En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Les traitements des conjonctivites

Mis à jour : Vendredi 08 Avril 2016

Comment soigner une conjonctivite ?

Seules les récidives d’affections oculaires déjà diagnostiquées et bien connues, telles que les conjonctivites allergiques, sont susceptibles d’être traitées dans le cadre de l’automédication. Hormis ce cas particulier, une consultation médicale rapide s'impose en cas de conjonctivite.

Vérifiez toujours la durée maximale de conservation une fois le flacon ouvert.

En cas de conjonctivite allergique, les collyres antiallergiques permettent d'atténuer les symptômes oculaires tels que larmoiement, picotements, rougeur oculaire. Si d’autres signes sont associés, tels que des picotements du nez, un nez bouché ou des éternuements, la prise d’un médicament antihistaminique antiallergique par voie orale peut être utile.

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

En cas conjonctivite bactérienne, seul le médecin est en mesure de prescrire le traitement adéquat. En cas d’écoulement purulent, fortement évocateur d’une conjonctivite bactérienne, il pourra décider d'un traitement local antibiotique.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Juin 2016

Traitement antibiotique local : acide fusidique

Traitement antibiotique local : aminosides

Traitement antibiotique local : cyclines

Traitement antibiotique local : macrolides

Traitement antibiotique local : quinolones

Traitement antibiotique local : rifamycine

Traitement local contenant une association d'antibiotiques

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

En l’absence de signe de gravité, le traitement de la conjonctivite repose sur des lavages oculaires réguliers avec du sérum physiologique ou une solution de lavage oculaire. Il est recommandé de choisir les solutions les plus neutres, sans conservateurs ni excipients susceptibles de déclencher des allergies. Pour des raisons d’hygiène et de prévention des infections, les conditionnements en dosettes unitaires sont préférables aux flacons qui doivent être systématiquement jetés après quelques jours d’utilisation.

Un collyre antiseptique peut être utilisé en complément.

La persistance ou l'aggravation des signes au-delà de quelques jours doit conduire à consulter un ophtalmologue.

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

Les collyres décongestionnants contenant un vasoconstricteur sont également proposés dans le traitement de l’œil rouge. Bien que vendus sans ordonnance, ils ne devraient être utilisés qu’après avis médical spécialisé. Les ophtalmologues en déconseillent l’usage en automédication.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Juin 2016

Collyres décongestionnants avec vasoconstricteur

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

Les collyres à base de corticoïdes peuvent être prescrits en cas d’inflammation importante de la conjonctive (conjonctivite allergique sévère par exemple). Ils ne doivent jamais être utilisés sans un diagnostic précis, car ils risquent d'aggraver certaines infections oculaires et de provoquer des troubles visuels graves.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Juin 2016

Collyres anti-inflammatoires

Collyres et pommades ophtalmiques anti-inflammatoires et antibiotiques

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

Les autres traitements

En cas d'irritation oculaire non infectieuse, des collyres contenant des préparations homéopathiques, des extraits de plantes ou des substances astringentes peuvent être proposés.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Juin 2016

Collyres à visée anti-inflammatoire

Homéopathie

Médicaments à visée vasculoprotectrice

Phytothérapie

Médicament générique
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance.

Actualités

La survenue d'une syncope est un motif fréquent de consultation (illustration).

Syncope : un outil d’évaluation des risques élaboré par des chercheurs canadiens

La HAS publie des recommandations sur les traitements non médicamenteux de la maladie de Parkinson

Parkinson : prise en charge non médicamenteuse des troubles moteurs (recommandations HAS)

Le trèfle rouge est riche en phytoestrogènes et semble avoir un intérêt, modeste, pour réduire la fréquence de certains symptômes climatériques (illustration).

Ménopause : analyse de l’efficacité de la phytothérapie contre les symptômes climatériques