En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Mieux vivre avec la maladie de Parkinson

Mis à jour : Vendredi 27 Décembre 2013

Que faire pour mieux vivre avec la maladie de Parkinson ?

Au-delà des médicaments, certaines mesures peuvent permettre de mieux supporter les symptômes de la maladie de Parkinson, voire de les atténuer.

Pratiquer des activités physiques

Il est fortement recommandé aux personnes souffrant de maladie de Parkinson de maintenir un bon niveau d’activité physique : marche, jardinage, natation, vélo, tai-chi, yoga, etc. L’activité physique permet de maintenir souplesse, musculature et densité des os. Elle contribue également à un meilleur sens de l’équilibre. Enfin, l’activité physique participe à la lutte contre la dépression et l’anxiété. Lorsque les symptômes parkinsoniens sont importants, l’aide d’un kinésithérapeute ou d’un ergothérapeute peut s’avérer nécessaire pour continuer à maintenir un bon niveau d’activité physique.

Pratiquer une activité de relaxation

Le stress et l’anxiété ont tendance à aggraver les symptômes de la maladie de Parkinson. Les activités visant à la relaxation (yoga, sophrologie, techniques de respiration, chant, etc.) apportent un bénéfice lors de maladie de Parkinson. Pour les mêmes raisons, le recours à un soutien psychothérapeutique devrait systématiquement être envisagé. La maladie de Parkinson génère souvent de l’anxiété et du stress : pouvoir en parler librement avec un professionnel permet d’évacuer les tensions et d’exprimer son ressenti sans crainte d’être jugé.

Prévenir les chutes

    Chez les personnes qui souffrent de Parkinson depuis plusieurs années, des troubles de l’équilibre ont tendance se manifester. Des problèmes (freezing) apparaissent à l’initiation de chaque pas qui peuvent déséquilibrer le patient : le corps avance sous la force de l’élan des pas précédents alors que les pieds restent collés au sol. Pour prévenir ces chutes, quelques mesures peuvent être adoptées :
  • Utilisez vos bras comme balanciers.
  • Levez le plus possible les pieds et posez votre talon en premier.
  • Essayez de faire de plus grandes enjambées et penchez-vous un peu en avant.
  • Pour faire demi-tour, évitez de pivoter sur vous-même. Faites plutôt un large demi-cercle.
  • Prenez votre temps.
  • Si vous portez une charge, essayez de la diviser également entre bras droit et bras gauche.
  • Portez des chaussures antidérapantes, très souples et qui vous tiennent bien le pied. Préférez les chaussures dont l’extrémité est légèrement relevée. La hauteur du talon ne doit pas dépasser quatre centimètres.
  • Appliquez les conseils habituels pour sécuriser votre domicile contre les chutes.

Ne pas rester seul face à la maladie

Il peut s’avérer utile de rejoindre une association de patients souffrant de maladie de Parkinson. Les associations disposent d’un réseau de ressources qui peut se révéler très utile lorsqu’on se trouve face à une situation que l’on maîtrise mal. De plus, partager son expérience avec des personnes atteintes de la même maladie permet souvent d’exprimer des sentiments que l’on préfère ne pas évoquer avec ses proches ou son médecin.

Enfin, n’hésitez pas à signaler les problèmes que vous rencontrez à votre équipe soignante. Leur expérience et celle de leurs patients peuvent vous permettre d’améliorer votre qualité de vie. N’hésitez pas à leur demander conseil et à utiliser les opportunités qui vous sont proposées : kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste, psychologue, etc.

Comme pour toute maladie chronique, le choix de l’équipe soignante est essentiel pour une prise en charge optimale. N’hésitez pas à consulter différents spécialistes, en ville et à l’hôpital, pour identifier le mode de prise en charge médicale qui vous convient le plus. Trouver des professionnels qui seront à votre écoute et en qui vous aurez pleine confiance est un élément décisif pour jouir d’une meilleure qualité de vie et profiter des dernières avancées médicales.

Actualités

La HAS publie des recommandations sur les traitements non médicamenteux de la maladie de Parkinson

Parkinson : prise en charge non médicamenteuse des troubles moteurs (recommandations HAS)

Le trèfle rouge est riche en phytoestrogènes et semble avoir un intérêt, modeste, pour réduire la fréquence de certains symptômes climatériques (illustration).

Ménopause : analyse de l’efficacité de la phytothérapie contre les symptômes climatériques

En cas de dépression caractérisée chez un enfant ou un adolescent, la prise en charge psychothérapeutique est prioritaire (illustration).

Dépression caractérisée des enfants et adolescents : résultats comparés de 14 antidépresseurs