teint et des muqueuses ;
  • des urines foncées et des selles pâles.

Pour en savoir plus sur le cancer du pancréas

L’Institut national du cancer (INCa) publie des guides destinés aux patients, complets et faciles à comprendre. Consulter le guide consacré au cancer du pancréas.

Actualités

Aux Etats-Unis, le dépistage n'explique pas à lui seul la forte baisse de mortalité liée au cancer colorectal (illustration avec une affichette de sensibilisation française).

Diminution plus forte qu'attendue du cancer colorectal aux États-Unis : le dépistage n’explique pas tout

La toxine botulique semble pouvoir soulager les douleurs neuropathiques localisées (illustration).

Douleurs neuropathiques : la toxine botulique pourrait devenir un traitement de recours, selon l'INSERM

En Guyane et à Mayotte, la vaccination de tous les nouveau-nés avant la sortie de la maternité est une priorité de niveau 1 selon les recommandations du HCSP (illustration).

Pénurie de VACCIN BCG SSI : optimiser l'utilisation du vaccin polonais