En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment réagir en cas de palpitations ?

Mis à jour : Vendredi 10 Février 2017

Que faire en cas de palpitations ?

  • Si vous ressentez les battements de votre cœur, asseyez-vous et respirez tranquillement et régulièrement pendant quelques minutes. Essayez de mesurer votre pouls.
  • Si vous pensez que vos palpitations proviennent d’un excès de caféine, buvez de l’eau abondamment pendant l’heure qui suit l’épisode de palpitations. Cela vous permettra d’éliminer la caféine plus rapidement.
  • Evitez de fumer dans les heures qui suivent les palpitations.
  • Pensez à prendre rendez-vous avec votre médecin si c’est la première fois que vous rencontrez ce type de problème.
Conduite à tenir en cas de palpitations
  Si les palpitations s'accompagnent de signes spectaculaires : fièvre, vertiges, douleurs dans la poitrine (15 ou 112).
  Si les palpitations s'accompagnent d'une sensation de malaise ou d'une perte de connaissance (15 ou 112).
  Si les palpitations s'accompagnent de difficultés respiratoires, ou de sueurs ou d'une pâleur (15 ou 112).
  Si vous êtes suivi pour un trouble du rythme cardiaque.
  Si des troubles du rythme surviennent pour la première fois, que ce soit dans un contexte d'effort sportif, de grande émotion ou sans cause apparente.
Légende
Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.

Que fait le médecin en cas de palpitations ?

Le médecin interroge son patient sur les symptômes et les antécédents médicaux : fréquence et durée des palpitations, circonstances de leur survenue, etc. Il vérifie le pouls, la tension artérielle, ausculte le cœur de son patient avec son stéthoscope. Il peut compléter son diagnostic avec un électrocardiogramme (ECG). Cet examen simple et indolore, qui ne dure que quelques minutes, traduit l’activité du cœur sous forme d’un tracé. Il est obtenu par l’intermédiaire de petites électrodes placées sur la poitrine et reliées à l’électrocardiographe. Le tracé de l’ECG détermine le type de troubles du rythme à l’origine du problème. Certains troubles pouvant être révélés à l’effort, le médecin peut demander une épreuve d’effort : l’activité du cœur est suivie pendant que le patient effectue un exercice physique, en général sur un vélo stationnaire. Enfin, on peut surveiller le rythme cardiaque pendant 24 heures grâce à un holter (appareil portable qui enregistre l’activité cardiaque). Pendant la durée de l’enregistrement, le patient note les sensations qu’il ressent afin d’aider le médecin à interpréter les résultats.

Actualités

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire

Adaptation par la Haute Autorité de Santé de l'outil SCORE (version tronquée pour illustration).

Evaluation et prise en charge du risque cardiovasculaire : la HAS publie 3 nouvelles fiches mémo

L'arhtrose du genou affecte particulièrement les sujets âgés et peut s'avérer très invalidante au quotidien (illustration).

Arthrose du genou : le déremboursement de l’acide hyaluronique indigne des rhumatologues et patients