En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

La radiothérapie dans le traitement des tumeurs du cerveau

Mis à jour : Mardi 18 Octobre 2016

Dans le cadre du traitement des tumeurs du cerveau, la radiothérapie est le plus souvent utilisée en relais après une intervention chirurgicale, pour supprimer les cellules cancéreuses qui n'ont pas pu être retirées. Elle est également utilisée chez les personnes pour lesquelles la chirurgie n'est pas envisageable, éventuellement associée à la chimiothérapie.

La radiothérapie des tumeurs du cerveau en pratique

rayons tumeur au cerveau

Grâce aux images scanner et IRM, la trajectoire des rayons ionisants est calculée de manière à respecter le plus possible les zones saines du cerveau et à éviter les zones particulièrement sensibles aux rayonnements : les yeux et les nerfs optiques, les organes de l’audition et les nerfs acoustiques. Un masque adapté à la morphologie du crâne du patient est préparé afin de lui permettre de maintenir sa tête immobile pendant le traitement, et pour retrouver facilement une bonne position de la tête à chaque séance.

La radiothérapie des tumeurs du cerveau se déroule le plus souvent sur une période de cinq à six semaines, à raison de trois à cinq séances par semaine. Chaque séance dure environ un quart d’heure, dont quelques minutes d’exposition aux rayons.

Qu’est-ce que la radiochirurgie ?
Également appelée « radiothérapie stéréotaxique », la radiochirurgie consiste à administrer un faisceau de rayons ionisants qui encerclent la tumeur dans le but de la détruire. Cette technique est particulièrement utilisée pour traiter des tumeurs profondes pour lesquelles il serait trop dangereux de réaliser une intervention chirurgicale. Elle nécessite très peu de séances, voire même une seule, mais exige la pose d’un cadre de stéréotaxie et une hospitalisation d’un ou deux jours.
La radiochirurgie est réservée aux tumeurs de petite taille (moins de 3,5 centimètres de diamètre) et aux contours bien délimités. Il peut s’agir notamment des méningiomes, des neurinomes et des tumeurs qui se développent au niveau de l’hypophyse (adénome hypophysaire).

Les effets indésirables de la radiothérapie des tumeurs du cerveau

Les séances de radiothérapie destinées à traiter les tumeurs du cerveau peuvent entraîner des effets indésirables :

  • de la fatigue et de la dépression ;
  • une aggravation temporaire des symptômes présents avant le traitement, liée au gonflement inflammatoire (œdème) du cerveau ;
  • des nausées et des vomissements ;
  • des maux de tête ;
  • une irritation du cuir chevelu et une chute de cheveux à l’endroit où les rayons ont été appliqués. La chute de cheveux peut être temporaire ou définitive.

Ces effets indésirables peuvent également apparaître après la fin des séances de radiothérapie (jusqu’à trois mois après). Des traitements spécifiques peuvent être prescrits pour les soulager. À long terme, il arrive que la radiothérapie des tumeurs du cerveau entraîne des troubles de la concentration et de la mémoire, voir un ralentissement des mouvements.

Actualités

L'eczéma est relativement fréquent chez les enfants, en particulier au niveau des plis (illustration).

Eczéma surinfecté de l’enfant : étude randomisée de l’intérêt des antibiotiques topiques et oraux

Le diagnostic de syndrome du QT long repose essentiellement sur la mesure de l'intervalle QT corrigé (illustration).

Diagnostic, bilan, prise charge et surveillance du syndrome du QT long : consensus d’experts

La ROSP est versée aux médecins libéraux en fonction d'indicateurs négociés avec l'assurance maladie dans le cadre d'une convention médicale (illustration).

Rémunération sur objectifs de santé publique : bilan à 5 ans globalement positif, sauf sur la prévention