En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les traitements des ballonnements

Mis à jour : Mardi 16 Août 2011

Comment soulager les ballonnements et les flatulences ?

    Plusieurs types de médicaments disponibles sans ordonnance peuvent être utilisés, même si les preuves d’une réelle efficacité font parfois défaut.

    Les pansements digestifs contiennent du kaolin (argile), des dérivés de la silicone (siméticone, diméticone) avec un effet anti-mousse qui réduirait la formation des bulles de gaz. Lorsque les ballonnements sont associés à des brûlures d’estomac, les médicaments combinant un médicament antiacide et un pansement digestif sont particulièrement indiqués.

    Le charbon absorberait les gaz intestinaux et permettrait ainsi de lutter contre leur production.

    Les antispasmodiques à visée digestive luttent contre les douleurs dues aux ballonnements. Certains sont associés à un pansement digestif.

    On trouve également des médicaments de phytothérapie traditionnellement utilisés dans le traitement symptomatique de troubles digestifs tels que les ballonnements, les éructations et les flatulences.

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

Actualités

La toxine botulique semble pouvoir soulager les douleurs neuropathiques localisées (illustration).

Douleurs neuropathiques : la toxine botulique pourrait devenir un traitement de recours, selon l'INSERM

En Guyane et à Mayotte, la vaccination de tous les nouveau-nés avant la sortie de la maternité est une priorité de niveau 1 selon les recommandations du HCSP (illustration).

Pénurie de VACCIN BCG SSI : optimiser l'utilisation du vaccin polonais

La bronchoconstriction induite par l'effort, avec ou sans asthme sous-jacent, peut être soulagée par l'utilisation d'un spray bronchodilatateur d'action courte (illustration).

Bronchoconstriction à l’effort, avec ou sans asthme : éviter les pièges diagnostiques et thérapeutiques