En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment réagir en cas de coup de soleil ?

Mis à jour : Vendredi 03 Juillet 2015

Que faire en cas de coup de soleil ?

  • Prenez une douche ou un bain froid pour rafraîchir la peau pendant une quinzaine de minutes, à condition de n’avoir ni fièvre ni frissons. Si le coup de soleil ne concerne qu’une partie réduite de l’épiderme, utilisez un linge mouillé.
  • Buvez suffisamment pour lutter contre la déshydratation.
  • Prenez un médicament antalgique en cas de fortes douleurs.
Conduite à tenir en cas de coup de soleil
  Si l'état général se détériore (hébétude, malaise, évanouissement, par exemple).
  Si une fièvre ou des maux de tête intenses se déclarent.
  Si des bulles de grande dimension se forment.
  Si des cloques crevées s'infectent.
  Si les douleurs dans les zones brûlées deviennent trop vives.
  Si l'intensité du coup de soleil est disproportionnée par rapport à l'exposition reçue.
  Si le coup de soleil est modéré.
Légende
Consultez un médecin dans la journée.
Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de coup de soleil ?

En cas de coup de chaleur associé, la réhydratation est la première des préoccupations. Si l’état général empire, une surveillance médicale peut s’avérer nécessaire. Selon l’importance du coup de soleil, le médecin prescrit, si nécessaire, une crème adaptée. En cas de transformation d’un grain de beauté, il peut demander l’avis d’un spécialiste.

Actualités

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire