En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Coliques néphrétiques (calculs rénaux)

Mis à jour : Mardi 28 Février 2017

Les coliques néphrétiques sont une des complications de la présence de calculs au niveau des reins. Très douloureuses, elles nécessitent systématiquement une prise en charge médicale pour les soulager et, au long terme, pour éviter les rechutes qui sont assez fréquentes.

Qu'est-ce que la lithiase urinaire ?

Lorsqu'elles sont en concentration excessive pendant des mois ou des années, certaines substances éliminées dans l'urine (oxalate de calcium, phosphate de calcium, cystine, acide urique, etc.) forment des cristaux dans les reins ou dans la vessie. Ceux-ci peuvent s’agréger et former des petites particules solides, les calculs urinaires ou calculs rénaux, qui bouchent les canaux par lesquels l'urine est évacuée ou s'accumulent dans la vessie. Cette maladie, appelée lithiase urinaire ou urolithiase, touche en moyenne 10 % des hommes et 5 % des femmes.

Lorsqu'ils sont minuscules, les calculs peuvent être éliminés par les voies naturelles et passer inaperçus pendant des années. Ils peuvent parfois entraîner la présence de sang dans les urines.

Qu'appelle-t-on colique néphrétique ?

La manifestation la plus connue de la lithiase urinaire survient lorsque les calculs se bloquent dans les reins. Des douleurs très intenses se propageant du milieu du dos vers l’aine sont alors ressenties, parfois accompagnées de nausée et de vomissements : c’est la colique néphrétique. S’ils ne sont pas pris en charge médicalement, les calculs rénaux peuvent provoquer une infection du rein, voire une insuffisance rénale ou une septicémie.

La lithiase urinaire est une maladie récidivante : chez la moitié des personnes qui ont connu une crise de colique néphrétique, une deuxième crise est observée dans les cinq années suivantes. Cette tendance aux rechutes justifie la mise en place de mesures destinées à les prévenir.

Les différents types de calculs urinaires
    La nature des substances qui composent les calculs urinaires est variée. On distingue :
  • les calculs d’urate (acide urique, un produit de la dégradation des protéines par le corps) qui représentent 10 % des cas d’urolithiase ;
  • les calculs oxalocalciques (70 % des cas) ;
  • les calculs phosphocalciques (10 à 20 % des cas) ;
  • les calculs cystiniques (1 à 2 % des cas chez les adultes, 10 % des cas chez les enfants), dus à une anomalie génétique ;
  • les calculs phospho-ammoniaco-magnésiens (dits de struvite) (moins de 2 % des cas, essentiellement chez les femmes.

Actualités

Rhumatisme psoriasique, forme oligoarticulaire avec atteinte du majeur de la main droite (© NEJM).

Rhumatisme psoriasique : améliorer le diagnostic précoce en utilisant les critères CASPAR

Capture d'écran du nouveau site de signalement d'événements indésirables liés à des produits ou actes de soins.

Lancement d'un site public pour faciliter le signalement des événements sanitaires indésirables

Le surpoids augmente significativement le risque de développer onze types de cancer

Une "revue-ombrelle" montre une association forte entre surpoids et 11 types de cancers