En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Hyperactivité et trouble de l’attention chez l’enfant

Mis à jour : Vendredi 26 Février 2016

Ces dernières années, les magazines ont consacré de nombreux articles aux enfants dits hyperactifs. Pourtant, il faut distinguer les enfants qui traversent des périodes d’hyperactivité de courte durée (par exemple lors de problèmes familiaux) de ceux qui en souffrent durablement et dont l’hyperactivité perturbe fortement la vie familiale.

Qu’est-ce qu’un enfant hyperactif ?

enfant actif
    Un enfant véritablement hyperactif présente des symptômes qui dépassent la simple vivacité et qui sont, à la longue, extrêmement difficiles à supporter pour son entourage :
  • Il est constamment agité et ne tient pas en place. Il agit impulsivement, souvent sans raison apparente.
  • Il n’arrive pas à se concentrer plus de quelques minutes, même sur ses jouets. Il s’énerve facilement s’il n’arrive pas à accomplir une tâche.
  • Il n’est pas attentif en classe, perturbe ses camarades et ne peut se soumettre à la discipline commune.
  • Il est hyperémotif et montre souvent des sautes d’humeur ou des crises de colère.
  • Chaque soir, il a du mal à s’endormir ; son sommeil est irrégulier et de courte durée.
  • Ces symptômes peuvent entraîner un véritable rejet de l’enfant par son environnement scolaire, voire familial.

Lorsqu’il observe une hyperactivité associée à de grandes difficultés à rester attentif, et ce de manière durable, un pédopsychiatre diagnostique un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), également appelé trouble de l’hyperactivité avec déficit de l’attention.

Actualités

L'incidence des infections invasives à méningocoque C la plus élevée concerne les nourrissons de moins de 1 an (illustration).

Echec de la stratégie vaccinale contre le méningocoque C : nouvelles recommandations du HCSP

Les scores FRAX et QFracture semblent efficaces pour prédire le risque fracturaire ostéoporotique (illustration).

Ostéoporose après 50 ans : confirmation de l'intérêt de deux scores prédictifs du risque de fracture

Larynx artificiel élaboré par l'équipe du pr Debry, avec la société Protic Medical (© Inserm / Delapierre, Patrick).

Première française et mondiale : un larynx artificiel opérationnel depuis 18 mois