En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

MÉDROL

Mis à jour : Mardi 18 Octobre 2016

Dérivé de la cortisone

Dans quel cas le médicament MÉDROL est-il prescrit ?

C'est un anti-inflammatoire stéroïdien qui appartient à la famille des corticoïdes de synthèse (dérivés chimiques de la cortisone naturelle). Les propriétés de la cortisone sont nombreuses, mais ce produit est surtout utilisé pour son effet anti-inflammatoire puissant. Il présente, à efficacité égale, moins d'effets indésirables que la cortisone naturelle. Ces propriétés sont utiles dans le traitement de nombreuses affections comportant une composante inflammatoire ou allergique, mais aussi de certains cancers où ce médicament permet de lutter contre la prolifération cellulaire. Il diminue les réactions immunitaires et est donc utilisé pour prévenir le rejet des greffes d'organes.

Il est utilisé dans le traitement de certaines maladies graves (cancer, sclérose en plaques, rhumatisme articulaire aigu par exemple), mais également de maladies plus bénignes (allergie, crise d'asthme, sinusite aiguë, otite). Dans ces derniers cas, le traitement est souvent court.

Présentations du médicament MÉDROL

MÉDROL 4 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 30
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 2,33 €.
MÉDROL 16 mg : comprimé sécable (blanc) ; boîte de 20
Sur ordonnance (Liste I) - Remboursable à 65 % - Prix : 4,67 €.

Les prix mentionnés ne tiennent pas compte des « honoraires de dispensation » du pharmacien.

Composition du médicament MÉDROL

p cpp cp
Méthylprednisolone4 mg16 mg
Excipients communs : Amidon de maïs, Calcium stéarate, Saccharose
Autres excipients (spécifiques à certaines formes) : Amidon de maïs anhydre, Lactose, Lactose monohydrate, Paraffine liquide

Contre-indications du médicament MÉDROL

Ce médicament ne doit pas être utilisé dans les cas suivants :
  • infection ou mycose non contrôlée par un traitement adapté,

  • maladie virale en évolution (hépatite, herpès ou zona),

  • psychose non contrôlée par un traitement.

Attention

Ce médicament ne doit jamais être employé ou réemployé en dehors d'une prescription médicale.

Si vous avez un diabète, vous risquez de le déséquilibrer si vous modifiez la quantité ou le rythme de la prise de cortisone sans avis médical.

Les personnes ayant des antécédents de tuberculose, d'ulcère de l'estomac ou du duodénum, les personnes souffrant d'insuffisance rénale, de colite ulcéreuse, d'hypertension artérielle, d'ostéoporose, de myasthénie grave doivent faire l'objet d'une prise en charge médicale particulière.

La prise prolongée d'un corticoïde diminue les défenses immunitaires : la vaccination avec un vaccin contenant des germes vivants atténués ne peut être pratiquée qu'avec l'accord de votre médecin. Vous devez également éviter le contact avec des personnes atteintes de varicelle ou de rougeole.

L'arrêt du traitement doit être progressif pour permettre aux glandes surrénales de reprendre la synthèse de cortisone naturelle. Un arrêt brutal expose par ailleurs à une rechute de la maladie traitée. Cette précaution n'est utile que lorsque la durée du traitement dépasse une semaine.

Attention : sportifSportif : ce médicament contient une substance susceptible de rendre positifs certains tests antidopage.

Interactions du médicament MÉDROL avec d'autres substances

Ce médicament peut interagir avec les médicaments qui donnent des torsades de pointes.

Informez par ailleurs votre médecin si vous prenez :
  • un médicament susceptible de faire baisser la kaliémie (amphotéricine B administrée par voie intraveineuse, certains diurétiques, laxatifs stimulants) ;

  • un antihypertenseur ;

  • un antidiabétique ;

  • un digitalique ;

  • un anticoagulant ;

  • de l'aspirine ou un AINS ;

  • un médicament contenant de la carbamazépine, du phénobarbital, de la phénytoïne, de la primidone, de la rifampicine, de la ciclosporine, de l'interféron alfa ou de l'isoniazide.

En cas de vaccination, l'utilisation d'un vaccin vivant est déconseillée.

Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse :

Les études scientifiques actuellement disponibles n'ont pas mis en évidence de risque de malformation lors de l'utilisation de ce produit pendant la grossesse. Seul votre médecin peut apprécier la nécessité du traitement et son risque pendant la grossesse.

Lorsqu'une maladie grave impose un traitement prolongé chez la mère, une surveillance médicale du nouveau-né est nécessaire.

Allaitement :

En cas de traitement prolongé, il peut être nécessaire d'interrompre l'allaitement : prenez l'avis de votre médecin.

Mode d'emploi et posologie du médicament MÉDROL

Ce médicament doit être absorbé au cours d'un repas, de préférence en une fois, le matin.

Les comprimés ne sont pas adaptés à l'enfant de moins de 6 ans. En effet, ils risquent d'obstruer les voies respiratoires si l'enfant déglutit mal et que le comprimé passe dans la trachée (fausse route).

Lors des traitements prolongés, et dès que le contrôle de la maladie le permet, une prise alternée un jour sur deux est préférable, notamment chez l'enfant.

Posologie usuelle :

  • Adulte et enfant de plus de 6 ans : fréquemment, la posologie initiale est élevée (traitement d'attaque) ; elle est ensuite diminuée jusqu'à la posologie minimale efficace (traitement d'entretien).

