En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive)

Mis à jour : Vendredi 14 Avril 2017

La BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive) est une affection courante, plus particulièrement chez les fumeurs. Environ 9 % des hommes et 4 % des femmes de plus de 65 ans souffrent de BPCO ou d'emphysème (soit entre 800 000 et un million de Français). Cependant, la fréquence dans la population féminine est en constante augmentation du fait du nombre croissant de fumeuses. De plus, pour une même consommation de tabac, les femmes développent des formes plus précoces et plus graves de BPCO que les hommes.

La BPCO, qu'est-ce que c'est ?

Les bronchites sont des inflammations des bronches et des bronchioles, les canaux qui acheminent l'air aux poumons. Elles peuvent être dues à des germes ou à des agents irritants comme la fumée du tabac ou la pollution. La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une forme grave de bronchite qui affecte le souffle et provoque des dommages irréversibles des poumons. C'est une maladie à progression lente qui évolue sur plusieurs années.

Quels sont les symptômes de la BPCO ?

Les premiers symptômes de la BPCO sont ceux de la bronchite chronique : toux et crachats, en particulier le matin. Progressivement, les symptômes s’aggravent et la personne ressent un essoufflement à l’effort. En effet, les bronches et les bronchioles sont enflammées ce qui provoque leur rétrécissement, aggravé par la présence de sécrétions épaisses et en excès. Au repos, l’air arrive en quantité suffisante dans les poumons mais, à l’effort, le rétrécissement des bronches gêne la ventilation et provoque l’essoufflement. Lorsque la maladie progresse, la difficulté à respirer se fait sentir également au repos.

Progressivement, le poumon a du mal à se vider du fait du rétrécissement des bronchioles. Les alvéoles, les petits sacs où se font les échanges de gaz avec le sang, se distendent. Fragilisées, elles se rompent et fusionnent entre elles. L’emphysème s’installe avec ses symptômes.

Qu'appelle-ton emphysème ?

L’emphysème est un trouble pulmonaire chronique dans lequel les alvéoles pulmonaires fusionnent. Les tissus qui les entourent perdent leur élasticité et les empêchent de se gonfler. Ce phénomène réduit la quantité d’oxygène qui passe dans la circulation sanguine et rend la respiration plus difficile. Dans la plupart des cas, l’emphysème est une complication de la BPCO, mais le vieillissement entraîne également une perte d’élasticité des alvéoles, même chez les non-fumeurs. Celle-ci peut être suffisamment grave pour être considérée comme de l’emphysème.

Les infections des voies respiratoires peuvent également favoriser ou aggraver l'emphysème. Un cercle vicieux s'enclenche alors, car l'emphysème lui-même accroît les risques d'infection. Les hommes sont deux fois plus touchés par l'emphysème que les femmes mais cette différence se réduit avec l'augmentation du nombre de fumeuses.

Les symptômes de l'emphysème sont caractéristiques : au fur et à mesure que les alvéoles sont touchées, on se sent de plus en plus essoufflé, même au repos. De plus, les alvéoles perdent progressivement leur élasticité et de l’air reste emprisonné dans les poumons. Ces poches d’air maintiennent les poumons gonflés en permanence et le thorax prend une forme particulière dite « en tonneau ». Il arrive que ces poches d’air éclatent dans la cavité qui sépare les poumons de la cage thoracique. L’air qui s’accumule dans cette cavité gêne l’inspiration et aggrave l’essoufflement.

Quelles sont les complications de la BPCO ?

Les complications les plus fréquentes sont l'emphysème et l'insuffisance respiratoire chronique, c'est-à-dire le manque chronique d'oxygène qui impose un traitement particulier, l'oxygénothérapie, pour maintenir un taux sanguin d'oxygène suffisant. Ce phénomène fatigue le cœur et peut entraîner, à la longue, une défaillance cardiaque. Les lèvres et les ongles deviennent parfois bleus car ils ne sont plus assez oxygénés.

L'évolution de la BPCO se fait par épisodes d'exacerbation (deux ou trois par an) durant lesquelles les symptômes s'aggravent.

Actualités

Le HCSP a publié ses recommandations concernant la prescription de Gardasil 9

Prévention des cancers liés aux HPV : recommandations du HCSP sur l’utilisation du vaccin GARDASIL 9

Le caractère hautement tératogène du valproate est confirmé par les résultats du 2e volet du programme d'études pharmacoépidémiologique (illustration).

Valproate et grossesse : un risque de malformations congénitales majeures 2 à 4 fois supérieur

Les traitements contre les troubles de l'érection semblent réduire le risque de complication après un premier infarctus

Après un infarctus, la prise d'inducteurs d'érection IPDE5 pourrait réduire le risque cardiovasculaire