En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les maladies causées ou aggravées par le tabac

Mis à jour : Mardi 15 Novembre 2016

Fumer cause ou aggrave de nombreuses maladies, dont plusieurs peuvent diminuer la durée de vie de manière importante. Aujourd'hui, le tabac est la première cause de mortalité évitable : chaque année, il serait à l'origine de 5,4 millions de décès dans le monde. Soit plus que le paludisme, la tuberculose et le VIH/sida réunis ! En France, le tabac tue environ 66 000 personnes chaque année.

Voici la longue liste des dangers de la cigarette...

Les maladies causées ou aggravées par le tabac
Maladies Effets du tabac
Cancers Les substances contenues dans le tabac favorisent le développement de nombreux cancers : principalement les cancers du poumon, des lèvres, de la langue, de la gorge, de l’œsophage et de la vessie.
Excès de cholestérol Fumer semble favoriser la production du « mauvais » cholestérol (LDL).
Maladies du cœur et des vaisseaux Fumer favorise le dépôt de plaques graisseuses dans les artères, provoquant ainsi leur obstruction et leur fragilisation. Ce phénomène est à l’origine d’infarctus du myocarde et d’accidents vasculaires cérébraux (risque augmenté entre 1,5 et 3 fois).
Troubles du rythme cardiaque La nicotine agit sur le rythme cardiaque et pourrait aggraver ces troubles.
Troubles du sommeil La nicotine est un excitant. Les personnes sujettes aux insomnies doivent éviter de fumer le soir, ou la nuit lorsqu’elles se réveillent.
Bronchite chronique et emphysème Ces maladies sont des conséquences du tabagisme.
Bouche sèche Fumer réduit l’humidité de la bouche.
Problèmes de dents Fumer multiplie par cinq le risque de gingivite. Le tabac jaunit les dents et favorise le dépôt de la plaque dentaire, cause de caries et de problèmes de gencives.
Reflux gastro-œsophagien Facteur de relâchement du sphincter de l’œsophage, le tabac peut se révéler comme une cause importante de reflux gastrique (brûlures d’estomac).
Hémorroïdes Fumer en aggraverait les symptômes.
Ostéoporose Fumer accentue la diminution de la masse osseuse.
Artérite des jambes Cette affection liée à une mauvaise circulation dans les artères des jambes serait deux fois plus fréquente chez les fumeurs.
Douleurs des membres En réduisant l’irrigation sanguine des membres, le tabac est susceptible de provoquer ou d’accentuer les douleurs au niveau des bras, des mains, des jambes et des pieds, en particulier le matin.
Diabète de type 2 Le tabagisme aggrave considérablement le risque de complications chez les patients diabétiques. Arrêter de fumer est essentiel pour ces personnes.
Vieillissement de la peau Le tabac rend la peau plus épaisse, plus sèche, avec des rides plus profondes et une carnation terne.
Reproduction Fumer réduit la fertilité de l’homme et de la femme, allonge le délai de conception.
Troubles de l’érection Le tabac endommage les artères et réduit le flux sanguin, y compris celui qui irrigue le pénis.
Dégénérescence de la rétine Le risque de perdre la vue est trois fois plus élevé chez les fumeurs atteints de ce trouble.

Quand médicaments et tabac ne font pas bon ménage

Des études ont montré que le risque de thrombose artérielle (infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral) chez une femme prenant la pilule est augmenté en cas de tabagisme. L'utilisation d'un contraceptif estroprogestatif (pilule) doit être prudente chez les femmes qui fument. Elle est même déconseillée chez celles qui ont plus de 35 ans.

Actualités

L'eczéma est relativement fréquent chez les enfants, en particulier au niveau des plis (illustration).

Eczéma surinfecté de l’enfant : étude randomisée de l’intérêt des antibiotiques topiques et oraux

Le diagnostic de syndrome du QT long repose essentiellement sur la mesure de l'intervalle QT corrigé (illustration).

Diagnostic, bilan, prise charge et surveillance du syndrome du QT long : consensus d’experts

La ROSP est versée aux médecins libéraux en fonction d'indicateurs négociés avec l'assurance maladie dans le cadre d'une convention médicale (illustration).

Rémunération sur objectifs de santé publique : bilan à 5 ans globalement positif, sauf sur la prévention