En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

DÉPAKINE

Mis à jour : Mardi 21 Juin 2016

Antiépileptique

Médicament sous surveillance renforcée Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire afin de pouvoir identifier rapidement de nouvelles informations sur sa sécurité d’emploi.

Dans quel cas le médicament DÉPAKINE est-il prescrit ?

Ce médicament appartient à la famille des anticonvulsivants non barbituriques.

Il est utilisé dans :
  • le traitement de l'épilepsie, seul ou en association avec un autre antiépileptique ;

  • le traitement préventif des convulsions liées à la fièvre chez l'enfant lorsque les benzodiazépines se sont montrées inefficaces.

Vous pouvez consulter le(s) article(s) suivants :

Présentations du médicament DÉPAKINE

DÉPAKINE 57,64 mg/ml : sirop (arôme cerise) ; flacon de 150 ml avec seringue doseuse graduée en mg (une graduation tous les 10 mg)
Sur ordonnance (Liste II), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 7,32 €.
DÉPAKINE 200 mg/ml : solution buvable ; flacon de 40 ml avec seringue doseuse graduée en mg (une graduation tous les 25 mg)
Sur ordonnance (Liste II), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 4,40 €.
DÉPAKINE 200 mg : comprimé gastrorésistant (blanc) ; boîte de 40
Sur ordonnance (Liste II), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 2,87 €.
DÉPAKINE 500 mg : comprimé gastrorésistant (ivoire) ; boîte de 40
Sur ordonnance (Liste II), médicament à prescription restreinte - Remboursable à 65 % - Prix : 7,53 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament DÉPAKINE

p gradp grad
Valproate de sodium10 mg25 mg
Saccharose+
p cpp cp
Valproate de sodium200 mg500 mg
Excipient commun : Sodium
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Acide chlorhydrique concentré, Amidon de maïs, Benzaldéhyde, Butyrate d'éthyle, Calcium silicate, Cellacéfate, Cerise arôme artificiel, Cinnamaldéhyde, Eau purifiée, Fer jaune oxyde, Glycérol, Isoamyle acétate, Isoamyle butyrate, Isoamyle propionate, Isopentanol, Macrogol 400, Magnésium stéarate, Orange essence partiellement déterpénée, Phtalate d'éthyle, P-hydroxybenzoate de méthyle, P-hydroxybenzoate de propyle, Povidone K 30, Povidone K 90, Saccharose, Sodium hydroxyde, Sodium hydroxyde solution, Sorbitol à 70%, Talc, Titane dioxyde, Urée

Contre-indications du médicament DÉPAKINE

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :

Attention

Plusieurs études ont montré que les enfants nés de mère traitée par l'acide valproïque (valproate de sodium ou valpromide) pendant la grossesse présentent un risque accru de malformations et de troubles du développement (intellectuel, comportemental...). L'utilisation de ce médicament chez l'adolescente et la femme en âge de procréer ne doit donc être envisagée qu'en cas d'absolue nécessité et une contraception efficace doit être suivie pendant tout le traitement. Sa prescription chez la femme ne peut se faire sans que celle-ci ait reçu la brochure d'information qui explique les risques pour les enfants à naître et signé un formulaire d'accord de soins.

Une hépatite peut exceptionnellement survenir pendant le traitement, le plus souvent dans les 6 premiers mois. Le nourrisson et les enfants de moins de 3 ans sont particulièrement. Certains signes évocateurs doivent vous amener à consulter votre médecin : une perte de l'appétit, une fatigue anormale avec nausées et parfois vomissements et douleurs abdominales, voire la réapparition des crises d'épilepsie.

Des prises de sang régulières sont pratiquées pour la surveillance du traitement, notamment pour contrôler le bon fonctionnement du foie et la coagulation du sang.

Un risque accru de dépressions et de comportements suicidaires a été observé avec certains traitements antiépileptiques. La survenue d'idées morbides ou un changement d'humeur doivent être rapidement signalés à votre médecin.

Ne modifiez ni n'interrompez jamais le traitement antiépileptique sans l'avis de votre médecin : risque de réapparition des convulsions même si aucune crise n'est survenue depuis une longue période.

Des précautions sont nécessaires en cas d'insuffisance rénale ou de lupus érythémateux disséminé.

Attention : conducteurLa conduite automobile et l'utilisation de machines dangereuses sont contre-indiquées chez les épileptiques lorsque les crises persistent malgré un traitement préventif. Par ailleurs, ce médicament peut être à l'origine d'une somnolence ou d'une baisse de la vigilance.

Interactions du médicament DÉPAKINE avec d'autres substances

Ce médicament ne doit pas être utilisé en association avec la méfloquine (LARIAM) ou avec les produits de phytothérapie contenant du millepertuis : risque de crise d'épilepsie par diminution de l'effet anticonvulsivant.

Il peut interagir avec les médicaments contenant de la lamotrigine (LAMICTAL...) : le médecin en tient compte dans sa prescription.

Informez votre médecin si vous prenez un antidépresseur imipraminique, un médicament contenant de la carbamazépine, de la phénytoïne, du phénobarbital, de la primidone ou de la zidovudine.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Ce médicament augmente le risque d'anomalies chez l'enfant à naître : multiplication par 3 à 4 du risque de malformations (système nerveux, cœur, rein, membres...), augmentation du risque de troubles psychomoteurs, augmentation de la fréquence des troubles envahissants du développement (syndromes apparentés à l'autisme).

En conséquence, ce médicament ne doit pas être utilisé pendant la grossesse ni chez les femmes en âge de procréer, sauf en cas de réelle nécessité (par exemple en cas d'inefficacité ou d'intolérance aux alternatives médicamenteuses).

Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant le traitement. Un désir de grossesse nécessite, lorsque cela est possible, le remplacement de ce médicament par un autre antiépileptique.

Si une grossesse survient alors que vous prenez ce médicament, consultez le plus rapidement possible votre médecin. L'arrêt brutal de ce médicament expose à la réapparition de crises préjudiciables à la mère et à l'enfant à naître. Le médecin appréciera le risque éventuel lié à l'utilisation de ce médicament dans votre cas. Si ce médicament devait absolument être maintenu, sa posologie devrait être adaptée pour minimiser les risques (dose minimale efficace). Des examens de surveillance seront alors effectués régulièrement. Si le traitement est poursuivi jusqu'à l'accouchement, une surveillance médicale du nouveau-né est nécessaire.

Allaitement :

Ce médicament passe faiblement dans le lait maternel.

Mode d'emploi et posologie du médicament DÉPAKINE

Ce médicament doit être pris de préférence au cours des repas pour limiter les troubles digestifs.

Afin d'éviter les oublis, il est recommandé de prendre ce médicament à heure fixe.

Les comprimés ne sont pas adaptés à l'enfant de moins de 6 ans. En effet, ils risquent d'obstruer les voies respiratoires si l'enfant déglutit mal et que le comprimé passe dans la trachée (fausse route).

Posologie usuelle :

20 à 30 mg par kg et par jour, répartis en 2 ou 3 prises. Cette posologie est atteinte progressivement, puis adaptée par le médecin en fonction de l'efficacité du traitement.

Conseils

Veillez à ne pas manquer de ce médicament ; lors de vos déplacements, munissez-vous d'une réserve ou de votre ordonnance en cours de validité.

Une prise de poids peut être observée au cours du traitement. Une alimentation équilibrée, et si nécessaire les conseils d'un nutritionniste, peuvent prévenir ou limiter ce phénomène.

Conditions particulières de délivrance :

Ce médicament est un médicament à prescription restreinte chez l'adolescente et la femme en âge d'avoir des enfants : la prescription initiale ne peut être réalisée que par un médecin spécialiste (neurologue, psychiatre ou pédiatre). Cette ordonnance initiale doit être présentée avec celles destinées aux renouvellements qui peuvent être rédigées par un autre médecin. De plus, un accord de soins signé doit être présenté en même temps au pharmacien. Le traitement doit être réévalué chaque année par un médecin spécialiste.

Effets indésirables possibles du médicament DÉPAKINE

Maux d'estomac et nausées en début de traitement ; ils s'estompent généralement à la poursuite du traitement.

Prise de poids.

Absence de règles, règles irrégulières.

Tremblements, chute de cheveux souvent passagère et toujours réversible à l'arrêt du traitement.

Confusion des idées, surtout en cas d'association à d'autres anticonvulsivants.

Réaction allergique cutanée.

Anomalies de la numération formule sanguine.

Exceptionnellement : hépatite (voir Attention), pancréatite.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en téléchargeant le formulaire.

Commentaires (73)

Le 20/03/2016 à 01:52
Papillotte de chocolat
Je vous remercie pour votre message. Je n'attendais pas de certitude, je sais bien que c'est impossible. C'est gentil de m'avoir indiqué la période à risque et de m'avoir donné votre avis !

A partir de quel moment peut-on savoir si la prise de Dépakine a pu causer du tort au fœtus ou à l'enfant ?

2 0
Le 22/03/2016 à 18:18
Modérateur
Bonjour,

Là encore, malheureusement, l'incertitude règne. Certaines complications (malformations) sont visibles rapidement (échographie ou naissance), d'autres le sont plus tard ("""petites""" malformations, troubles neurologiques comme, par exemple, retards dans l'acquisition de la parole et de la marche).

Mais, comme vous l'a dit votre médecin, tout peut bien se passer aussi, même si on ne peut pas en être sûr... j'imagine qu'il sera particulièrement vigilant pour les échographies, en les rapprochant peut-être ?

Bon courage pour ces difficultés dans un contexte stressant...

0 0
Le 15/03/2016 à 13:50
Papillotte de chocolat
Bonjour,
J'ai découvert ma grossesse récemment et j'ai continué à prendre de la Depakine pendant les 20 premiers jours après la fécondation.
L’obstétricien pense que ça ira pour le fœtus, Est-ce qu'il y a des études sur les effets de la Depakine sur un tout début de grossesse uniquement ? Merci.

3 0
Le 18/03/2016 à 19:43
Modérateur
Bonjour,

Selon les observations du CRAT (centre de référence sur les agents tératogènes), les risques malformatifs sont plus fréquents entre la 2è et la 7è semaine de grossesse, et sont proportionnels à la dose prise (plus la dose est élevée et prise longtemps, plus le risque augmente).

Par contre, il ne sont pas systématiques, loin de là (9 à 15 % tous risques malformatifs confondus, toujours selon le CRAT http://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=52).

Donc en résumé selon les données actuelles, vu que vous en avez pris un peu au début de la période à risques, mais pas longtemps, votre risque paraît effectivement faible++, comme vous l'a dit votre médecin. Mais nous ne pouvons pas, non plus, vous dire que le risque est complètement absent....

1 0
Le 13/03/2016 à 20:44
yasluc
bonsoir,
je lis beaucoup de choses sur la dépakine pendant la grossesse avec des conséquences graves, mais je retrouve ces mêmes conséquences chez les enfants qui ont pris eux même de la depakine très tôt, vers 8-10 mois qui présentent de l'autisme notamment. La mise en garde de prise de depakine avec les conséquences que nous connaissons est arrivée tardivement, après plusieurs années de mise sur le marché. Alors que pensez vous de la situation des enfants ? merci pour votre avis

4 0
Le 24/02/2016 à 20:54
becky13
J' avais pour prescription 2 Depakine par jour en 1979 et ma fille, née en 1980 est née avec 2 uterus, un seul rein. Il a dû se faire opérer plusieurs fois au cours de sa vie. Mainenant, il est question d'indemnisation, mais comment trouver les preuves alors que l'ordinateur n'existait pas ?

3 1
Le 26/02/2016 à 21:39
Modérateur
Bonsoir,

Peut-être en contactant votre médecin de l'époque, qui a peut-être garder un dossier ? La ministre de la santé a évoqué un dispositif d'indemnisation, mais nous ne connaissons pas encore les détails, ni les modalités...

1 2
Le 23/02/2016 à 15:24
Pomerol
Re bonjour,
J'ajoute à mon commentaire que ma neurologue (hôpital Avicenne - Bobigny) insistait sur le fait que ma maladie étant dépendante de la Dépakine, ma grossesse serait considérée comme une grossesse à risque et qu'il fallait donc que je la prépare très sérieusement.

Devant cesser la prise de ce médicament pendant ma grossesse, chacune des crises d’épilepsie que je pourrais alors faire serait dangereuse pour le bébé, d'où l'importance d'être suivie (également) par un neurologue pendant la grossesse.

Les médecins consultés par ces futures mamans (Rhône-Alpes) devraient être mis en cause et radiés de l'ordre des médecins car ces effets secondaires sont connus depuis le début des années 80 (sauf en ce qui concerne l’autisme et les retards psychomoteurs connus depuis début 2000).

Je suis scandalisée. Les journalistes ne parlent que du laboratoire, du distributeur, jamais des neurologues et gynécologues incompétents !!!

3 1
Le 23/02/2016 à 14:37
Pomerol
Bonjour
J'ai 42 ans.
Épileptique, je prends de la Dépakine, (aujourd'hui de la Dépakine Chrono) depuis plus de 20 ans.

Lors de mon premier rendez-vous avec ma neurologue, à la fin de alors que j'étais âgée de 15 ans à peine, celle-ci m'a très clairement énuméré les nombreux effets secondaires de ce médicament.

A chacune de mes consultations (minimum deux fois par an) elle me rappelait les effets secondaires et m'informait sur les nouveaux, insistant bien sur les "dangers" d'une grossesse sous Dépakine, l'importance de cesser la prise de ce médicament avant la grossesse, afin d'éliminer toute trace dans le corps, et pendant la grossesse.

Je ne comprends pas comment un médecin exerçant dans les années 80 pouvait être plus informé qu'un médecin exerçant en 2005 !

Comment est il possible que leur neurologue n'ait pas pris la peine de se renseigner sur les effets d'un médicament si puissant et que le gynécologue ne se soit pas renseigné sur les traite

0 0
Le 20/02/2016 à 09:43
SANDRINE BEAUCHAMP
Ma fille est sous dihydan depuis plusieurs années. Ce médicament est en rupture de stock et on lui a prescrit de la diphantoine que je dois aller chercher en pharmacie hospitalière. Depuis elle refait des crises .... Qui à le même souci ? merci

0 0
Le 23/02/2016 à 20:14
Modérateur
Bonjour,

Ces deux médicaments sont sensés être complètement équivalents (http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Rupture-de-stock-de-DI-HYDAN-100-mg-phenytoine-Importation-a-titre-exceptionnel-d-une-specialite-comparable-DIPHANTOINE-100-mg-phenytoine-sodique-Point-d-information ). Il faudrait en rediscuter avec son neurologue pour qu'il adapte les doses à cette survenue de crises...

1 0
Le 19/02/2016 à 10:18
202050
J'ai pris plusieurs sortes de dépakine quand j'étais plus jeune, suite à des crises d'épilepsie et quand j'ai voulu avoir un enfant avec mon ex-femme, je n'ai pas pu (même par fécondation in-vitro). On m'a dit que mes spermatozoïdes n'étaient pas assez fertiles et qu'ils mouraient avant d'arriver pour féconder l'ovaire.
Dois-je en déduire que cela peut être à la suite de ce traitement????
Et à l'heure actuelle, les nuits sont plutôt courte car il faut que je me lève 2 à 3, voire 4 fois dans la nuit pour uriner.

4 1
Le 23/02/2016 à 20:11
Modérateur
Bonjour,

De rares diminution de la mobilité des spermatozoïdes ont été décrites sous Dépakine, mais ces rares anomalies sont réversibles à l'arrêt du traitement. Vos anomalies des spermatozoïdes avaient donc probablement une autre cause.. Par ailleurs, les utilisateurs de ce médicament n'ont pas rapporté de troubles urinaires, qui sont probablement liés à une autre cause; Il faudrait en parler à votre médecin traitant.

1 0
Le 02/12/2015 à 22:10
mphil
Bonjour à toutes Attention si vous êtes actuellement sous Dépakine et que vous envisagez une grossesse tout d'abord demandez bien à tous les médecins qui vous entourent ce qu'ils en pensent, je connais déjà la réponse pas d’inquiétudes à avoir, simplement effectivement tout se passe relativement bien pendant la grossesse tellement bien que votre enfant se retrouve avec des problèmes et les gardent jusqu'à la fin de sa vie ! mais là encore ce n'est pas très important il faut juste bien s'en occuper ça tout le monde le sait mais ils ne vous demandent pas dans quelle galère vous vous trouvez par contre quand vous vous posez des questions sur le fait que votre enfant est handicapé là on vous répond "oh c'est génétique" ! on fait des tests tout en continuant de s'occuper de son enfant bien sûr "stimulation chez le kiné, séances de psychomotricité, difficultés à l'école là encore des étapes très difficiles autant pour lui que vous, enfin bref les problèmes s'enchaînent à chaque étape de sa vie. Puis là vient le moment où l'on vous dit il faut vous faire suivre madame cela vous aidera "mon oeil" après c'est le tour de toute la famille car bien entendu toute la famille en prend un coup. Le chemin n'est pas encore fini et ne le sera jamais, vous posez toujours des questions "docteur cela vient du traitement mais non s'il devait y avoir un problème se serait au niveau de la moelle épinière mais ça s'arrête là on ne vous en dit pas plus. Mais personnellement toujours dans ma tête je reste persuadée que la dépakine et les précédents sont la cause des problèmes de ma fille mais jamais vous n'avez la réponse jusqu'à ce jour où l'on vous dit lorsque vous passez à la pharmacie à partir de maintenant c'est votre spécialiste en l’occurrence le neurologue qui devra vous prescrire votre médicament enfin que si vous pouvez encore procréer, oups tout de suite les questions fusent et oui c'est tomber fin de semaine dernière début de celle-ci toutes les femmes qui sont susceptibles de procréer ne doivent plus prendre de dépakine !!!!!!!!!! Même si j'étais persuadée que les problèmes venaient de ce traitement et bien croyez moi déjà vous êtes très mal depuis la naissance de votre enfant car vous avez plus que des doutes sur les traitements mais là une fois de plus le ciel vous tombe sur la tête et vous en voulez à tout ce petit monde qui vous suit depuis de nombreuses années. Je ne sais pas moi mais même si c'est très difficile à accepter on prévient les parents car il n'y a pas que la maman dans tout ça, après libre choix à eux de décider quelle décision ils vont prendre mais on ne leur impose pas en quelque sorte un malheur de plus qu'ils vont quasi sûr devoir assumer et surtout faire un malheureux. ça me dégoutte je les hais

3 0
Le 25/07/2015 à 18:53
Modérateur
Bonjour Audrey59,

Les professionnels de santé que vous avez vu (gynécologue, puis neurologue) font tout pour minimiser les risques liés à la prise de Dépakine, sans vous faire prendre de risque pour votre santé aussi.. Après, impossible d'être plus précis, la prise de Dépakine augmente les risques de certains problèmes, mais ces problèmes ne sont pas systématique, loin de là... Bonne suite de grossesse malgré ces préoccupations, vous êtes bien suivie apparemment, donc cela se passera le mieux possible;..

1 1
Lire tous les commentaires

Actualités

La fiabilité des résultats de l'ensemble des essais de bioéquivalence conduits par Semler Research est remise en cause (illustration).

Suspension des AMM et rappel de tous les lots de 9 spécialités génériques en France

Neisseria meningitidis, également connue sous le nom de meningococcus ou méningocoque, est une bactérie diplocoque gram-négative responsable des méningites infectieuses bactériennes (illustration).

MENINGITEC : pas de risque pour les personnes vaccinées, concluent l'ANSM et un groupe d'experts

Cellules de cancer de la prostate (illustration).

Cancer de la prostate : ELIGARD (leuproréline) désormais remboursable en association avec la radiothérapie