En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Dépistage et diagnostic du cancer du pancréas

Mis à jour : Mercredi 19 Octobre 2016

Peut-on dépister le cancer du pancréas ?

Il n’existe pas de test de dépistage du cancer du pancréas.

Comment diagnostique-t-on le cancer du pancréas ?

biopsie du pancréas

Lorsque le médecin suspecte la présence d’un cancer du pancréas, il peut faire pratiquer divers examens pour confirmer son diagnostic :

  • une échographie de l’abdomen ;
  • un scanner de l’abdomen (tomodensitométrie) ou une IRM ;
  • une échoendoscopie : une sonde fine est introduite par la bouche jusqu’au duodénum (la première partie de l’intestin grêle après l’estomac). Elle permet de visualiser le canal pancréatique et le canal cholédoque (par lequel la bile passe dans l’intestin). Le médecin peut profiter de cet examen pour injecter des produits dans le canal pancréatique afin d’obtenir de meilleures images par les autres modes d’examen.

Cependant, le diagnostic définitif de cancer du pancréas est confirmé par un examen au microscope d’un petit fragment de pancréas (la biopsie). Cette biopsie peut être pratiquée soit à travers la peau du ventre en s’aidant d’une échographie pour guider le geste, soit lors de l’échoendoscopie, soit lors d’une intervention chirurgicale de l’abdomen.

Actualités

La ROSP est versée aux médecins libéraux en fonction d'indicateurs négociés avec l'assurance maladie dans le cadre d'une convention médicale (illustration).

Rémunération sur objectifs de santé publique : bilan à 5 ans globalement positif, sauf sur la prévention

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur