En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Le traitement des acouphènes

Mis à jour : Lundi 26 Octobre 2015

Comment soigne-t-on les bourdonnements d’oreilles ?

Le traitement médicamenteux des bourdonnements d’oreille nécessite au préalable un avis médical. Il est important d'essayer d'identifier la cause des bourdonnements afin de pouvoir mettre en place un traitement adapté. Les vasodilatateurs sont traditionnellement utilisés, mais leur efficacité est mal établie. Certains antiépileptiques, antidépresseurs ou anxiolytiques peuvent également être proposés, bien qu'ils n'aient pas d'indication officielle dans le traitement des acouphènes.

Les médicaments contenant de la trimétazidine (VASTAREL et ses génériques) étaient auparavant indiqués dans le traitement des acouphènes. Mais, en juillet 2012, l'Agence européenne du médicament (EMA) a rendu un avis dans lequel il recommande de ne plus utiliser la trimétazidine dans le traitement des bourdonnements d'oreilles. En effet, l'utilisation de cette substance comporte plus de risques que de bénéfices attendus ; des effets indésirables neurologiques (raideur des bras et des jambes, ralentissement des mouvements, tremblements) sont parfois observés.

Actualités

La toxine botulique semble pouvoir soulager les douleurs neuropathiques localisées (illustration).

Douleurs neuropathiques : la toxine botulique pourrait devenir un traitement de recours, selon l'INSERM

En Guyane et à Mayotte, la vaccination de tous les nouveau-nés avant la sortie de la maternité est une priorité de niveau 1 selon les recommandations du HCSP (illustration).

Pénurie de VACCIN BCG SSI : optimiser l'utilisation du vaccin polonais

La bronchoconstriction induite par l'effort, avec ou sans asthme sous-jacent, peut être soulagée par l'utilisation d'un spray bronchodilatateur d'action courte (illustration).

Bronchoconstriction à l’effort, avec ou sans asthme : éviter les pièges diagnostiques et thérapeutiques