En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Dépression de l'adulte

Mis à jour : Lundi 09 Mai 2016

Modification de l’humeur, troubles de la pensée et manifestations physiques sont les principaux symptômes d’une dépression. Généralement déclenchée par des événements extérieurs, la dépression semble le plus souvent résulter d’une conjonction de facteurs biologiques, génétiques, ainsi que de l’environnement social et familial de la personne.

Quels sont les signes de la dépression ?

dépression

Contrairement à la déprime passagère, la dépression (ou dépression nerveuse) est un état de profonde détresse qui dure. Elle se caractérise par l’association durable de plusieurs symptômes comme une modification importante de l’humeur (tristesse permanente), une perte de motivation, une souffrance parfois insupportable et un ralentissement des gestes de la vie courante. La personne malade a un sentiment d’inutilité et d’impuissance, avec des idées morbides, voire suicidaires.

Maladie aux multiples facettes, la dépression est parfois difficile à déceler. La personne qui en souffre refuse de voir ses symptômes, ou en sous-estime l’importance. Elle ne veut pas se plaindre, se dit que « ça va passer ». C’est la raison pour laquelle l’entourage peut jouer un rôle primordial dans le diagnostic de la maladie.

Certains changements peuvent alerter : la personne n’a plus envie de pratiquer des activités qui lui plaisaient auparavant, ne fait plus de projets, est d’humeur instable, peut faire preuve d’une agressivité inhabituelle ou présente des difficultés de concentration.

Elle dort moins ou au contraire beaucoup plus, mange très peu ou grignote sans arrêt, est constamment fatiguée. Des idées sombres sont énoncées : « Je suis dans une impasse, je n’y arriverai jamais, j’ai tout raté dans ma vie, je porte la poisse, je rends les autres malheureux… » Si ce discours revient sans cesse, il faut absolument inciter la personne à consulter.

Parfois, la dépression prend des formes dites « masquées ». Elle se traduit par des manifestations physiques difficiles à associer, dans l’esprit de la personne qui en souffre, avec l’image qu’elle se fait de la dépression : troubles du sommeil, fatigue, agitation, maux de dos ou maux de ventre, troubles digestifs, vertiges, maux de tête, etc.

Les symptômes de la dépression
Modifications de l'humeur Troubles de la pensée Manifestations physiques
  • Cafard
  • Tristesse permanente pendant au moins deux semaines
  • Envie incontrôlable et fréquente de pleurer
  • Irritabilité
  • Perte totale d'intérêt pour les activités ordinairement agréables
  • Baisse de l‘estime de soi
  • Sentiment de culpabilité
  • Anxiété ou inquiétude excessive
  • Difficultés de concentration
  • Pertes de mémoire
  • Incapacité à prendre des décisions
  • Pensées morbides qui reviennent souvent
  • Agitation ou ralentissement des gestes du quotidien
  • Perte d’énergie
  • Fatigue
  • Sommeil perturbé (insomnie ou envie de dormir excessive)
  • Perte ou augmentation de l’appétit
  • Troubles digestifs et maux de ventre
  • Maux de tête
  • Diminution du désir sexuel
  • Douleurs diffuses
  • Mal de dos

Qu’appelle-t-on maniaco-dépression ?

Les personnes atteintes de troubles bipolaires, appelés aussi maniaco-dépression, psychose maniaco-dépressive ou dépression bipolaire, connaissent des variations de l’humeur qui sont disproportionnées dans leur durée et leur intensité. La gaieté devient euphorie exagérée, la tristesse se mue en dépression profonde. Les troubles du comportement qui accompagnent ces phases désorganisent profondément la vie de la personne maniaco-dépressive et dégradent ses relations familiales et professionnelles. Les troubles bipolaires sont une maladie distincte qui ne doit pas être confondue avec la dépression et ils nécessitent des traitements particuliers.

Actualités

Le rapport de la concertation citoyenne sur les vaccins vient d'être publié

Vaccinations : une concertation citoyenne riche en propositions… et en paradoxes !

Les atteintes diffuses liée à la maladie de Crohn sont diffuses, alors que celles de la RCH concernent la partie distale du tube digestif (illustration, © OnHealth).

210 000 Français atteints d'une MICI (Crohn ou RCH) : étude de leur prise en charge thérapeutique

Les conséquences douloureuses des IVG médicamenteuses sont sous-estimées

IVG médicamenteuse : le risque de douleurs intenses nécessite anticipation et adaptation thérapeutique