En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les infections urinaires chez la femme enceinte

Mis à jour : Mardi 24 Mars 2015

Les infections urinaires sont fréquentes au cours de la grossesse, mais elles ne sont pas toujours faciles à identifier. Pour cette raison, chaque mois, le médecin ou la sage-femme en charge du suivi de la grossesse peut demander à la future mère de réaliser des bandelettes urinaires afin de dépister une éventuelle infection urinaire (cystite).

Pourquoi les infections urinaires sont-elles plus fréquentes au cours de la grossesse ?

femme enceinte

Lorsque l’utérus grossit, il pèse sur la vessie et les canaux urinaires ce qui entraîne des envies d’uriner plus fréquentes. Paradoxalement, il est fréquent que les femmes enceintes n’arrivent pas à vider complètement leur vessie, car les hormones de la grossesse diminuent le tonus de la vessie. L’urine qui reste dans la vessie augmente le risque de cystite (en favorisant la multiplication des bactéries responsables de ces infections).

De plus, un diabète transitoire (diabète gestationnel) est parfois observé au cours de la grossesse. Ce diabète peut favoriser la survenue d’une infection urinaire.

Certaines femmes enceintes sont-elles plus à risque de développer une infection urinaire au cours de la grossesse ?

Les femmes qui souffrent fréquemment d’infections urinaires en dehors de la grossesse, ainsi que celles qui souffrent de diabète non contrôlé (dont les urines peuvent contenir du sucre, favorable à la multiplication des bactéries) ou de drépanocytose présentent un risque plus élevé d’infection urinaire au cours de la grossesse.

Quels sont les risques d'une infection urinaire au cours de la grossesse ?

La première complication d’une cystite non traitée pour la femme enceinte est la survenue d’une infection des reins (pyélonéphrite). Une infection urinaire non traitée peut également être à l’origine d’un accouchement prématuré, d’un retard de croissance du fœtus ou, parfois, d’une infection du fœtus. Heureusement, en cas d’infection urinaire, un traitement antibiotique adapté évite les complications.

Comment prévenir la survenue d'infections urinaires au cours de la grossesse ?

Outre les conseils habituels (voir La prévention des cystites), pendant la grossesse, il est recommandé de boire au moins deux litres d’eau par jour et de limiter la consommation de café ou d’épices qui peuvent irriter la vessie. En cas de doute sur d’éventuels symptômes de cystite, mieux vaut consulter son médecin rapidement.

L'autosurveillance par bandelettes urinaires réactives
Les infections urinaires sont souvent indolores chez la femme enceinte. Une autosurveillance avec des bandelettes urinaires est parfois proposée aux futures mères. L’utilisation d’une bandelette urinaire réactive est simple et rapide et doit être faite régulièrement ou en cas de doute (brûlure ou douleur en urinant...). Le dépistage consiste dans la recherche dans les urines de la présence de leucocytes (globules blancs) et/ou de nitrites. En cas de réponse positive ou douteuse à deux reprises, un avis médical est nécessaire. Le médecin prescrit alors une analyse d’urines pour rechercher le germe.

Actualités

L'eczéma est relativement fréquent chez les enfants, en particulier au niveau des plis (illustration).

Eczéma surinfecté de l’enfant : étude randomisée de l’intérêt des antibiotiques topiques et oraux

Le diagnostic de syndrome du QT long repose essentiellement sur la mesure de l'intervalle QT corrigé (illustration).

Diagnostic, bilan, prise charge et surveillance du syndrome du QT long : consensus d’experts

La ROSP est versée aux médecins libéraux en fonction d'indicateurs négociés avec l'assurance maladie dans le cadre d'une convention médicale (illustration).

Rémunération sur objectifs de santé publique : bilan à 5 ans globalement positif, sauf sur la prévention