En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Rhinite allergique (rhume des foins)

Mis à jour : Vendredi 14 Avril 2017

Le rhume des foins (ou rhinite allergique) provoque des symptômes quasiment identiques à ceux du rhume d’origine virale. Il est très handicapant à certaines périodes de l’année, voire toute l’année s’il s’agit d’une rhinite allergique dite perannuelle. Certains médicaments destinés à soulager les rhumes des foins sont disponibles sans ordonnance.

Quels sont les symptômes du rhume des foins ?

rhume des foins

La rhinite allergique est souvent saisonnière. Elle s’annonce par des picotements dans le nez, de fréquents éternuements et un écoulement nasal clair. Ces troubles s’accompagnent souvent d’une conjonctivite : les yeux gonflent, rougissent et larmoient. Parfois, des maux de tête accompagnés de fatigue accentuent la sensation de malaise. Tous les symptômes du rhume (sauf la fièvre) peuvent également se manifester.

Certaines personnes présentent des problèmes de rhinite chronique (rhume à répétition ou rhinite persistante). Dans la plupart des cas, cette rhinite chronique est une rhinite allergique perannuelle. Néanmoins, il arrive que cette forme de rhinite ait une cause différente. On parle alors de rhinite vasomotrice non allergique, ou rhinite chronique inflammatoire.

Quelles sont les complications du rhume des foins ?

Les formes graves de rhinite allergique peuvent provoquer des troubles du sommeil, de l'absentéisme à l'école, des arrêts de travail et nuire à la qualité de vie. Elles augmentent le risque d’infections : sinusites, otites. Dans les cas plus graves, des manifestations d’allergie respiratoire peuvent apparaître : toux, difficultés respiratoires, voire une crise d’asthme.

Les différentes formes d’allergie
    Les allergies peuvent se manifester de façons très variées. Elles peuvent toucher tous les organes :
  • forme nasale : rhinite allergique ou "rhume des foins" ;
  • forme respiratoire : crise d'asthme ;
  • forme oculaire : conjonctivite allergique ;
  • forme cutanée : exanthème, urticaire, dermatite atopique ;
  • oedème de Quincke se traduisant par un gonflement de certaines régions du corps, notamment du visage (lèvres, paupières) ;
  • choc anaphylactique (malaise général) nécessitant un traitement d'urgence.

Actualités

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire