En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Artérite des jambes

Mis à jour : Mercredi 13 Avril 2016

L’artérite des jambes, également appelée artérite des membres inférieurs ou artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI), est un rétrécissement du diamètre des artères qui irriguent les jambes. Cette maladie est le plus souvent liée à des dépôts de cholestérol sur la paroi de ces artères, dépôts qui gênent la circulation du sang et provoquent des crampes et des douleurs dans les jambes, voire des difficultés pour marcher (la « claudication intermittente »).

L’artérite des jambes est associée à un risque élevé de maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. Elle justifie la mise en place de traitements pour réduire ce risque.

Qu'est-ce que l'artérite des jambes ?

artérite des jambes

L’artérite oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est à la fois une maladie des artères des jambes et le signal d’alerte d’un risque élevé d’autres maladies du cœur et des vaisseaux plus graves. Pour cette raison, le traitement de l’artérite des jambes s’accompagne de mesures destinées à améliorer la santé cardiovasculaire du patient de manière globale.

Lorsqu’une personne souffre d’AOMI, le diamètre des artères qui approvisionnent ses jambes en oxygène diminue du fait de la présence de dépôts de cholestérol sur leurs parois (les « plaques d’athérome »). Lors d’un effort, voire au repos, les muscles des jambes ne sont plus suffisamment irrigués (on appelle cela une « ischémie »), ce qui provoque crampes et douleurs. Dans les cas les plus sévères, la peau des jambes souffre également de cette mauvaise circulation du sang et des plaies se forment (nécrose, ulcères).

L'artérite des jambes est-elle fréquente ?

En France, on estime que 20 % des personnes âgées de plus de 65 ans souffrent d’artérite des jambes. Parmi les personnes atteintes de cette maladie, 20 % n’en ont pas conscience (l’artérite ne provoque aucun symptôme chez elles) et, à l’inverse, 5 % ont du mal à se déplacer à cause des douleurs et des crampes dans les jambes.

Qui est à risque pour l'artérite des jambes ?

Les facteurs de risque de l’artérite des membres inférieurs sont ceux de toutes les maladies cardiovasculaires : antécédents familiaux de maladies du cœur et des vaisseaux, âge, sexe masculin, excès de cholestérol dans le sang, hypertension artérielle, excès de poids, sédentarité, diabète et tabagisme. Ces deux derniers facteurs sont particulièrement importants pour l’artérite des jambes :

  • un tiers des personnes diabétiques de plus de 50 ans souffre d’artérite des jambes et le diabète multiplie par deux à cinq le risque de développer cette maladie ;
  • les fumeurs ont un risque 1,5 à 3,5 fois plus élevé de développer une artérite des jambes.

Actualités

Aux Etats-Unis, le dépistage n'explique pas à lui seul la forte baisse de mortalité liée au cancer colorectal (illustration avec une affichette de sensibilisation française).

Diminution plus forte qu'attendue du cancer colorectal aux États-Unis : le dépistage n’explique pas tout

La toxine botulique semble pouvoir soulager les douleurs neuropathiques localisées (illustration).

Douleurs neuropathiques : la toxine botulique pourrait devenir un traitement de recours, selon l'INSERM

En Guyane et à Mayotte, la vaccination de tous les nouveau-nés avant la sortie de la maternité est une priorité de niveau 1 selon les recommandations du HCSP (illustration).

Pénurie de VACCIN BCG SSI : optimiser l'utilisation du vaccin polonais