En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les formes d'épilepsie chez les enfants

Mis à jour : Jeudi 09 Février 2017

Chez les enfants et les adolescents, l’épilepsie peut prendre des formes variées. Comme chez les adultes, on distingue des formes partielles et des formes généralisées. Chacune de ces deux formes d’épilepsie est elle-même divisée en formes dites « idiopathiques» et en formes dites « non idiopathiques » (voir ci-dessous).

De plus, il existe d’autres formes d’épilepsie regroupées sous le terme de « syndromes épileptiques ». À chaque syndrome correspond un certain type de crises, d’anomalies de l’électroencéphalogramme, d’âge d’apparition et, souvent, une même réponse aux traitements et une même évolution.

Les épilepsies partielles de l'enfant

fillette

Lorsqu’un enfant souffre d’épilepsie partielle, celle-ci est parfois dite « idiopathique bénigne », c’est-à-dire sans cause identifiable au niveau du cerveau.

Les plus fréquentes de ces formes d'épilepsie sont l'épilepsie à paroxysmes rolandiques et l'épilepsie occipitale bénigne précoce. Elles sont peu invalidantes et ne justifient pas de traitement dans la plupart des cas, sauf si elles sont trop fréquentes, si elles surviennent dans la journée, ou si elles perturbent la vie quotidienne de l'enfant.

Les autres épilepsies partielles de l’enfant, dites « non idiopathiques », peuvent être mises en relation avec une activité électrique anormale d’une région particulière du cerveau. Elles justifient la mise en place d’un traitement.

Les épilepsies généralisées de l'enfant

Chez les enfants, les épilepsies généralisées sont également :

  • soit idiopathiques (épilepsie myoclonique bénigne du nourrisson, épilepsie absence de l'enfant, épilepsie myoclonique juvénile et épilepsie grand mal du réveil),
  • soit non idiopathiques (épilepsie myoclono-astatique et syndrome de Lennox-Gastaut).

Elles justifient parfois la mise en place d'un traitement spécifique.

Les convulsions fébriles chez l'enfant
Les crises convulsives provoquées par la fièvre chez certains enfants ne sont pas une forme d’épilepsie. Elles apparaissent habituellement entre l’âge de six mois et cinq ans en cas de forte fièvre chez des enfants prédisposés à ce type de convulsions.
En cas de convulsions chez un enfant fébrile, il est nécessaire de consulter un médecin. Essayez de faire baisser la fièvre avec un médicament à base de paracétamol sous forme de suppositoire (plus rapidement efficace). En général, les convulsions fébriles disparaissent spontanément avec l’âge.

Les syndromes épileptiques chez l'enfant

Outre les formes décrites ci-dessus, les enfants épileptiques peuvent également souffrir d’autres formes de cette maladie. Par exemple, les spasmes infantiles (ou syndrome de West), le syndrome Pointes-ondes continues du sommeil, l’épilepsie myoclonique sévère du nourrisson (ou syndrome de Dravet) ou, également, l’état de mal épileptique (qui se caractérise par des crises durant plus de trente minutes ou qui se répètent sans reprise de conscience entre chacune d’entre elles).

Ces syndromes justifient la mise en place de traitements spécifiques par les services hospitaliers spécialisés.

Actualités

L'incidence des infections invasives à méningocoque C la plus élevée concerne les nourrissons de moins de 1 an (illustration).

Echec de la stratégie vaccinale contre le méningocoque C : nouvelles recommandations du HCSP

Les scores FRAX et QFracture semblent efficaces pour prédire le risque fracturaire ostéoporotique (illustration).

Ostéoporose après 50 ans : confirmation de l'intérêt de deux scores prédictifs du risque de fracture

Larynx artificiel élaboré par l'équipe du pr Debry, avec la société Protic Medical (© Inserm / Delapierre, Patrick).

Première française et mondiale : un larynx artificiel opérationnel depuis 18 mois