En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Genévrier

Mis à jour : Vendredi 03 Août 2012

Les baies de genévrier sont un ingrédient bien connu des cuisiniers. En phytothérapie, elles sont utilisées comme diurétique et pour soulager les troubles digestifs. En application locale, l’huile essentielle de genévrier est proposée pour soulager les douleurs des muscles et des articulations. Utilisé à trop forte dose ou de manière trop prolongée, le genévrier est toxique pour les reins.

Origine et usages du genévrier

genévrier

Le genévrier (Juniperus communis) est un petit arbre épineux de la famille des cyprès dont les baies (en fait, les pseudofruits) mettent trois ans à mûrir, passant du vert clair au noir. Les baies de genièvre sont utilisées pour parfumer les plats de gibier, les pâtés et la choucroute. Elles ont la réputation de favoriser la digestion des plats riches en matières grasses. Elles servent également à parfumer divers alcools : vin de genièvre, gin, aquavit, jenever, par exemple.

En phytothérapie, les baies de genévrier arrivées à maturité sont utilisées pour augmenter le volume des urines lors d’infection urinaire ou pour faciliter la digestion. En applications locales, l’huile essentielle de genévrier est proposée pour soulager les douleurs des muscles et des articulations.

Les autres usages traditionnels des baies de genévrier
Les baies de genévrier sont parfois proposées pour stimuler l’appétit, soulager les règles douloureuses, traiter l’herpès (bouton de fièvre) et la grippe. Elles ont également la réputation de diminuer la pression artérielle et de réduire le taux de sucre dans le sang.

Comment le genévrier agit-il ?

Les baies de genévrier contiennent plus d’une centaine de substances volatiles : des monoterpènes (alpha et bêta-pinènes, terpinène-4-ol, myrcène, etc.), des sesquiterpènes comme le caryophyllène, des flavonoïdes, des tanins, etc. L’effet diurétique du genévrier serait dû au terpinène-4-ol. L’huile essentielle de genévrier contient un mélange d’acides essentiels oméga-3 et oméga-6 qui possède des propriétés anti-inflammatoires dont le mécanisme a été identifié. Néanmoins, la présence de pinènes toxiques en limite l’usage dans la pratique (voir ci-dessous).

Quelques autres plantes utilisées pour favoriser l'élimination urinaire
La phytothérapie traditionnelle utilise également d’autres plantes diurétiques, en traitement complémentaire des infections urinaires :
  • Bouleau (Betula pendula)
  • Bourrache (Borago officinalis)
  • Cassis (Ribes nigrum)
  • Ortie (Urtica dioica)
  • Piloselle (Hieracium pilosella)
  • Pissenlit (Taraxacum officinale)
  • Prêle (Equisetum arvense)

Quelle efficacité pour le genévrier ?

Les extraits de baies de genévrier ont fait l’objet de plusieurs études chez le rat. Ces études suggèrent des effets diurétiques, hypoglycémiants (réduisant le taux de sucre dans le sang), hypotenseurs (diminuant la pression sanguine) et antiviraux (sur le virus de l’herpès). Néanmoins, aucune étude clinique n’a été menée chez l’homme pour évaluer l’efficacité du genévrier dans ces usages.

La seule étude réalisée chez l’homme a évalué les effets d’un mélange d’huiles essentielles de menthe poivrée et de genévrier dilué dans un bain chaud. Cette étude contre placebo a montré une certaine efficacité pour soulager les douleurs musculaires et stimuler la circulation sanguine au niveau de la peau.

Ce qu’en pense les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme « traditionnellement établi » l’usage des baies de genévrier en vue d’un « traitement diurétique complémentaire des infections urinaires » et comme « traitement symptomatique des troubles digestifs, notamment des digestions difficiles et des flatulences ». Elle recommande une durée de traitement de trois semaines au maximum.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage des baies de genévrier pour « soulager les troubles de la digestion ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage des baies de genévrier pour « favoriser l’élimination rénale de l’eau et soulager les troubles digestifs, en l’absence d’évidences scientifiques justifiant ces usages ».

Comment utiliser le genévrier ?

Formes et dosage du genévrier

Les baies de genévrier séchées sont utilisées sous forme de décoction : 2 g de baies séchées bouillies pendant 20 minutes dans 150 ml d’eau, deux à trois fois par jour (avant les repas pour soulager les troubles digestifs). L’Agence européenne du médicament propose un schéma de prise particulier lorsqu’un effet diurétique est recherché : mâcher cinq baies le premier jour du traitement, six le deuxième jour, sept le troisième et ainsi de suite jusqu’à parvenir à quinze baies par jour ; ensuite, redescendre progressivement à cinq baies par jour selon le même rythme, pour une durée totale de traitement de trois semaines.

L’huile essentielle de genévrier peut être diluée dans de l’huile d’amandes douces (3 à 5 ml d’huile essentielle pour 100 ml d’huile d’amandes) ou dans du savon (quelques gouttes) et ajoutée à un bain.

Lorsque le genévrier est utilisé dans un but diurétique, il convient de boire au moins deux litres d’eau par jour pendant la durée du traitement.

Contre-indications du genévrier

Les baies de genévrier sont contre-indiquées en cas de maladies des reins (néphrite, pyélonéphrite, insuffisance rénale, etc.). Les personnes qui souffrent d’une crise de calculs urinaires (colique néphrétique) doivent éviter de prendre du genévrier (ou toute autre plante diurétique), mais également résister à la tentation de boire davantage. En effet, s’il y a obstruction des voies urinaires, la prise de liquides ou de diurétiques va provoquer une augmentation de la pression en amont de l’obstruction et entraîner de fortes douleurs.

Effets indésirables et surdosage du genévrier

Si le traitement par les baies de genévrier est trop long (plus de quatre semaines) ou trop fortement dosé (plus de dix grammes de baies par jour), des effets indésirables rénaux sévères peuvent survenir : douleur dans les reins, difficultés pour uriner, sang ou protéines dans les urines, etc. Ces symptômes sont précédés par la production d’urines à odeur de violette et peuvent se compliquer de lésions irréversibles des reins. Ces effets indésirables sont dus à la toxicité des alpha et bêta-pinènes. D’autres effets indésirables ont été observés lors de surdosage : accélération du rythme du cœur, augmentation de la pression sanguine, convulsions, etc.

Certaines personnes qui utilisent des produits à base de genévrier peuvent également développer une allergie de la peau.

Interactions du genévrier avec d’autres substances

Aucune interaction formelle n’a été rapportée avec les baies de genévrier. Théoriquement, il pourrait exister des interactions avec les médicaments utilisés pour soigner le diabète.

Genévrier, grossesse et allaitement

Chez l’animal, le surdosage de genévrier provoque parfois des avortements et des saignements de l’utérus. En conséquence, l’Agence européenne du médicament contre-indique son usage chez les femmes enceintes et celles qui allaitent, à l’exception de son usage culinaire.

Le genévrier chez les enfants

L’Agence européenne du médicament déconseille l’usage des baies de genévrier chez les personnes de moins de dix-huit ans, hors usage culinaire.

L'avis du spécialiste sur le genévrier

Il existe une autre utilisation médicinale du genévrier. En chauffant doucement le bois de genévrier, on obtient l'huile de cade qui est utilisée dans de nombreux produits destinés à soulager les problèmes de peau : démangeaisons, eczéma, psoriasis, pellicules, etc.

Aucune preuve d'efficacité n'existe sur ces usages de l'huile de cade. En revanche, de nombreuses études ont montré un effet cancérigène de cette huile (à des doses très supérieures à celles présentes dans les produits de soins qui en contiennent).

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire

HYLO CONFORT PLUS soulage les symptômes de sécheresse oculaire sévères ou persistants (illustration).

Sécheresse oculaire : HYLO CONFORT PLUS désormais remboursable

Patient souffrant d'un syndrome d'apnées du sommeil et dormant avec un dispositif de pression positive continue (illustration).

Apnées du sommeil, maladies cardiovasculaires et PPC : résultats mitigés d'une vaste étude