En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Mal de ventre chez l’enfant

Mis à jour : Mardi 22 Février 2011
mal au ventre enfant

Chez les enfants, les maux de ventre sont fréquents et accompagnent de nombreux problèmes de santé. Il est parfois difficile de savoir si ces douleurs sont anodines ou si elles sont liées à une maladie plus grave. Lorsqu’elles paraissent intenses, il ne faut jamais hésiter à consulter le médecin.

Quels sont les symptômes du mal de ventre chez l’enfant ?

Les maux de ventre se manifestent par des douleurs abdominales plus ou moins violentes, qui peuvent être aiguës (de courte durée) ou chroniques (de longue durée ou répétées). Lors de douleurs aiguës chez un nourrisson, celui-ci pousse des cris inhabituellement stridents et il est difficile à calmer. Ces maux peuvent s’accompagner de divers phénomènes : gaz, ballonnements, vomissements, diarrhée, par exemple.

Les signes de l’appendicite

Lors de maux de ventre soudains et intenses, les parents se demandent souvent si leur enfant est en train de développer les premiers signes d’une crise d’appendicite aiguë (l’infection d’un petit organe en cul-de-sac situé au début du gros intestin).

    Les signes évocateurs d’une appendicite aiguë sont :
  • une douleur située en bas et à droite du ventre qui devient de plus en plus intense et reste assez localisée ;
  • des nausées et des vomissements ;
  • une pâleur ;
  • parfois une fréquente envie d’uriner.

Lorsque ces symptômes se manifestent, il faut consulter le plus rapidement possible et éviter de lui donner quoi que ce soit à boire ou à manger. Si une intervention chirurgicale doit être effectuée en urgence, il est important que l’enfant ait l’estomac vide.

Quelles sont les complications du mal de ventre chez l’enfant ?

Les complications des maux de ventre sont celles de la maladie qui les provoque.

Actualités

L'incidence des infections invasives à méningocoque C la plus élevée concerne les nourrissons de moins de 1 an (illustration).

Echec de la stratégie vaccinale contre le méningocoque C : nouvelles recommandations du HCSP

Les scores FRAX et QFracture semblent efficaces pour prédire le risque fracturaire ostéoporotique (illustration).

Ostéoporose après 50 ans : confirmation de l'intérêt de deux scores prédictifs du risque de fracture

Larynx artificiel élaboré par l'équipe du pr Debry, avec la société Protic Medical (© Inserm / Delapierre, Patrick).

Première française et mondiale : un larynx artificiel opérationnel depuis 18 mois