En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les traitements des nausées et des vomissements

Mis à jour : Vendredi 09 Octobre 2015

Comment soigner les nausées et les vomissements ?

La plupart des médicaments utilisés pour traiter les nausées et les vomissements ne sont disponibles que sur une ordonnance. Ils peuvent contenir l'une des substances suivantes : alizapride, dompéridone, métoclopramide, métopimazine. Ces médicaments, dits antiémétiques, sont des antagonistes de la dopamine. Ils peuvent présenter des effets indésirables neurologiques, tels que des mouvements anormaux du visage et du cou. Ils ne doivent pas être réutilisés sans l'avis du médecin ou du pharmacien. De plus, les femmes enceintes ne doivent pas prendre de traitement antinauséeux sans l'avis de leur médecin.

Néanmoins, il existe un médicament à base de métopimazine (VOGALIB) destiné à être utilisé, sur les conseils du pharmacien, dans le traitement de courte durée des nausées et vomissements chez l’adulte et l’enfant de plus de 6 ans. Il ne doit pas être utilisé lorsque les vomissements s’accompagnent de fortes douleurs ou de fièvre, et la durée du traitement ne doit pas dépasser 2 jours sans avis médical. 

L'information concernant les médicaments à base de métoclopramide (PRIMPERAN, ANAUSIN et génériques) a été revue en février 2014, afin de prévenir le risque d'effets indésirables neurologiques et cardiovasculaires parfois observés : la dose journalière et de la durée de traitement ont été modifiées. Les présentations les plus fortement dosées en métoclopramide, utilisées en cas de nausées et de vomissements provoqués par les chimiothérapies anticancéreuses, ont été retirées du marché.
En savoir plus : révision des indications du métoclopramide.

Des études ont montré que l'utilisation de dompéridone expose à un risque d'effets indésirables cardiaques rares, mais potentiellement graves. En février 2014, l'Agence du médicament (ANSM) a rappelé les modalités de bon usage des médicaments (BIPERIDYS, MOTILIUM, PERIDYS et génériques) contenant cette substance (voir Actualités : l'ANSM rappelle ses mises en garde). Parallèlement, une réévaluation du rapport bénéfice/risque a été menée par l'Agence européenne du médicament. Le résultat de cette réévaluation a confirmé les risques de troubles du rythme cardiaque liés à la prise de dompéridone, notamment à fortes doses. Afin de minimiser ces risques, l’Agence européenne du médicament préconise de limiter désormais la posologie à une prise de 10 mg, 1 à 3 fois par jour chez l’adulte. Les comprimés dosés à 20 mg ont été retirés du marché le 10 septembre 2014 (voir Actualités : recommandations européennes conformes à celles de la France).

Légende
Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Lorsque les nausées et vomissements sont liés au mal des transports, certains antihistaminiques H1 peuvent être utilisés en prévention. L’un de ces médicaments est également indiqué pour soulager les nausées et vomissements sans fièvre dans d'autres cas.

Des médicaments homéopathiques traditionnellement utilisés dans les états nauséeux transitoires et légers sont également disponibles en pharmacie.

Liste des médicaments mise à jour : Jeudi 15 Décembre 2016

Antihistaminiques antiémétiques

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

Deux patientes atteintes d'un cancer du sein équipées d'un casque réfrigérant électrique pendant leur chimiothérapie (® PAXMAN).

Chimiothérapie et chute de cheveux : deux études confirment l'intérêt du port d'un casque réfrigérant

L'incidence des infections invasives à méningocoque C la plus élevée concerne les nourrissons de moins de 1 an (illustration).

Echec de la stratégie vaccinale contre le méningocoque C : nouvelles recommandations du HCSP

Les scores FRAX et QFracture semblent efficaces pour prédire le risque fracturaire ostéoporotique (illustration).

Ostéoporose après 50 ans : confirmation de l'intérêt de deux scores prédictifs du risque de fracture