En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Diarrhée et gastro-entérite de l’adulte

Mis à jour : Lundi 27 Mai 2013

La diarrhée se manifeste par des selles liquides plus de trois fois par jour. La plupart du temps, il ne s’agit que d’un mauvais moment à passer. Néanmoins, pour éviter un risque de déshydratation, il ne faut pas négliger un épisode de diarrhée.

Quels sont les symptômes de la diarrhée ?

La diarrhée aiguë provoque l’évacuation fréquente de selles liquides, parfois mêlées de sang ou de glaires, et peut aller de pair avec des crampes, de la fièvre et une faiblesse générale. Les selles peuvent être vertes ou noires (présence de sang digéré). Elle survient d’ordinaire brusquement et prend fin spontanément au bout de deux ou trois jours. Dans certains cas, la diarrhée est chronique et s’installe pendant des semaines, voire des mois.

Quelles sont les complications éventuelles de la diarrhée ?

Une diarrhée abondante peut provoquer rapidement une déshydratation, surtout chez les enfants et les personnes âgées.

Lorsque la diarrhée est chronique, elle peut provoquer une dénutrition, les éléments nutritifs n’ayant pas le temps d’être absorbés par les intestins. Les signes dépendent de la cause et les troubles peuvent provoquer selon les cas un amaigrissement, une faiblesse générale, la sécheresse des cheveux, des ongles et de la peau, ainsi qu’une rétention d’eau.

Actualités

Le rapport de la concertation citoyenne sur les vaccins vient d'être publié

Vaccinations : une concertation citoyenne riche en propositions… et en paradoxes !

Les atteintes diffuses liée à la maladie de Crohn sont diffuses, alors que celles de la RCH concernent la partie distale du tube digestif (illustration, © OnHealth).

210 000 Français atteints d'une MICI (Crohn ou RCH) : étude de leur prise en charge thérapeutique

Les conséquences douloureuses des IVG médicamenteuses sont sous-estimées

IVG médicamenteuse : le risque de douleurs intenses nécessite anticipation et adaptation thérapeutique