En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Traitement des nausées et des vomissements chez l’enfant

Mis à jour : Jeudi 23 Avril 2015

Comment soulager les nausées et les vomissements chez l’enfant ?

Le traitement des nausées et des vomissements de l’enfant est adapté à leurs causes. Dans les cas les plus bénins, les vomissements s'arrêtent sans traitement médicamenteux.

L’utilisation d'un médicament antinauséeux (également appelé antiémétique) sans avis médical n'est pas recommandée chez l’enfant.

L’automédication est envisageable en cas de nausées ou de vomissements liés au mal des transports. Elle fait appel à des médicaments histaminiques H1 ou à des complexes homéopathiques (voir liste ici).

Parmi les antinauséeux pouvant être prescrits chez l'enfant, la dompéridone (MOTILIUM, PERIDYS et génériques) fait l’objet d’une surveillance renforcée par les autorités de santé suite à l’observation d’effets indésirables cardiaques graves (rares cas de mort subite). Afin de réduire les risques, des recommandations ont également été émises par l’Agence européenne du médicament : la dose et durée de traitement ont été réduites, de nouvelles contre-indications ont été ajoutées (voir Actualités). Si vous détenez chez vous ce médicament, ne le réutilisez pas sans l’avis de votre médecin.

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Deux patientes atteintes d'un cancer du sein équipées d'un casque réfrigérant électrique pendant leur chimiothérapie (® PAXMAN).

Chimiothérapie et chute de cheveux : deux études confirment l'intérêt du port d'un casque réfrigérant

L'incidence des infections invasives à méningocoque C la plus élevée concerne les nourrissons de moins de 1 an (illustration).

Echec de la stratégie vaccinale contre le méningocoque C : nouvelles recommandations du HCSP

Les scores FRAX et QFracture semblent efficaces pour prédire le risque fracturaire ostéoporotique (illustration).

Ostéoporose après 50 ans : confirmation de l'intérêt de deux scores prédictifs du risque de fracture