En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Bien utiliser les médicaments antipsychotiques

Mis à jour : Mardi 08 Novembre 2016

Bien utiliser les médicaments contre la schizophrénie

Avant la mise en place d’un traitement neuroleptique, il est nécessaire de pratiquer des examens complémentaires pour éviter certaines complications. Sauf en cas de psychose aiguë, le traitement par un neuroleptique est mis en place progressivement. Chaque patient réagit différemment à ces substances et il faut du temps pour identifier la dose minimale efficace qui provoquera le moins d’effets indésirables à long terme. Pendant cette période d’ajustement, le soutien de l’entourage est important. Les associations de plusieurs neuroleptiques sont rares et réservées aux cas les plus résistants aux traitements.

Les neuroleptiques doivent être pris de préférence pendant les repas pour éviter certains troubles digestifs, notamment les nausées. Lorsque l’on prend un neuroleptique, il ne faut jamais boire d’alcool. Les effets combinés de ces deux substances peuvent entraîner des troubles graves du comportement. Conduire un véhicule ou utiliser des outils potentiellement dangereux est fortement déconseillé tout au long du traitement. Les risques d’interactions entre les neuroleptiques et d’autres médicaments (anxiolytiques, hypnotiques, médicaments contre l’allergie ou l’hypertension artérielle, certains traitements de la maladie de Parkinson et des troubles de l’érection, etc.) sont importants. Il est indispensable de signaler la prise de neuroleptiques à son pharmacien et à tout nouveau médecin consulté.

Chez des personnes traitées par des neuroleptiques, l’apparition d’une fièvre inexpliquée (température supérieure à 38 °C) nécessite une consultation médicale d’urgence. Ces substances peuvent en effet provoquer un effet indésirable très grave qui apparaît progressivement, le syndrome malin.

Les médicaments de la famille des neuroleptiques peuvent également être responsables de mouvements anormaux appelés dyskinésies. Ce phénomène peut se produire dans les premiers jours du traitement (dyskinésies précoces) ou après plusieurs mois (dyskinésies tardives). On observe également des dyskinésies tardives lors de l’arrêt d’un traitement prolongé (réactions de sevrage).

En cas de grossesse ou d’allaitement
L’usage de certains neuroleptiques est possible en cas de grossesse. Il se fait en fonction du rapport entre les bénéfices attendus et les risques encourus. La surveillance médicale de la future mère est alors accrue. En l’absence de données scientifiques sur le passage des neuroleptiques dans le lait maternel, il est déconseillé d’allaiter lorsque l’on prend ce type de médicaments.

Les effets indésirables des antipsychotiques

Les antipsychotiques, et en particulier ceux dits classiques, ont de nombreux effets indésirables : constipation, somnolence (plus marquée en début de traitement), troubles de l’accommodation, vision floue, sécheresse de la bouche, hypotension orthostatique, rétention d’urine, irrégularité des règles, troubles sexuels, troubles neurologiques tels que des mouvements anormaux, des tremblements, une raideur musculaire. Certains de ces effets nécessitent parfois d’être corrigés par d’autres médicaments.

Un effet indésirable particulier, la dyskinésie tardive, survient au cours de traitements prolongés. Elle se manifeste par des mouvements involontaires de la bouche, des lèvres, de la langue (mâchonnement), des bras ou des jambes. Elle apparaît chez 15 à 20 % des malades traités pendant plusieurs années avec des antipsychotiques dits classiques.

Un problème fréquent du traitement par les antipsychotiques est l’apparition d’un surpoids (en particulier à hauteur de l’abdomen) associé à des taux sanguins élevés de sucre, de cholestérol et de triglycérides (graisses du sang). Pour cette raison, il est important que les patients traités soient suivis par un médecin généraliste, endocrinologue ou nutritionniste qui prescrira des examens sanguins réguliers et donnera des conseils pour une alimentation équilibrée.

    A ces effets indésirables, s’ajoutent des événements rarissimes qui constituent des urgences médicales :
  • Le syndrome malin qui se traduit par une fièvre élevée, des sueurs, des troubles de la conscience, une salivation excessive, etc.
  • L’agranulocytose qui se caractérise par une baisse des globules blancs du sang, un mal de gorge, des aphtes ou une fièvre anormale.

Lorsqu’on prend un traitement antipsychotique, ce type de symptômes nécessite une consultation médicale en urgence.

Actualités

PLus de 25 000 patients hospitalisés en psychiatrie sont placés en isolement chaque année en France (illustration).

Isolement et contention en psychiatrie : recommandations de la HAS pour améliorer les pratiques

Rhumatisme psoriasique, forme oligoarticulaire avec atteinte du majeur de la main droite (© NEJM).

Rhumatisme psoriasique : améliorer le diagnostic précoce en utilisant les critères CASPAR

Capture d'écran du nouveau site de signalement d'événements indésirables liés à des produits ou actes de soins.

Lancement d'un site public pour faciliter le signalement des événements sanitaires indésirables