En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment réagir en cas de nausées et vomissements chez un enfant ?

Mis à jour : Jeudi 23 Avril 2015

Que faire en cas de nausées et de vomissements chez l’enfant ?

  • Veillez à ce que votre enfant vomisse la tête penchée en avant et qu’il crache immédiatement ce qu’il a dans la bouche pour éviter que les matières vomies ne pénètrent dans les voies respiratoires.
  • Evitez de coucher votre bébé tant qu’il vomit pour éviter qu’il n’aspire les matières vomies.
  • Manger un peu permet souvent de soulager la nausée, mais ne forcez pas votre enfant. En cas de vomissements, suspendez toute alimentation sauf les boissons (eau, jus de fruits dilués, boissons sucrées ou solutés de réhydratation) données froides, par petites quantités, et fréquemment. Seule exception à cette réhydratation : une suspicion d’appendicite qui doit faire interrompre toute prise de boisson ou d’aliments jusqu’à ce que l’enfant ait été examiné par un médecin.
  • Si les nausées ou les vomissements ont une origine psychologique (stress, anxiété, peur), essayez de détendre votre enfant en le rassurant.
Conduite à tenir en cas de nausées et vomissements chez un enfant
  Si les vomissements s'accompagnent de fièvre avec une raideur du cou, des maux de tête, des taches rouges sur le corps ou une intolérance à la lumière (15 ou 112).
  Si l'enfant présente également une diarrhée, de fortes douleurs abdominales et de la fièvre.
  S'il semble confus.
  S'il souffre d'une constipation inhabituelle depuis plus de deux jours, avec des douleurs au ventre.
  S'il vomit du sang.
  Si les vomissements se répètent.
  Si les nausées persistent ou augmentent.
  Si l'enfant présente des signes de déshydratation (affaiblissement, somnolence, soif).
  Si l'état général de l'enfant se détériore.
  Si l'enfant a moins de trois semaines.
  Si l'enfant a subi un traumatisme crânien il y a moins de 48 heures.
  Si l'enfant a mal au ventre depuis plus de trois heures.
  Si les vomissements accompagnent une diarrhée qui persiste au-delà de quelques heures chez un nourrisson, ou de un à deux jours chez un petit enfant.
  Si les vomissements ne se répètent pas et ne sont accompagnés d'aucun signe inquiétant.
  Si les vomissements sont liés au mal des transports.
Légende
Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
Consultez un médecin dans la journée.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de nausées ou de vomissements chez l’enfant ?

Le médecin va examiner l’enfant et déterminer la cause des troubles. Il pourra ainsi prescrire un traitement adapté. Au besoin, il pourra prescrire un médicament contre les nausées, un pansement digestif ou un médicament antispasmodique, un pansement digestif ou un médicament antispasmodique . Il peut également recommander certains épaississants à mélanger aux biberons. Si l’enfant est sévèrement déshydraté, une hospitalisation peut se révéler nécessaire, au cours de laquelle l’enfant sera réhydraté par voie intraveineuse.

Actualités

Les enfants, dès 5 ans, peuvent éprouver de véritables crises de migraines, longues, répétées... A distinguer du mal de tête ponctuel et passager (illustration).

Prévention secondaire de la migraine de l’enfant : quelle approche privilégier ?

La HAS publie des outils pratiques pour mettre en place la conciliation médicamenteuse

Conciliation médicamenteuse : après avoir vérifié son utilité, la HAS publie un guide et des outils pratiques

Du début des années 2000 à 2015, la France est passée du 1er au 4e rang des pays consommant le plus d'antibiotiques en Europe, pour la médecine ambulatoire (source : ECDC).

Consommation d'antibiotiques en France : une tendance à la reprise confirmée en 2015