En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Saignement de nez

Mis à jour : Lundi 21 Février 2011

Le saignement de nez (épistaxis) est généralement bénin. La muqueuse des fosses nasales est parcourue de nombreux vaisseaux sanguins très fins, qui saignent facilement mais qui cicatrisent également rapidement. En exerçant une pression sur les cloisons nasales et en utilisant certains produits, on arrête rapidement le saignement.

Quels sont les symptômes des saignements de nez ?

saignement nez

Du sang s’écoule d’une ou des deux narines. Parfois, il se répand aussi dans la gorge, s’avale ou se crache. Normalement, le saignement de nez ne crée aucune complication. Toutefois, si le saignement se prolonge, la perte de sang peut devenir importante.

Quelles sont les causes des saignements de nez ?

Il est fréquent de ne trouver aucune cause au saignement de nez, notamment chez les enfants et pendant la grossesse. Parfois, la muqueuse nasale a été lésée par un choc, un grattage un peu vif ou un éternuement violent. Une exposition au soleil, un air trop sec ou un rhume peuvent également déclencher un saignement. Des saignements de nez peuvent également survenir au cours de certaines affections (hypertension artérielle et troubles de la coagulation, par exemple).

Comment prévenir le saignement de nez ?

    Si vous avez tendance à saigner du nez :
  • Evitez d’y mettre le doigt.
  • Mouchez-vous aussi doucement que possible.
  • Veillez à une bonne humidification des locaux, notamment en hiver et si vous êtes enceinte.
  • Humidifiez la muqueuse nasale avec du sérum physiologique.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

La fibrillation auriculaire est associée à une augmentation de la mortalité, du risque d'accidents cardiovasculaires et d'insuffisance rénale chronique (illustration).

Fibrillation auriculaire : au-delà du surrisque d'AVC, d'autres surrisques à prendre en compte

Les quinolones ne doivent plus être prescrites contre la gonorrhée

Gonorrhée, chlamydiose et syphilis : l’OMS publie de nouvelles recommandations thérapeutiques