En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Le stérilet hormonal

Mis à jour : Lundi 11 Avril 2016

Le dispositif intra-utérin hormonal

Ce dispositif (MIRENA) est en fait un stérilet comportant un réservoir contenant un progestatif (lévonorgestrel) qu’il diffuse lentement pendant cinq ans. Comme tout stérilet, il agit en empêchant la nidation de l'œuf. De plus, le lévonorgestrel provoque localement un épaississement des sécrétions du col de l’utérus et une modification de l’endomètre. Les spermatozoïdes ne peuvent franchir le col et un œuf éventuel ne peut faire son nid dans l’utérus.

La pose est faite par un médecin ou par une sage-femme, en consultation. Comme pour un stérilet au cuivre, il convient de vérifier au préalable l’absence d’infection vaginale ou utérine. Comme il s’agit d’une contraception progestative, le stérilet hormonal n’a pas les contre-indications des méthodes estroprogestatives et peut convenir à de nombreuses femmes. L'effet indésirable le plus fréquent sont des troubles des règles : de petits saignements peuvent survenir pendant les premiers mois ; ensuite, les règles diminuent, voire disparaissent chez une femme sur trois. D'autres effets indésirables sont possibles (douleur, gonflement des seins, nausées, maux de tête, baisse de la libido).

L’efficacité de ce dispositif est similaire à celui des stérilets au cuivre, mais pour un coût plus élevé. De ce fait, il est plutôt réservé aux femmes qui ont des difficultés à tolérer un stérilet au cuivre pour cause de saignements abondants, par exemple. Le stérilet hormonal est délivré sur ordonnance et coûte environ 125 € (pour cinq ans), remboursés à 65 % par l’Assurance maladie.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 22 Mars 2016

Stérilets avec progestatif

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

Actualités

La toxine botulique semble pouvoir soulager les douleurs neuropathiques localisées (illustration).

Douleurs neuropathiques : la toxine botulique pourrait devenir un traitement de recours, selon l'INSERM

En Guyane et à Mayotte, la vaccination de tous les nouveau-nés avant la sortie de la maternité est une priorité de niveau 1 selon les recommandations du HCSP (illustration).

Pénurie de VACCIN BCG SSI : optimiser l'utilisation du vaccin polonais

La bronchoconstriction induite par l'effort, avec ou sans asthme sous-jacent, peut être soulagée par l'utilisation d'un spray bronchodilatateur d'action courte (illustration).

Bronchoconstriction à l’effort, avec ou sans asthme : éviter les pièges diagnostiques et thérapeutiques