En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Savoir reconnaître un ver intestinal

Mis à jour : Lundi 06 Mai 2013

Comment reconnaître les différents vers intestinaux ?

Les oxyures

Extrêmement contagieux, ces petits vers blancs (10 mm pour la femelle, 5 mm pour le mâle) colonisent le côlon (partie inférieure de l’intestin). Le soir, la femelle vient pondre ses œufs sur le pourtour de l’anus. La personne se gratte et se contamine à nouveau en portant plus tard les doigts à sa bouche. Ce faisant, il dépose également des œufs – qui peuvent survivre neuf jours durant à l’air libre – sur tous les objets qu’il touche. Ces vers parasitent plus particulièrement les enfants, car ceux-ci n’ont pas encore pris l’habitude de bien se laver les mains, et surtout ne peuvent pas se retenir de se gratter.

Le ténia, ou ver solitaire

Ce long parasite, qui vit dans l’intestin grêle, peut mesurer de six à huit mètres de long. Il s’accroche à la paroi intestinale grâce à sa tête munie de ventouses et de crochets. Son corps est constitué de segments plats (ou anneaux) de 3 mm de large pour 1 à 2 cm de long. Ces anneaux se détachent et tombent avec les selles ; on les trouve parfois dans les sous-vêtements. Les œufs contaminent divers animaux, comme les poissons d’eau douce, les bœufs ou les cochons. Les larves issues des œufs s’enkystent dans les muscles des animaux, et passent dans le tube digestif de l’homme lorsque celui-ci consomme des viandes qui n’ont pas été assez cuites.

L’ascaris

Cet animal rose de la forme d’un haricot vert mesure jusqu’à 10 cm et loge dans l’intestin grêle, où il se nourrit des liquides de la digestion. La femelle pond des œufs, évacués par les selles, qui peuvent, par manque d’hygiène, se retrouver sur d’autres aliments et perpétuer le cycle.

La douve du foie

Ce petit ver d’une vingtaine de millimètres de long, à la forme d’amphore, s’attrape lors de la consommation de cresson ou d’autres salades sauvages. Il s’installe dans le foie, mais l’homme est un hôte accidentel, l’animal infestant plutôt le bétail et certains mollusques. En effet, le cycle de vie complexe de la douve passe par le parasitage de ces autres animaux.

Actualités

La HAS publie des recommandations sur les traitements non médicamenteux de la maladie de Parkinson

Parkinson : prise en charge non médicamenteuse des troubles moteurs (recommandations HAS)

Le trèfle rouge est riche en phytoestrogènes et semble avoir un intérêt, modeste, pour réduire la fréquence de certains symptômes climatériques (illustration).

Ménopause : analyse de l’efficacité de la phytothérapie contre les symptômes climatériques

En cas de dépression caractérisée chez un enfant ou un adolescent, la prise en charge psychothérapeutique est prioritaire (illustration).

Dépression caractérisée des enfants et adolescents : résultats comparés de 14 antidépresseurs