Tout traitement prolongé à forte dose doit être arrêté progressivement : suivre les indications du médecin.

Conseils

Un traitement prolongé de plus de quelques jours peut nécessiter :
  • la diminution de la consommation de sel,

  • la prise de potassium (prescrit par le médecin),

  • un régime riche en protéines et en calcium, pauvre en glucides.

Effets indésirables possibles du médicament MÉDROL

Ils sont à craindre surtout lors d'un traitement prolongé et à forte dose :
  • rétention d'eau et de sel, hypertension artérielle ;

  • baisse du taux de potassium, à prévenir par un apport systématique ;

  • modifications physiques fréquentes : gonflement du visage et du buste, apparition de poils, taches cutanées violacées, acné ;

  • surexcitation, euphorie, troubles du sommeil, état dépressif (à l'arrêt du traitement) ;

  • faiblesse puis fonte musculaires, lentement réversibles ;

  • ostéoporose (décalcification des os), parfois définitive ;

  • troubles hormonaux et métaboliques : diabète (réversible), arrêt de la croissance chez l'enfant, troubles des règles ;

  • troubles digestifs : gastrite, ulcère ;

  • certaines formes de cataracte et de glaucome.

Vous avez ressenti un effet indésirable susceptible d’être dû à ce médicament, vous pouvez le déclarer en téléchargeant le formulaire.

Commentaires (10)

Le 24/10/2015 à 02:47
Kappa
Bonsoir super excitation, après angine aussi. rien ne m'est supportable, en + je devais en prendre 3 le matin, fuite des idées, rythme cardiaque augmenté ! ! terrible ce medoc.

1 0
Le 06/07/2015 à 20:00
Modérateur
Bonjour Vince,

Il est tard pour vous répondre, mais en général, pour le Médrol, on recommande effectivement de le disperser dans de l'eau, cela n'a pas été étudié avec des jus de fruits ou du lait par exemple...

0 1
Le 28/05/2015 à 09:43
Vince
J'aurais besoin d'un conseil : j'ai eu une angine blanche, mon médecin traitant m'a donc prescrit du Medrol mais il m'a dit de le faire fondre dans un grand verre d'eau pour l'avaler or je suis extrêmement sensible au goût forts et quand j'ai commencé mon traitement ce matin je n'ai pu m'empêcher de le vomir. Je me demandais donc s'il y avait un autre moyen de l'avaler sans trop en sentir le goût?

2 3
Le 07/05/2015 à 02:49
Mimi
Je ss sous medrol pour 5jours et des le premier jour je n'arrive plus a dormir et le taux de sucre dans mon sang a augmenter horriblement pas agreable de compter les moutons tt la nuit

2 2
Le 01/08/2014 à 22:13
Modérateur
Bonjour Jodizi,

Le Médrol est un corticoïde, qui a un effet, comment dire... "speedant".. En général cet effet est faible, mais il semble que chez vous, cet effet secondaire ait été prononcé.. Cela devrait disparaître complètement avec l'arrêt...

2 0
Le 29/07/2014 à 14:45
jodizi
J'ai vécu l'enfer sur terre en prenant ce médicament. Les effets secondaires sont fréquents et non négligeables, pourtant les médecins ne nous avertissent pas avant de nous le prescrire. Certains me diront «il faut lire la notice», mais on est aussi censé faire confiance à la médecine non ? Voici les effets secondaires que j'ai eus: hyperactivité, troubles psychotiques (difficultés à contrôler mes pensées, paniques, anxiété), insomnie, augmentation du rythme cardiaque et une tension de 16,7 alors que je suis en super bonne santé et je suis sportif. Sincèrement quand vous ne savez pas ce qui vous arrive, c'est une expérience choquante. J'ai du me faire hospitaliser deux jours et je suis resté sous anti-douleur, j'ai arrêté le Medrol et ça a été mieux. Néanmoins après une semaine, certains effets secondaires persistent: insomnie, état dépressif (démotivation,...). Conclusion: ne prenez pas de Medrol, certains font des tentations de suicide à cause...

11 3
Le 12/03/2012 à 11:16
eminola
des effets secondaires, tous les médicaments en possèdent, il faut bien lire les notices. Mais la cortisone est toujours aussi active. Alors gonflement du visage, et plein d'érythème qui démange. Le médecin a dit on va réduite les doses et on va voir, car pour le moment pas question d'arrêter.

12 0
Le 03/03/2012 à 12:59
Elene
tu n'as pas trop. je suis aussi rassurée.

0 2
Le 16/01/2012 à 13:09
Erislo
Toujours aussi rassurant, les effets secondaires. Toujours est-il que c'est très efficace contre l'eczéma et le gonflement des ganglions et des amygdales en cas d'angine blanche où il devient parfois impossible de manger tant que ça ne dégonfle pas.

12 1
Le 04/11/2011 à 14:28
missvero
super explication

6 2

Actualités

La commercialisation des gélules de CERVOXAN est arrêtée depuis la fin du mois de novembre 2016 (illustration).

CERVOXAN (vinburnine) : arrêt de commercialisation

ESTREVA gel est indiqué dans le traitement hormonal des symptômes de déficit en estrogènes chez les femmes ménopausées (illustration).

ESTREVA 0,1 % gel (estradiol) : remise à disposition normale

Baisse avancée du champ visuel due à un glaucome (illustration @National Eye Institute [NIH]).

Conservation de XALATAN (latanoprost) avant ouverture : désormais à température ambiante