En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Allergie aux protéines du lait de vache

Mis à jour : Vendredi 15 Avril 2011

L’allergie aux protéines de lait de vache est une forme d’allergie alimentaire qui touche surtout les nourrissons et les enfants de moins de trois ans. Elle provoque des symptômes digestifs et des rougeurs de la peau. Avec l’âge, cette allergie disparaît spontanément dans la majorité des cas.

Quels sont les symptômes de l’allergie aux protéines de lait de vache ?

allergie au lait de vache

L’allergie aux protéines de lait de vache (ou PLV) peut apparaître dès l’âge de trois semaines et jusqu’à l’âge de huit à dix mois. Elle se traduit par des rougeurs et des démangeaisons de la peau, ainsi que par des symptômes digestifs (tels que régurgitations, vomissements, constipation, diarrhée ou maux de ventre) et, parfois, des symptômes neurologiques de type malaise. Le bébé est souvent irritable. L’allergie aux protéines de lait de vache doit être distinguée de l’intolérance au lactose qui n’est pas une maladie allergique.

En France, ce type d’allergie touche environ un bébé sur quarante. Si les parents présentent tous les deux un terrain allergique, cette maladie touche environ un bébé sur cinq. Il est assez fréquent que l’allergie aux protéines de lait de vache soit associée à une autre forme d’allergie alimentaire (par exemple aux œufs, aux protéines de blé ou à l’arachide).

Dans la plupart des cas, l’allergie aux protéines de lait de vache disparaît avec l’âge. Un enfant sur deux en guérit avant l’âge de deux ans, trois sur quatre avant l’âge de trois ans et neuf sur dix avant l’âge de six ans.

Quelles sont les complications de l’allergie aux protéines de lait de vache ?

Si elle n’est pas traitée, une allergie aux protéines de lait de vache peut provoquer des lésions de l’intestin et diminuer l’absorption des nutriments. Des carences peuvent se développer et nuire à la croissance de l’enfant. Les démangeaisons peuvent provoquer des lésions de grattage qui peuvent s’infecter.

Les nourrissons qui souffrent d’une allergie aux protéines de lait de vache ont un risque plus élevé de développer une autre forme d’allergie en grandissant : allergie alimentaire, rhume des foins, asthme, par exemple.

Actualités

La toxine botulique semble pouvoir soulager les douleurs neuropathiques localisées (illustration).

Douleurs neuropathiques : la toxine botulique pourrait devenir un traitement de recours, selon l'INSERM

En Guyane et à Mayotte, la vaccination de tous les nouveau-nés avant la sortie de la maternité est une priorité de niveau 1 selon les recommandations du HCSP (illustration).

Pénurie de VACCIN BCG SSI : optimiser l'utilisation du vaccin polonais

La bronchoconstriction induite par l'effort, avec ou sans asthme sous-jacent, peut être soulagée par l'utilisation d'un spray bronchodilatateur d'action courte (illustration).

Bronchoconstriction à l’effort, avec ou sans asthme : éviter les pièges diagnostiques et thérapeutiques