En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Aider une personne phobique

Mis à jour : Vendredi 02 Octobre 2015

Comment aider une personne atteinte de phobie ?

Vivre avec une personne phobique peut créer de nombreuses frustrations. Le comportement de l’entourage est primordial pour repérer la phobie, inciter la personne malade à consulter un médecin et la soutenir pendant son traitement.

Repérer une phobie peut être difficile, même pour l’entourage immédiat. Les stratégies d’évitement peuvent être soigneusement dissimulées. Lorsque l’on réalise qu’un proche souffre de phobie, il est indispensable d’en discuter sans le juger, et d’évaluer avec lui l’impact de la maladie sur sa vie et sur celle de son entourage.

Si les symptômes ne sont pas très handicapants, il faut respecter ceux-ci et ne pas essayer de forcer la personne phobique à affronter les situations qui l’angoissent. Il est même tout à fait acceptable de lui faciliter la vie (par exemple en prévenant des amis avec qui on part en vacances). La phobie n’est pas une maladie honteuse.

Si les répercussions de cette phobie provoquent une souffrance, il est essentiel de faire comprendre à la personne malade que des traitements efficaces peuvent la soulager rapidement.

Actualités

La ROSP est versée aux médecins libéraux en fonction d'indicateurs négociés avec l'assurance maladie dans le cadre d'une convention médicale (illustration).

Rémunération sur objectifs de santé publique : bilan à 5 ans globalement positif, sauf sur la prévention

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur