En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Traitement des nausées et des vomissements chez l’enfant

Mis à jour : Jeudi 23 Avril 2015

Comment soulager les nausées et les vomissements chez l’enfant ?

Le traitement des nausées et des vomissements de l’enfant est adapté à leurs causes. Dans les cas les plus bénins, les vomissements s'arrêtent sans traitement médicamenteux.

L’utilisation d'un médicament antinauséeux (également appelé antiémétique) sans avis médical n'est pas recommandée chez l’enfant.

L’automédication est envisageable en cas de nausées ou de vomissements liés au mal des transports. Elle fait appel à des médicaments histaminiques H1 ou à des complexes homéopathiques (voir liste ici).

Parmi les antinauséeux pouvant être prescrits chez l'enfant, la dompéridone (MOTILIUM, PERIDYS et génériques) fait l’objet d’une surveillance renforcée par les autorités de santé suite à l’observation d’effets indésirables cardiaques graves (rares cas de mort subite). Afin de réduire les risques, des recommandations ont également été émises par l’Agence européenne du médicament : la dose et durée de traitement ont été réduites, de nouvelles contre-indications ont été ajoutées (voir Actualités). Si vous détenez chez vous ce médicament, ne le réutilisez pas sans l’avis de votre médecin.

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

Actualités

Le rapport de la concertation citoyenne sur les vaccins vient d'être publié

Vaccinations : une concertation citoyenne riche en propositions… et en paradoxes !

Les atteintes diffuses liée à la maladie de Crohn sont diffuses, alors que celles de la RCH concernent la partie distale du tube digestif (illustration, © OnHealth).

210 000 Français atteints d'une MICI (Crohn ou RCH) : étude de leur prise en charge thérapeutique

Les conséquences douloureuses des IVG médicamenteuses sont sous-estimées

IVG médicamenteuse : le risque de douleurs intenses nécessite anticipation et adaptation thérapeutique