En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Comment réagir en cas de vertige ?

Mis à jour : Lundi 24 Juin 2013

Que dois-je faire en cas de vertiges ?

Les vertiges justifient toujours une consultation médicale, sauf s’ils sont provoqués par le mal des transports.

Conduite à tenir en cas de vertige
alt alt Si les vertiges surviennent à la suite d'un traumatisme crânien (depuis moins de 48 heures).
alt Si votre installation de chauffage au gaz, au charbon ou au mazout est en mauvais état ou n'a pas été vérifiée régulièrement.
alt Si vous êtes diabétique et traité par insuline.
  alt Si les vertiges s'accompagnent de maux de tête, de bourdonnements d'oreille, de troubles de l'audition, de signes de paralysie, de vomissements intenses ou d'un état confusionnel.
  alt Si les vertiges durent plusieurs heures ou reviennent régulièrement.
  alt Si les vertiges se produisent depuis que la personne prend un nouveau médicament.
  alt Si le mal des transports est la cause du vertige.
Légende
alt Si 15 ou 112 est indiqué, appelez immédiatement le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) en composant le 15 ou le 112.
Si 15 ou 112 n'est pas indiqué, appelez votre médecin traitant immédiatement, ou rendez-vous au service d’urgence le plus proche.
Dans le doute, n’hésitez JAMAIS à appeler le 15 ou le 112.
alt Consultez un médecin dans la journée.
alt Consultez un médecin dans les jours qui viennent.
alt Il est possible de s’automédiquer.

Que fait le médecin en cas de vertiges ?

En questionnant et en examinant le patient de façon approfondie, il tente de déterminer la cause des vertiges. Il s’enquiert de leur durée, des facteurs déclenchants, d’éventuels troubles de l’audition ou de la vision, de maux de tête, etc.

S’il diagnostique un vertige, il essaie d’en trouver la cause à l’aide de divers tests. Par exemple, il demande à son patient de marcher en ligne droite, les bras le long du corps, les yeux ouverts puis les yeux fermés. Il peut également lui demander de tendre les bras et les index. Pour rechercher un nystagmus, il effectue des rotations rapides de la tête du patient (ou il lui demande de secouer la tête rapidement). Enfin, il peut pratiquer une série de manipulations de la tête et du tronc du patient (manœuvre de Dix et Hallpike) pour rechercher un vertige de position paroxystique bénin (VPPB).

Il peut également prescrire des examens complémentaires : examen ORL ou ophtalmologique, IRM, scanner, etc.

Actualités

Aux Etats-Unis, le dépistage n'explique pas à lui seul la forte baisse de mortalité liée au cancer colorectal (illustration avec une affichette de sensibilisation française).

Diminution plus forte qu'attendue du cancer colorectal aux États-Unis : le dépistage n’explique pas tout

La toxine botulique semble pouvoir soulager les douleurs neuropathiques localisées (illustration).

Douleurs neuropathiques : la toxine botulique pourrait devenir un traitement de recours, selon l'INSERM

En Guyane et à Mayotte, la vaccination de tous les nouveau-nés avant la sortie de la maternité est une priorité de niveau 1 selon les recommandations du HCSP (illustration).

Pénurie de VACCIN BCG SSI : optimiser l'utilisation du vaccin polonais