En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

La phytothérapie dans le traitement de l'insuffisance veineuse

Mis à jour : Vendredi 26 Février 2016

Quelles plantes pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes ?

phytothérapie

Les plantes proposées pour soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse (gonflement, douleur) sont le plus souvent choisies pour leur richesse en flavonoïdes. Elles peuvent être utilisées seules ou en association pour combiner leurs effets.

Néanmoins, depuis 2012, faute de preuves d'efficacité convaincantes, les autorités sanitaires européennes ont interdit aux compléments alimentaires contenant des flavonoïdes de prétendre participer à la santé du cœur et des vaisseaux sanguins. De plus, les compléments alimentaires contenant des catéchines (extraites du thé vert), des oligoproanthocyanidines (OPC) (extraites du pin maritime et d'autres plantes), de la rutine (extraite du ginkgo et d'autrs plantes) ou de la diosmine (extraite des agrumes) ne peuvent pas prétendre contribuer à la circulation sanguine, ni prévenir l’insuffisance veineuse chronique.

Le marronnier d’Inde pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes

Les graines et l’écorce du marronnier d’Inde contiennent des substances (æscine et æsculoside) susceptibles de protéger et de stimuler la paroi des veines et des petits vaisseaux sanguins. Elles auraient également la capacité de réduire les œdèmes (gonflements) et l’inflammation. Ces propriétés, largement étudiées, sont considérées comme bien établies scientifiquement.

L’hamamélis pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes

Les feuilles et l’écorce de l’hamamélis contiennent une grande variété de tanins et de flavonoïdes. Au cours d’études sur des cultures de cellules ou sur des animaux, ces substances ont présenté des propriétés vasculoprotectrices. L’OMS reconnaît l’usage traditionnel de l’hamamélis dans le traitement des varices.

Le petit-houx (ou fragon épineux) pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes

Le rhizome de petit-houx contient de nombreuses substances de la famille des flavonoïdes, dont certaines ont été davantage étudiées : ruscogénine, néoruscogénine, ruscine et ruscoside. Au cours d’études sur des cultures de cellules ou sur des animaux, ces substances ont montré des propriétés liées au tonus et à l’élasticité des veines. Une analyse croisée confirme une certaine efficacité des extraits de petit-houx pour diminuer les manifestations de l’insuffisance veineuse, en particulier la sensation de jambes lourdes.

La vigne rouge pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes

Les extraits de feuilles de la vigne rouge contiennent des flavonoïdes (polyphénols) et une grande quantité d’anthocyanosides, qui ont des effets vasculoprotecteurs proches de ceux de la vitamine P. Deux essais cliniques ont montré l’efficacité des extraits de feuilles ou de pépins de vigne rouge dans le traitement des manifestations de l’insuffisance veineuse. Cet usage est reconnu comme bien établi.

Le ginkgo pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes

Les feuilles de ginkgo contiennent de nombreux flavonoïdes antioxydants et des terpénolactones qui ont des propriétés anticoagulantes. En laboratoire, ces substances ont montré leur capacité à augmenter le tonus des veines et à diminuer la perméabilité des petits vaisseaux. Mais les études sur l’usage d’extraits de ginkgo contre les sensations de lourdeur dans les membres inférieurs n’ont pas donné de résultats significatifs. Le ginkgo est parfois proposé sous forme de gel pour masser les jambes lourdes.

Le mélilot pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes

Le mélilot contient des flavonoïdes, qui seraient à l’origine de ses effets sur l’insuffisance veineuse, et des coumarines capables de fluidifier le sang. Plusieurs études ont montré une certaine efficacité du mélilot dans le traitement des symptômes de l’insuffisance veineuse.

Le cassis pour soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes

Les feuilles et les baies de cassis contiennent des anthocyanosides aux propriétés proches de celles de la vitamine P. Elles renferment également des flavonoïdes.

Depuis 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des produits contenant du cassis ou des extraits de cassis (huile de pépins, extrait sec, anthocyanines). Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que les produits à base de cassis ne peuvent pas prétendre soulager les jambes lourdes ou maintenir la bonne circulation veineuse. Cette revendication d’effet est désormais interdite pour les produits à base de cassis.

Existe-t-il des risques à soulager insuffisance veineuse et jambes lourdes par les plantes ?

En cas de gonflement ou de douleur survenant brutalement dans une jambe, s’accompagnant parfois de chaleur et de rougeur de la peau localisées, un avis médical urgent s’impose. C’est peut-être le signal d’alarme d’une phlébite profonde, qui doit être prise en charge rapidement pour éviter tout risque d’embolie pulmonaire. De même, lorsque les varices s’accompagnent de lésions de la peau, il faut consulter un médecin.

D’une manière générale, les personnes qui prennent des traitements anticoagulants ou qui vont subir une intervention chirurgicale doivent s’abstenir de prendre sans avis médical des plantes destinées à lutter contre l’insuffisance veineuse, du fait de leur tendance à fluidifier le sang.

  • Le petit-houx ne doit pas être utilisé sans avis médical en cas d’hypertension artérielle, en raison de ses propriétés vasoconstrictrices.
  • La vigne rouge contient du resvératrol qui possède une activité proche des hormones de la famille des estrogènes. Son usage est déconseillé chez les femmes présentant des antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein ou de l’utérus.
  • Les extraits de ginkgo sont déconseillés en cas d’épilepsie et aux femmes enceintes ou qui allaitent.
  • Le mélilot est déconseillé en cas de maladie du foie.

Actualités

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire