En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

ZALDIAR

Mis à jour : Jeudi 20 Avril 2017

Antalgique contenant un opiacé

Dans quel cas le médicament ZALDIAR est-il prescrit ?

Ce médicament contient deux antalgiques dont le mode d'action est complémentaire : le tramadol, un opiacé, qui agit directement sur la perception de la douleur par le cerveau, et le paracétamol, qui empêche la transmission de la douleur.

Il est utilisé dans le traitement de la douleur.

Présentations du médicament ZALDIAR

ZALDIAR 37,5 mg/325 mg : comprimé (jaune) ; boîte de 20
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,95 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament ZALDIAR

p cp
Paracétamol325 mg
Tramadol chlorhydrate37,5 mg
Excipients : Amidon de maïs, Amidon prégélatinisé, Cellulose poudre, Fer jaune oxyde, Hypromellose, Lactose monohydrate, Macrogol 6000, Magnésium stéarate, Propylèneglycol, Sodium carboxyméthylamidon, Talc, Titane dioxyde

Contre-indications du médicament ZALDIAR

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Ce médicament contient un opiacé : son usage prolongé, à dose élevée, expose à un risque de dépendance. Ne dépassez pas la dose ni la durée de traitement recommandées.

De nombreux médicaments contiennent du paracétamol : vous devez en tenir compte en cas de prise conjointe car le surdosage en paracétamol peut être toxique pour le foie.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance rénale et respiratoire graves et chez les personnes à tendance suicidaire ou traitées par un antidépresseur, un tranquillisant ou un sédatif puissant.

Évitez les boissons alcoolisées : augmentation du risque de somnolence.

Attention : conducteurConducteur : ce médicament peut être responsable de vertiges ou d'une baisse de la vigilance.

Interactions du médicament ZALDIAR avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être associé aux IMAO sélectifs ou non : risque d'accident grave. Un délai de 15 jours doit séparer un traitement antérieur par IMAO de la mise en route du traitement antalgique.

Il peut interagir avec les inducteurs enzymatiques et les médicaments contenant de la nalbuphine, de la buprénorphine ou de la pentazocine.

Signalez à votre médecin la prise éventuelle de sédatifs et d'autres antalgiques ou antitussifs opiacés.

Fertilité, grossesse et allaitement

L'effet de ce médicament pendant la grossesse et l'allaitement est mal connu. Par mesure de prudence, son usage est déconseillé chez la femme enceinte et chez celle qui allaite.

Mode d'emploi et posologie du médicament ZALDIAR

Les comprimés doivent être avalés tels quels avec un verre d'eau, sans être croqués ni écrasés.

Respecter un intervalle minimal de 6 heures entre 2 prises.

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant de plus de 12 ans : 1 ou 2 comprimés par prise, sans dépasser 8 comprimés par jour.

Chez l'insuffisant rénal ou hépatique, le médecin peut prévoir un espacement des prises plus important.

Conseils

Comme tous les antalgiques, ce médicament est généralement plus efficace pour prévenir la douleur que pour la calmer. Dans le traitement des douleurs chroniques, il est préférable de prendre ce médicament à intervalles réguliers sans attendre que la douleur s'installe.

Cette association contenant un opiacé est destinée à être utilisée lorsque la douleur est mal soulagée par les antalgiques usuels.

Ce médicament peut retarder un diagnostic en masquant la douleur ; ne le prenez pas sans l'avis de votre médecin, ne le conseillez pas à un proche.

Effets indésirables possibles du médicament ZALDIAR

Fréquemment : vertiges, somnolence, maux de tête, tremblements, confusion des idées, modification de l'humeur, troubles du sommeil, nausées, vomissements, constipation, diarrhée, toux sèche, douleurs abdominales, digestion difficile, ballonnement, sueurs, démangeaisons.

Plus rarement : hypertension artérielle, palpitations, fourmillement des extrémités, bourdonnements d'oreille, dépression, hallucinations, cauchemars, difficultés respiratoires, élévation des transaminases, éruption cutanée, frissons, bouffées de chaleur.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en téléchargeant le formulaire.

Commentaires (10)

Le 07/03/2014 à 17:17
Modérateur
Bonjour Moumoulemaudit,

Il faut le faire très progressivement : diminuer d'un comprimé, attendre 1 à 2 semaines, voire davantage... puis diminuer encore d'un comprimé, pour atteindre 2 par jour.. Ensuite, cela dépendra comment vont vos douleurs, si elles sont supportables au quotidien..

2 0
Le 28/02/2014 à 17:16
moumoulemaudit
Bonjour Depuis une opération d'une hernie discale en 2012, j'ai toujours des douleurs en bas du dos et je souffre , j'ai comme une barre en bas du dos.. Impossible de me passer de Zaldiar qui est le seul médicament qui me soulage. 4 par jour . j'aimerais savoir comment pouvoir en diminuer les doses? Bien à vous.

2 0
Le 17/01/2014 à 17:14
Modérateur
Bonjour Jean Pierre,

Le tramadol contenu dans le Zaldiar majore les risques neurologiques liés à la prise des 3 autres psychotropes. Cela peut être néanmoins envisagé dans le cadre d'un suivi médical (en en parlant au médecin qui vous prescrit les 3 autres médicaments).

0 0
Le 09/01/2014 à 16:15
Jean Pierre
J'ai un traitement avec des psychotropes (haldol 1mg, zoloft 50mg et xanax 0,50 mg) puis'je prendre sans risque du zaldiar?

4 2
Le 12/11/2012 à 18:46
macarena
zaldiar est super efficace....mais il faut le prendre en mangeant, car les personnes fragiles de l'estomac vont en patire

0 0
Le 04/06/2012 à 16:47
Modérateur
@lionronchon : Zaldiar est disponible uniquement sur prescription médicale. Si votre douleur a les mêmes causes que pendant votre précédent traitement, Zaldiar aura probablement la même efficacité.

0 0
Le 01/06/2012 à 19:33
lionronchon
Bonjour,
J'ai hâte de reprendre ce médicament car je ressens à nouveau une douleur au pouce gauche qui a subi quatre opérations.
La dernière remonte à 5 ans,c'est alors que j'avais enfin trouvé grâce au chirurgien qui m'avait opéré,le traitement iéal que je recherchais pendant des années.
Je voudrais savoir s'il me serait toujours efficace cinq ans après.

4 0
Le 02/11/2011 à 10:22
Modérateur
@nocturne : Comme le précise la fiche ci-dessus : "L'effet de ce médicament pendant la grossesse et l'allaitement est mal connu. Par mesure de prudence, son usage est déconseillé chez la femme enceinte et chez celle qui allaite." Parlez-en avec votre gynécologue qui pourra trouver un autre traitement.
En ce qui concerne votre désir d'enfant, seul votre gynécologue peut répondre à vos questions.

1 0
Le 29/10/2011 à 09:16
nocturne
j'ai 43 ans est-ce que c'est possible ? j'ai vu mon gynéco, il m'a prescrit Duphaston pour régulariser mes règles et aprés Clomid. merci de votre aide, j'ai vraiment besoin et je suis folle des enfants et là où un bébé me voit il veut que je le prenne dans mes bras depuis toujours. alors j'ai beaucoup d'amour à donner.

0 1
Le 29/10/2011 à 09:08
nocturne
je prends Zaldiar depuis 6 ans pour des douleurs d'une hernie discale L5 opérée en 2003 qui a récidivé en 2004. avant je prenais de l'Ixprim. comme j'ai su qu'il efface la mémoire je l'ai arrêté. j'ai une fille de 25 ans et je voudrais avoir un enfant, est-ce que c'est possible de tomber enceinte et qu'est ce que je dois faire ?

2 2

Actualités

Une crise d'épilepsie se caractérise par une altération fonctionnelle transitoire au sein d'une région du cerveau ou de sa totalité (illustration).

Lévétiracétam buvable (KEPPRA et génériques) : surdosages suite à des confusions entre seringues doseuses

Les difficultés d'approvisionnement persistantes du cefixime pour enfant peuvent poser problème, en particulier en cas d'infection rénale résistante à d'autres antibiotiques (illustration).

OROKEN suspension buvable (céfixime) : remise à disposition du dosage à 40 mg/mL

Le traitement par FERTIFOL doit débuter à partir du mois précédant la conception et jusqu'à 3 mois après la conception, sans interruption (illustration).

FERTIFOL 400 µg comprimé : nouvelle spécialité d'acide folique