En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Brûlure

Mis à jour : Jeudi 06 Avril 2017

Quel que soit leur degré de gravité, les brûlures nécessitent une prise en charge adaptée pour éviter des complications, une surinfection et la déshydratation de la personne, surtout chez les enfants et les personnes âgées. De simples précautions peuvent éviter les accidents domestiques ou les coups de soleil.

Comment évalue-t-on la gravité d’une brûlure ?

brûlure

Le diagnostic et la prise en charge d’une brûlure dépendent de trois éléments.

Son degré

  • Brûlure du premier degré  : la peau est rouge, sans cloques.
  • Brûlure du deuxième degré  : la peau comporte des cloques remplies de liquide. Selon la profondeur de la couche de peau atteinte, on parle de deuxième degré superficiel ou profond.
  • Brûlure du troisième degré  : la peau est noire ou blanchâtre et insensible.

Son étendue

Il existe des règles précises de calcul, mais on considère en général qu’une brûlure est grave lorsque sa surface est supérieure à la moitié de la paume de la main de la victime.

Sa localisation

Les brûlures localisées à des endroits particulièrement sensibles (yeux, nez, mains, voisinage des orifices naturels, organes génitaux, intérieur des cuisses) sont classées parmi les brulures graves même si la peau ne présente qu’une rougeur, car leur cicatrisation peut être délicate.

Quelles sont les complications éventuelles des brûlures ?

Les complications sont avant tout locales. Le risque principal est que la cicatrisation soit de mauvaise qualité, ce qui aura des conséquences esthétiques et parfois fonctionnelles (peau rétractée). En fonction de sa profondeur, la cicatrisation d’une brûlure peut être plus ou moins difficile. Elle peut nécessiter des soins pendant plusieurs semaines, et, dans certains cas, la réalisation de greffes cutanées.

Suite à une brûlure, il existe également un risque infectieux important dû à la destruction de la barrière naturelle que représente la peau. C’est pourquoi la désinfection et l’hygiène des brûlures doivent être rigoureuses. En cas de surinfection, la prise d’antibiotiques prescrits par le médecin peut s’avérer nécessaire.

La déshydratation est une autre complication immédiate d’une brulure étendue, avec un risque de chute grave de la pression artérielle. Cette déshydratation survient d’autant plus que la surface brûlée est importante (à partir de 10 % de la surface du corps chez le nourrisson, 5 à 10 % chez la personne âgée, 15 % chez l’adulte). Elle peut se manifester en quelques heures et conduire à la mort en l’absence de traitement adapté. 

Actualités

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire