En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Examens échographiques (échographie, doppler)

Mis à jour : Mercredi 08 Février 2017

L'échographie est une technique d'imagerie médicale que tout le monde connaît : elle permet de suivre la grossesse et, bien sûr, de connaître le sexe du bébé à naître si on le souhaite. Mais elle est également utilisée dans de nombreuses autres situations cliniques. Sa capacité à observer un organe en mouvement et sa grande sécurité (ainsi que son coût modeste) sont des atouts qui la distinguent des autres techniques d'imagerie et qui justifient son usage fréquent.

L'échographie, qu'est-ce c'est ?

échographie

L’échographie est une forme d’imagerie médicale qui repose sur l’utilisation des ultrasons et sur la réception de leur écho, à travers la peau ou la muqueuse (cas du vagin ou du rectum). En effet, à travers un organe, l’émission d’ultrasons produit un écho différent selon leur densité : plus un organe est dense, plus l’écho est important.

Les ultrasons sont produits par une sonde (le « transducteur ») qui est également capable de recevoir leur écho. Celui-ci est transformé en ondes électriques qui sont analysées de manière informatique. L’image obtenue est visible sur un écran.

Un des avantages de l’échographie est de produire des images en mouvement si l’organe exploré est lui-même en mouvement (par exemple, le cœur).

Quand a-t-on recours à l'échographie ?

Grâce à l’échographie, il est possible d’explorer le cœur (et de suivre précisément les phases du battement cardiaque, ainsi que la circulation du sang entre les différentes cavités du cœur), les organes digestifs (foie, rate, pancréas, vésicule biliaire), l’appareil urinaire (vessie, reins) ou les organes génitaux (prostate et testicules, ovaires et utérus).

Pendant la grossesse, l’échographie permet de suivre le développement du fœtus ainsi que son environnement (liquide amniotique, placenta, cordon, par exemple). Trois échographies obligatoires (au premier, au second et au troisième trimestre) font partie du suivi de la grossesse.

Une forme particulière, l’échographie « doppler », permet d’explorer les vaisseaux sanguins et l’écoulement du sang dans ces vaisseaux, ce qui s’avère utile pour identifier un éventuel rétrécissement ou un caillot.

En pratique, comment se passe une échographie ?

Pendant un examen échographique, le patient est allongé ou assis. Pour que les ultrasons diffusent plus facilement entre la sonde et les organes, il est nécessaire d’enduire la peau ou la muqueuse d’un gel qui améliore le contact (l’air est un mauvais conducteur des ultrasons).

Ensuite, le médecin échographiste déplace la sonde sur la zone ainsi lubrifiée. Le déplacement de la sonde lui permet d’avoir des images depuis différents points de vue, ou de contourner un obstacle qui pourrait gêner l’observation de l’organe concerné. Il peut soit photographier ce qu’il voit, soit enregistrer une courte séquence vidéo de ce qui s’affiche sur l’écran. Le médecin peut vous demander de retenir votre respiration, de changer de position, etc. Parfois, pour l’examen de certains organes (vessie, prostate, ovaires, utérus), la sonde est introduite dans les voies naturelles (anus, vagin).

L’examen dure en général entre dix et trente minutes. Il n’est pas douloureux et ne nécessite pas d’anesthésie.

Se préparer à une échographie

En général, un examen échographique ne demande aucune préparation particulière. Dans certains cas, pour les échographies des organes digestifs, il faut être à jeun (ne pas manger, boire, ni fumer dans les quatre heures qui précèdent l'examen). Pour les échographies de la partie basse du ventre, il vous sera en général demandé d’avoir la vessie pleine (boire au moins un litre d'eau juste avant l'examen et se retenir d'uriner jusqu'à la fin de celui-ci).

Enfin, n’oubliez pas d’amener avec vous la lettre ou l’ordonnance du médecin qui a demandé l’examen, votre carte Vitale et d’éventuels clichés échographiques plus anciens.

Quels sont les risques liés à l'échographie ?

L’échographie est la plus sûre des techniques d’imagerie médicale. Elle ne présente pas de contre-indications et elle est sans danger pour le fœtus.

Sources et références

Actualités

La ROSP est versée aux médecins libéraux en fonction d'indicateurs négociés avec l'assurance maladie dans le cadre d'une convention médicale (illustration).

Rémunération sur objectifs de santé publique : bilan à 5 ans globalement positif, sauf sur la prévention

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur