En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Dépistage et diagnostic du cancer de la thyroïde

Mis à jour : Mardi 18 Octobre 2016

Peut-on dépister le cancer de la thyroïde ?

Il n’existe pas de dépistage systématique du cancer de la thyroïde. Dans 25 % des cas, le diagnostic est fait de façon fortuite, à l’occasion du suivi d’une autre maladie de la thyroïde. Les autres circonstances qui peuvent amener à un dépistage sont la présence palpable d’un nodule dans la thyroïde ou de ganglions enflés dans le cou ou une modification de la voix.

Comment diagnostique-t-on le cancer de la thyroïde ?

test thyroïde

Le diagnostic des cancers de la thyroïde se fait généralement soit à la suite de la découverte d’un ou de plusieurs nodules thyroïdiens (qui peuvent être décelés par une palpation du cou), soit lors d’un examen pour une autre maladie de la thyroïde. Lorsque le médecin suspecte la présence d’un cancer de la thyroïde, divers examens peuvent être pratiqués pour confirmer le diagnostic :

  • une échographie du cou et de la thyroïde ;
  • une prise de sang pour doser les hormones thyroïdiennes (T3 et T4) et la thyréostimuline (TSH, l’hormone sécrétée par le cerveau qui contrôle l’activité de la thyroïde) ;
  • un prélèvement, à l’aide d’une aiguille extrafine, de cellules de la thyroïde pour examen au microscope (cytoponction) ;
  • parfois, une scintigraphie, une sorte de radiographie effectuée après avoir administré de l’iode radioactif qui marque les cellules de la thyroïde.

Lors d’une suspicion de cancer médullaire de la thyroïde, d’autres examens complémentaires peuvent être pratiqués : scanner (tomodensitométrie) pour repérer d’éventuels autres cancers, examens génétiques pour dépister une forme héréditaire ou mesure d’une protéine sécrétée par les cellules cancéreuses, l’antigène carcino-embryonnaire (ACE).

Nodule froid ou nodule chaud ?

La scintigraphie thyroïdienne permet d’avoir une image du fonctionnement de la thyroïde et de distinguer les éventuels nodules. En fonction de l’intensité avec laquelle le nodule fixe l’iode radioactif injecté au patient, on distingue des nodules qui sécrètent peu ou pas d’hormones thyroïdiennes (ils sont dits « froids ») et des nodules qui sécrètent beaucoup d’hormones thyroïdiennes (les nodules « chauds »). Les nodules chauds sont exceptionnellement cancéreux mais sont responsables d’hyperthyroïdie. Les nodules froids peuvent être cancéreux et nécessitent une biopsie. Certains nodules sont dits « tièdes » lorsqu’ils produisent autant d’hormones thyroïdiennes que le reste de la thyroïde.

Actualités

Les conséquences douloureuses des IVG médicamenteuses sont sous-estimées

IVG médicamenteuse : le risque de douleurs intenses nécessite anticipation et adaptation thérapeutique

Latte Art (café au lait chauffé à la vapeur traçant des motifs - illustration).

Insuffisance cardiaque : la prise de caféine augmente-t-elle le risque de troubles du rythme ?

Le risque de suicide après une hospitalisation en psychiatrie augmente particulièrement en cas de dépression (illustration).

Hospitalisation en psychiatrie et risque suicidaire : importance d'un suivi ambulatoire juste après la...