En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Le vaccin contre la leptospirose

Mis à jour : Lundi 16 Juin 2014

La leptospirose est une maladie bactérienne présente dans toutes les régions du monde, mais assez rare en France. La vaccination est réservée à des personnes exposées dans le cadre de leur activité professionnelle à un risque de contamination.

Quand vaccine-t-on contre la leptospirose ?

La leptospirose est provoquée par une bactérie véhiculée principalement par les rongeurs – notamment les rats – qui l’excrètent dans leurs urines. La transmission à l’homme se fait surtout par contact avec des animaux infectés, des eaux ou des milieux humides souillés (rivières, étangs, piscines, sols boueux, etc.). Souvent bénigne, la maladie se manifeste par un syndrome grippal. Des complications peuvent parfois survenir : atteinte viscérale, pulmonaire, hépatique, rénale ou neurologique (méningite), voire hémorragies sévères.

La leptospirose sévit partout dans le monde (y compris en France), même si elle est plus fréquente en zone tropicale.

La vaccination n'est recommandée que dans des situations restreintes : travailleurs ayant des activités en eaux douces (égoutiers, entretien des canaux et des étangs, pisciculteurs...). Elle est réalisée en deux injections à quinze jours d’intervalle, avec un premier rappel six mois plus tard, puis tous les deux ans. Néanmoins, ce vaccin ne protège pas contre toutes les formes de leptospiroses.

La vaccination ne dispense pas des mesures de protection individuelle : port de gant et de bottes cuissardes par exemple.

Liste des médicaments mise à jour : Mardi 21 Février 2017

Vaccins : leptospirose

Légende
Médicament ayant des présentations disponibles sans ordonnance

Actualités

DEPAKOTE est indiqué dans le traitement des épisodes maniaques du trouble bipolaire en cas de contre-indication ou d'intolérance au lithium (illustration).

DEPAKOTE (divalproate de sodium) : tensions d'approvisionnement et contingentement en ville

Les collyres mydriatiques exposent les enfants à un risque de toxicité supérieur à celui des adultes (illustration).

Collyres mydriatiques chez l'enfant : des effets indésirables graves mais évitables

Les Français doivent être plus sensibilisés sur les incompatibilités qui existent entre conduite automobile et prise de médicaments (illustration).

Conduite automobile : actualisation de la liste des médicaments à risque de somnolence