En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Canneberge ou cranberry

Mis à jour : Lundi 18 Août 2014

La canneberge, autrefois cantonnée en Amérique du Nord, est désormais populaire en Europe comme aliment et comme produit de phytothérapie destiné à prévenir les infections urinaires. De nombreux produits à base de canneberge sont désormais disponibles en pharmacie dans cette indication.

Décision des autorités de santé européennes

En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées sur certaines allégations santé des produits contenant de la canneberge ou des extraits de canneberge. Après examen des données scientifiques, elles ont estimé que les produits à base de canneberge ne peuvent PAS prétendre :

  • aider à soutenir les défenses immunitaires ;
  • protéger les cellules du stress oxydatif ;
  • maintenir la santé des voies urinaires ou aider à l’élimination des bactéries responsables des infections urinaires en empêchant leur adhésion sur les parois des voies urinaires ;
  • aider à maintenir la santé du cœur et des vaisseaux sanguins, de l’estomac ou des gencives ;
  • promouvoir la croissance d’une flore bactérienne bénéfique aux voies urinaires.
  • Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les produits à base de canneberge.

Origine et usages de la canneberge (cranberry)

canneberge

La canneberge (Vaccinium macrocarpon), également appelée cranberry, est une plante de la famille des airelles qui pousse essentiellement dans les tourbières et les montagnes d’Amérique du Nord. Riches en vitamine C, ses fruits entrent dans la préparation de jus de fruits et de plats cuisinés.

Depuis le début du XXe siècle, la pratique s’est développée d’utiliser toutes les formes de canneberge (fraîche, séchée, en jus, etc.) pour prévenir les récidives d'infections urinaires (cystite) chez les femmes prédisposées.

Les autres usages traditionnels de la canneberge
Traditionnellement, la canneberge a également été proposée pour diminuer le taux de cholestérol LDL (le « mauvais » cholestérol), pour contribuer au traitement des ulcères de l’estomac et du duodénum, et pour prévenir les gingivites, les parodontites et les caries dentaires, sans preuve de ces effets.

Comment la canneberge (cranberry) agit-elle ?

Les fruits de canneberge contiennent divers acides (benzoïque, malique, oxalique, citrique, ascorbique, etc.), des glycosides (par exemple le leptoside), et surtout des proanthocyanidines (PAC).

Quelques autres plantes utilisées contre les infections urinaires
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes suivantes pour lutter contre les infections urinaires :

Quelle efficacité pour la canneberge (cranberry) ?

Des études cliniques contre placebo ont suggéré que la canneberge contribuait à prévenir les infections urinaires chez la femme adulte. Cet effet n’a pas été confirmé chez les personnes âgées. De plus, la canneberge n’a pas montré d’efficacité dans le traitement des infections urinaires aiguës.

Plusieurs études contre placebo semblent indiquer que la canneberge peut contribuer à l’élimination d’Helicobacter pylori, un germe responsable des ulcères gastriques et duodénaux, en complément des antibiotiques et des antiulcéreux prescrits dans cette indication. Toutefois, l’EFSA a considéré que la démonstration de l’effet revendiqué n’avait pas été apportée.

Aucune preuve concluante ne vient confirmer d’éventuels effets positifs de la canneberge dans le traitement des affections de la bouche, ni dans le contrôle du taux de cholestérol dans le sang ou la prévention des maladies cardiovasculaires. Dans ces domaines, des études cliniques sont en cours.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

… l’EFSA

En 2012, l’Autorité européenne sur la sécurité alimentaire (European Food Safety Authority) a remis en cause les allégations de santé des produits à base de canneberge (voir encadré ci-dessus).

… l’ANSES (anciennement AFSSA)

Dans un avis de mars 2011, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (aujourd’hui Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, ANSES) a émis l’avis suivant : « Les données expérimentales obtenues in vitro montrent que les proanthocyanidines présentes dans la canneberge ont un effet inhibiteur sur l'adhésion de certaines bactéries responsables d'infections urinaires (E. coli) aux cellules épithéliales urinaires. Cependant, les données cliniques, disponibles à ce jour, ne permettent pas de conclure que la consommation de canneberge ait un effet préventif sur les infections urinaires. Une telle allégation serait abusive au regard des connaissances actuelles. »

… le NIH

Dans un avis publié en avril 2012, les Instituts nationaux de la santé américains considèrent comme « fondé sur de bonnes évidences scientifiques » l’usage de la canneberge « dans le traitement des ulcères de l’estomac et du duodénum dus à Helicobacter pylori » ainsi que dans « la prévention des infections urinaires ».

Comment utiliser la canneberge (cranberry) ?

Formes et dosage de la canneberge (cranberry)

La canneberge se présente sous de très nombreuses formes : fruits frais (pour la confection de plats cuisinés ou de sauce), fruits séchés, boissons à base de concentré contenant au moins 25 % de jus de canneberge, ainsi que gélules ou dosettes d’extraits secs. Du fait de la richesse de la canneberge en acide oxalique (qui peut provoquer des calculs urinaires), et parce que boire contribue également à prévenir les infections urinaires, les personnes qui prennent des produits à base de canneberge doivent boire au moins un litre et demi d’eau dans la journée.

Contre-indications de la canneberge (cranberry)

Du faut de sa richesse en acide oxalique, la canneberge est déconseillée aux personnes prédisposées aux calculs urinaires.

Effets indésirables et surdosage de la canneberge (cranberry)

Un surdosage en canneberge peut provoquer des effets indésirables intestinaux (diarrhée, ballonnements, crampes, etc.). Les jus à base de canneberge sont souvent assez sucrés : les personnes en surpoids ou qui souffrent de diabète doivent en tenir compte.

Interactions de la canneberge (cranberry) avec d’autres substances

Les personnes qui prennent des anticoagulants (fluidifiants du sang) devraient s’abstenir de consommer de grandes quantités de canneberge. De plus, il est préférable de ne pas prendre de fortes doses de canneberge avec d’autres plantes anticoagulantes (par exemple l’ail, le ginkgo, le ginseng, l’éleuthérocoque, le saule blanc, le kava, la fève tonka, etc.), ni avec des produits contenant des acides gras oméga-3.

La canneberge pourrait également interagir avec les médicaments prescrits pour lutter contre les brûlures d’estomac (antihistaminiques H2 et inhibiteurs de la pompe à protons).

Canneberge (cranberry), grossesse et allaitement

L’innocuité des compléments alimentaires à base d'extraits de canneberge n'a pas été formellement prouvée lors de la grossesse et de l'allaitement. Il convient donc de s'en remettre à l'avis du médecin.

La canneberge (cranberry) chez les enfants

Il est préférable de discuter avec son médecin avant de donner des produits à base de canneberge à son enfant.

L'avis du spécialiste sur la canneberge (cranberry)

L'usage de la canneberge dans la prévention des infections urinaires, qui semblait bien établi chez la femme adulte, a été remis en question par les conclusions de l’EFSA.

Attention, en cas d'infection urinaire déclarée, la canneberge ne peut pas remplacer un traitement antibiotique adapté.

Sources et références

  • EU Register on nutrition and health claims, EFSA, 2014
  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson Healthcare, 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, 1998

Actualités

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire

HYLO CONFORT PLUS soulage les symptômes de sécheresse oculaire sévères ou persistants (illustration).

Sécheresse oculaire : HYLO CONFORT PLUS désormais remboursable

Patient souffrant d'un syndrome d'apnées du sommeil et dormant avec un dispositif de pression positive continue (illustration).

Apnées du sommeil, maladies cardiovasculaires et PPC : résultats mitigés d'une vaste étude