En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

La névrite vestibulaire

Mis à jour : Lundi 24 Juin 2013

Qu’appelle-t-on névrite vestibulaire ?

La névrite vestibulaire est l’inflammation du nerf qui innerve les canaux vestibulaires (l’oreille interne). Elle provoque des vertiges soudains et intenses qui s’accompagnent de nausées et de vomissements et qui durent en général trois à sept jours. Un nystagmus (mouvement involontaire rapide des yeux dans une direction, puis lent retour à leur position initiale) est également observé. La cause de la névrite vestibulaire serait une infection virale.

La névrite vestibulaire guérit sans traitement. Néanmoins, en attendant la guérison, des mesures peuvent être prises pour soulager les vertiges : médicaments anti-vertigineux et rééducation vestibulaire. Celle-ci vise à aider le cerveau à compenser les troubles dus à la névrite. 

Pratiquée par un kinésithérapeute spécialisé, la rééducation vestibulaire fait appel soit à un fauteuil rotatoire (le patient est soumis à des impulsions à haute vitesse avant d’être arrêté et de fixer une cible du regard), soit à une plateforme mobile placée dans l’obscurité sur laquelle le patient doit se maintenir debout sans tomber. Parfois, le patient est placé dans l’obscurité et voit défiler devant lui des signaux lumineux qu’il doit suivre du regard. Cette rééducation dure de quatre à dix semaines.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

La fibrillation auriculaire est associée à une augmentation de la mortalité, du risque d'accidents cardiovasculaires et d'insuffisance rénale chronique (image d'illustration ne représentant pas une FA).

Fibrillation auriculaire : au-delà du surrisque d'AVC, d'autres surrisques à prendre en compte

Les quinolones ne doivent plus être prescrites contre la gonorrhée

Gonorrhée, chlamydiose et syphilis : l’OMS publie de nouvelles recommandations thérapeutiques